Les Enfants des Feuillantines

Les Enfants des Feuillantines
Celia Garino
Sarbacane (« X’ »), 2020

Pavé d’été

Par Anne-Marie Mercier

C’est un gros livre : 468 pages ! Mais c’est qu’il y a beaucoup d’enfants dans la maison des Feuillantines (rien à voir avec Victor Hugo, à part le  nom). L’ainée de cette tribu de 8 cousins a 24 ans, les autres ont entre deux ans et seize ans, ce sont cinq filles et trois garçons, certains sont jumeaux, l’une est métis. Chacun d’eux a une vie compliquée, et est l’enfant d’une mère compliquée et disparue, le petit-enfant de grands parents morts trop tôt et le descendant d’une arrière-grand-mère centenaire occupant elle-aussi une pièce de la maison. Et puis il y a des animaux, dont un perroquet aigre, un petit cochon plein d’énergie, un lapin fragile…
Quant aux mères des enfants, trois sœurs, elles ont quitté le navire: l’une s’est suicidée par amour, une autre est partie voyager et n’est pas revenue, la troisième est internée pour soigner sa folie et sa dépendance à l’alcoolisme et à diverses drogues. Ici, on pnse aux nombreuses familles catastrophiques dont le littérature de jeunesse est friande (comme Oh Boy ! de Marie-Aude Murail, une autre histoire de fratrie à l’abandon).
On pense aussi à Quatre sœurs de Malika Ferdjoukh, qui montrait une fratrie dirigée par l’ainée qui comme Désirée, l’aînée des Feuillantines, jonglait avec les difficultés financières, l’approvisionnement, la solitude, et tentait de répondre aux besoins de chacun. À la fois comiques et tragiques, les enfants, selon leur âge et leur caractère, affrontent la situation :: l’une est à a fois victime et auteur de harcèlement au collège, un autre vit avec un ami imaginaire, les plus jeunes cherchent leur mère où ils peuvent, certains sont amoureux ou amoureuses, un autre cherche un compagnon à Désirée, tous sont un peu perdus mais la maison vibre d’une belle énergie.
On se prend au jeu peu à peu, on rit de leurs explosions, et des jurons de Désirée, on a envie de les suivre, de les écouter, et d’entendre avec eux le bruit de la mer du côté du phare. Et guetter avec eux l’arrivée d’une mère, d’un ami, d’un amour, qu’on espère pour tous ces enfants fracassés (mais n’y comptez pas trop du côté de la mère!).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.