L’Attente

L’Attente
Maïa Brami, Clémence Pollet
HongFei, 2021

Aventure immobile

Par Anne-Marie Mercier

L’attente est un sujet difficile à traiter (à moins de suivre l’exemple de En attendant Godot); on pourrait le croire impossible en littérature de jeunesse où l’on imagine souvent qu’il faut absolument de l’action et des aventures pour intéresser le jeune lecteur. Pourtant, l’enfance est bien un moment où l’on attend beaucoup, et où l’espoir est roi.
Le personnage de ce livre est tout de même un aventurier plongé dans une nature sauvage, et il poursuit un rêve : voir un oiseau de paradis. Il ne s’agit pas de le capturer, ni de le photographier, mais juste de le voir et de s’assurer ainsi de l’existence de cet oiseau de légende. Voilà une belle situation métaphysique. L’oiseau apparait à la fin, décevant, puis se révélant : l’explorateur, désappointé par sa première apparition, l’a-t-il enfin vu sous cette dernière forme ? on ne le sait pas.
Les illustrations de Clémence Pollet, en trois couleurs où différents tons de vert et d’orange dominent, décrivent par elles-mêmes les différents aspects de l’attente : progression, répétition, régression… La monotonie du décor, les yeux hallucinés de l’explorateur derrière ses jumelles, la déconstruction du paysage de jungle qui accompagne son délire et enfin la vision finale de l’oiseau en parade, sont autant de grands moments de cette histoire qui est bien une aventure, finalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.