Les Palsou

Les Palsou, un conte de Noël
André Bouchard
Seuil Jeunesse

Le Père Noël n’est pas une ordure

Par Michel Driol

La famille Palsou vit dans un bidonville, mais cela n’empêche pas les enfants de s’amuser. Les parents ne savent plus rire, et tous les cours de rire donnés par les enfants, promus professeurs, ne servent à rien. Seul Monsieur Nicolas, le prof à l’école du quartier, avec sa grande barbe blanche, reste jovial. A l’approche de Noël, les adultes font les faux pères Noël, mines déconfites et regards tristes. Monsieur Nicolas offre alors une cocote toute neuve, qui a le pouvoir de réaliser tous les souhaits alimentaires. Tajine de gazelle aux olives, rougets sans arêtes, le repas de Noël devient une orgie et même le vieux La Guenille accepte de se laver. Et pendant que les adultes pleurent de joie, le père Nicolas, la nuit de Noël, part travailler… bien sûr sur son traineau.

Conte de Noël dédié à Charles Dickens, Karl Marx et François Ruffin, les Palsou est un album qui pourra surprendre, voire déranger par la plongée qu’il effectue au sein du Quart-Monde, montré avec réalisme par les illustrations. Si le texte, pris en charge par Charles Palsou, a le pouvoir de tout optimiser, l’illustration, dessin en noir et blanc, révèle une autre réalité, plus sordide. Ainsi « on va au marché » – mais on les montre en effet, à la fin du marché, fouillant les cageots abandonnés. Les enfants sourient toujours, ont les yeux grands ouverts devant le monde qui s’offre à eux, jouent, s’amusent, vont à l’école. Ils sont toujours représentés en couleurs, même si leurs vêtements sont déchirés. Ils sont porteurs des valeurs de fraternité (dans le quartier, on parle couramment chinois, espagnol, arabe…) et d’optimisme, tandis que les adultes ont démissionné. Regard vide, les plus souvent représentés en noir et blanc, ces derniers sont dans la survie et ne peuvent apprendre à rire, en dépit des efforts des enfants, qui renoncent à leur tour.  La Cocote Magique va redonner à tous le gout de rire. « On peut rire de n’importe quoi avec n’importe qui à condition d’avoir le ventre plein ». C’est cette dimension carnavalesque qui séduit dans cet album : plaisir de la nourriture, qui, comme au pays de Cocagne, vient en abondance, rire libérateur et salutaire, sens de la fête populaire qui rapproche les exclus malgré les différences – on est très proche de l’univers d’Ungerer dans Allumette. La violence sociale est présente, dans l’indifférence du marchand qui tourne le dos, dans la bourgeoise en manteau de fourrure et à la bouche carnassière qui donne des croissants aux pigeons, dans les conditions de vie dans le bidonville qu’on sent abandonné de tous, sauf du père Nicolas qui, clin d’œil au lecteur adulte, lit Le Capital tout en maniant le fer à souder…

A la fois drôle et triste, tendre et ironique, cette histoire est un vrai conte de Noël d’aujourd’hui dans lequel le merveilleux permet d’échapper au sordide.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *