Carabosse. La Légende des cinq royaumes

Carabosse. La Légende des cinq royaumes
Michel Honaker, d’après Charles Perrault
Flammarion, 2014

 

La Belle au bois dormant : une histoire de famille

Par Anne-Marie Mercier

Dans la versiCarabosseon complète de la Belle au Bois dormant, la dormeuse a deux ennemies : la méchante fée d’une part, qui est la cause de la malédiction, et, après son réveil, la mère du prince Charmant (sa femme, dans des versions du conte non expurgées). Dans la version de Honaker, Carabosse est sa tante Cara, sœur de sa mère. Bossue (d’où son nom – Honaker oulipien ?), et dépitée de ne pas avoir été choisie par le prince, père de sa nièce Aurore (nom donné à la fille de la dormeuse dans le conte – vous me suivez ?), elle est à l’origine du fuseau empoisonné et cherche à empêcher le réveil de la jeune fille autant par vengeance que pour régner sans partage sur les royaumes qu’elle a pu ainsi asservir.

Donc, le conte est un roman et ceci détermine l’ensemble : les personnages ont un passé, une psychologie, des désirs (brûlants). Les êtres mystérieux (Carabosse, mais aussi les autres fées) sont humanisés ; la parodie joue à plein, tant dans la partie où elle joue la carte de la fantasy et de l’horreur, que dans celle où elle se rapproche de la dérision. Les derniers chapitres montrant la quête désespérée d’un improbable prince salvateur dans un monde trop matérialiste sont cocasses.

Curieusement, le style (et même la syntaxe) de Michel Honaker s’arrange au fil du volume et a même une certaine allure dans la deuxième moitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.