Proxima du Centaure

Proxima du Centaure
Claire Castillon
Flammarion jeunesse, 2018

Adolescent en chrysalide

Par Anne-Marie Mercier

« « Je l’appelle Apothéose parce qu’il n’y a aucun prénom logique à lui mettre sur le visage. Je la klaxonnerai avec ma tête jusqu’à ce qu’elle se retourne. Un jour elle me dira son vrai prénom, à l’oreille, elle le prononcera avec le souffle. Son souffle réveillerait un mort. »

Mais non, celle que Wilco nomme Apothéose n’a pas ce pouvoir, et Wilco va mourir.
C’est un peu à cause d’elle : pour la suivre des yeux plus longtemps, il s’est trop penché au balcon de l’appartement où il vit avec ses parents et sa sœur, au cinquième étage, et il est tombé.
C’est lui qui raconte son histoire, conscience intacte et corps brisé mais sans souffrance, depuis son lit d’hôpital. Il raconte les visites, et les non-visites, les amis qui ne viennent pas, comme celle qu’il aime qui, suppose-t-il (rêve-t-il ?) vient jusqu’à la porte de sa chambre mais n’ose pas entrer ; il raconte la fête organisée par un ami de sa classe, lors de laquelle il pensait pouvoir enfin lui parler, à laquelle il ne participe pas, mais qu’il vit en imagination comme si tout était vrai. Et à la fin, il meurt.
Pourtant ce n’est pas une lecture triste : si Wilco ne peut plus bouger ni parler, il voit, il entend, il juge, il comprend. Il a de l’humour et beaucoup d’amour ; le roman en est irrigué tout au long des pages. Il a aussi du style, celui de l’auteur bien sûr. Et le regard que Wilco porte sur l’hôpital, sur ses parents qui espèrent toujours et sur sa sœur, révoltée et battante, prête à tout pour lui tout à coup. Leur courage simple, leur amour, la façon que chacun a de faire face : la mère en répétant qu’il est tombé à la même heure qu’il est né, le père en se fixant sur des questions concrètes comme la vue que son fils doit avoir de sa chambre (prêt à revoir la façade de l’hôpital pour cela), la sœur en offrant de petits ou grands sacrifiant (ses cheveux pour commencer).  Les souvenirs cocasses de la vie de la famille et de la vie du collège donnent un rythme et une énergie à ce long soliloque. On pense à « Johnny got his gun », le film de Dalton Trumbo, on aime Wilco, on a envie de lui tenir la main longtemps.
Claire Castillon, connue pour ses romans pour adultes, a réussi ici un superbe roman sur un sujet difficile. C’est un beau cadeau qu’elle a fait aux jeunes lecteurs.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.