Les Ombres de Nasla

Les Ombres de Nasla
Cécile Roumiguière, Simone Rea
Seuil jeunesse, 2019

Dormir sans

Par Anne-Marie Mercier

Une enfant, la nuit, ne dort pas : il lui semble que tout en haut de son armoire un œil jaune la regarde, que son éléphant qui a été rangé là remue… et puis sa peluche préférée a elle aussi été exilée là-haut à côté de lui, car elle a décidé qu’elle était trop grande pour dormir encor avec une peluche, autre raison pour se sentir perdue.
La logique du rêve s’installe à travers les formes schématiques des êtres, les décors dépouillés ou abstraits, tout au long de ces pages sombres auxquelles succèdent parfois d’autres doubles pages colorées, ouvertures vers l’imaginaire.
Les tentatives de Nasla pour dissiper le mystère échouent toutes car « La nuit on ne parle pas, la nuit on dort ». « La nuit on ne joue pas, la nuit on dort ». « La nuit on ne respire pas, on dort  ?  Mais si, la nuit on respire, et on dort. »
Retrouvant son doudou caché sous son oreiller, Nasla arrive à rompre cet enchantement de questions et situations étranges et se met à dormir, tandis que le lecteur découvre la solution du mystère de l’œil jaune et de ce qui fait bouger l’éléphant : la nuit est aussi un moment de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.