En secret

En secret
Arnaud Tiercelin
L’école des loisirs (médium), 2009

De soi à soi

par Anne-Marie Mercier

Le narrateur de En secret se met à écrire à treize ans, pour survivre, pour échapper aux voix qui le hantent, aux cauchemars. Il se confie à Cédric. Cédric n’apparaît jamais dans le récit de sa vie autrement qu’au passé et à travers des apostrophes répétées qui donnent au récit une allure obsessionnelle.
Incompréhension de la famille, des amis, échec amoureux, tout n’est qu’un long lamento porté par un personnage jeune et pourtant à bout de souffle. Les textes qui encadrent ce journal et montrent le narrateur adulte revenant sur les lieux de son passé et relisant son texte expliquent la situation.
S’il s’agissait d’imiter le style d’un ado qui s’épanche, le résultat est assez réussi. Il y a aussi, lorsque le narrateur adulte s’autorise une écriture plus dépouillée et plus maîtrisée (plus poétique ?) de très belles pages. Mais globalement on étouffe : on peut se demander si cette écriture du je qui souffre et ne voit que lui, ne parle que de lui et ressasse pourra séduire des lecteurs du même âge (et les autres).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.