Demain est presque un autre jour

Demain est presque un autre jour
Michel Galvin
Le Rouergue, 2020

Presque…

Par Anne-Marie Mercier

Contrairement à mon habitude, pour vous donner une idée de l’ « histoire » je vais me contenter d’un résumé parfait, fourni par l’éditeur : « Comme tous les matins Jaunejohnny prend son cabas et va rejoindre ses compères Gojo et Polo pour le pique-nique de la page 22. Seulement voilà, une énorme tâche vient maculer les pages de l’histoire. les trois compères s’efforcent de la déplacer en vain. ils finissent par la cacher sous la nappe et bon débarras ! Mais la tache laisse des traces, elle est tenace et réapparaît en négatif dans les rêves des trois amis dès la nuit tombée. »

Comme vous l’aurez compris, il s’agit d’un album sur l’album, un détour « méta », où ce sont les personnages qui se débattent avec la forme ou plutôt l’informe, même si on nous promet que, sûr, à la page 22 il y aura un pique-nique (thème banal et tranquille, cher à la littérature pour la jeunesse…), sauf qu’il n’y en a pas, à cause de la tache… L’aventure est essentiellement graphique, et évoque un peu le travail de Paul Cox (notamment dans le livre à taches) avec un jeu sur les motifs, les rayures, gribouillis, débordements de matière. Jaunejohnny, Polo et Gojo, les trois personnages moustachus coiffés de curieux chapeaux et vêtus de longs manteaux jaune bleu et rouge sont malmenés dans tous les sens, et c’est une joyeuse pagaille conceptuelle, un beau « tachemard ».
C’est aussi un bel hommage à l’album révolutionnaire des Beatles, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, chef-d’œuvre du groupe qui a fourni les costumes et les noms de John, Paul et George. Ringo y figure aussi, en absent, dans la dédicace face à la page de titre : « À Ringo, l’étoile manquante, le Sergent débarqué ». Bel hommage, effectivement, à la fantaisie et à l’énergie du groupe (pourquoi avoir fait débarquer Ringo ? c’est un mystère de plus…); et peut être au johnnyjohnny de Boris Vian?
Comme toujours, on n’est sûr que d’une chose : c’est de n’avoir pas tout compris, et c’est parfait. Voilà une pierre de plus à notre intérêt pour Michel Galvin dans lietje : voir nos articles sur Pablo et Floyd, La Vie rêvée,  Le Vilo de TorticoloLe grand trou américain.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.