La nuit des Pantheras

La nuit des Pantheras
Nina Blazon
traduit de l’allemand par Nelly Lemaire
Seuil, 2011

Deviens qui tu es

Par Christine Moulin

9782021041521Voilà un roman qui traite le motif de la métamorphose en animal de façon à la fois complexe et originale.

Les pantheras sont des créatures proches des félins. Ils en ont la force, la grâce, les goûts (pour les déambulations nocturnes, pour la viande, pour le combat, par exemple), les sens aiguisés (l’odorat notamment), les mœurs (ils se délimitent un territoire et gare à ceux qui y pénètrent indûment!). Le problème, c’est que l’on ne naît pas panthera, on le devient. Certains acceptent cette métamorphose, d’autres, à l’image du narrateur, résistent, car les épisodes de transformation (les « black outs ») s’accompagnent d’une perte de conscience affolante et dangereuse. Certains basculent du côté obscur et traquent, semble-t-il, jusqu’à leurs semblables, d’autres, sans être des anges, essayent de préserver l’essentiel de leur humanité. Et ce n’est pas simple car la plupart des pantheras semblent avoir dégringolé l’échelle sociale…

Les divers personnages incarnent ces différentes options. Nous partageons les doutes du narrateur, Gil, tout en adoptant aussi le point de vue, dans des épisodes narrés à la troisième personne, d’une « novice », Zoé, affublée d’une mère irresponsable et d’un demi-frère craquant mais encombrant. Cela nous donne l’occasion de comprendre ce qui déclenche la métamorphose: le stress, la colère, les émotions fortes. Zoé est extraordinairement douée pour la course, et pour cause, et elle espère que ce don lui permettra de partir loin de chez elle. Gravitant autour du couple, il y a aussi Irvès, séduisant, insaisissable, dont le douloureux passé se révèle par petites touches, et Gizmo, un geek qui vit de la vente d’ordinateurs volés et dont on ne sait s’il faut ou non lui faire confiance.

Le récit se noue autour d’une épidémie de meurtres qui affolent la petite communauté des pantheras, d’autant que la loi, venue de la nuit des temps, est claire: « Nous ne tuons jamais ceux de notre espèce ». Le narrateur mène alors une sorte d’enquête, malgré puis grâce à un personnage mystérieux, au charisme de chef, Rubio, le maître Yoda du roman, qui le mène progressivement vers certaines révélations. Les pantheras semblent bien avoir toujours existé et il faudrait relire les mythologies sous cet angle…

La trame, quoique haletante, n’est, au fond, pas l’essentiel. Ce qui importe davantage, c’est de vivre dans la peau d’un panthera et c’est bien le questionnement éthique permanent qui donne à ce roman toute sa profondeur. Le héros est rongé par un immense sentiment de culpabilité (on comprendra pourquoi vers la fin), qui lui fait prendre des risques insensés pour protéger Zoé. La découverte qu’il fera nous indique bien l’enjeu du thème de la métamorphose : se transformer, c’est choisir, quelquefois, qui l’on veut devenir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.