Le Mystère des Nigmes

Le Mystère des Nigmes
Claude Ponti
L’école des loisirs, 2016

… et boule de gomme

Par Anne-Marie Mercier

Cet album de Claude Ponti est une énigme. C’est un jeu de piste mené par des souris, les souris archivistes du square Duronquarré, qui tentent de trouver qui est à l’origine de l’effacement de leurs livres. C’est aussi un jeu pour l’amateur d’album de Ponti qui verra dans cet effacement et l’arrêt du mouvement qu’il provoque un écho de L’Ecoute-aux-portes, et dans ce square celui de Georges le Banc. Il retrouvera avec émotion la fourmi à grosse voix (de Blaise) et des monstres qui ont un petit air de déjà-vu.
Pour le lecteur novice, les choses sont un peu plus compliquées : le texte est touffu, l’histoire décousue au fil des rencontres, la temporalité trouée, la logique un peu lâche. Reste à se laisser guider par le récit en images sans trop se préoccuper dans un premier temps du texte, quitte à y revenir ensuite pour tâcher de résoudre tous les micro-mystères qui parsèment les doubles pages. L’histoire semble avoir été faite après-coup, pour mettre un peu de lien entre des séries de belles images.

La fin, explosive, renoue avec la simplicité et l’efficacité des récits plus classiques. Elle fera certainement beaucoup rire les jeunes lecteurs avec la libération des gros mots (scatologie enfantine) et des images fourmillant de détails. L’éloge de la lecture qui suit, puis le retour au calme du square à nouveau désert montrent un Ponti soucieux de créer de l’apaisement après avoir plongé ses lecteurs dans le délire et la fête: les parents le remercieront d’avoir pensé à l’après de l’aventure et du jeu déchainé de ses albums.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.