Père Montagne

Père Montagne
Sara Donati
Rouergue 2021

Ainsi est ma vie, pierre, comme toi (León Felipe)

 

Par Michel Driol

Agathe, petite fille de la ville, participe pour la première fois à un camp dans la montagne. Elle s’y sent étrangère à tout : les autres enfants ont des habitudes et des savoir-faire qu’elle ne possède pas. Elle s’enfuit et chute. C’est là qu’elle se sent en communion avec la nature et la montagne, qu’elle commence à regarder avec un autre œil. De retour au camp, elle se sent à sa place, tandis que la montagne s’interroge sur les humains…

Trouver sa place dans la nature, voilà ce dont parle cet album. L’héroïne, habituée à la ville, aux codes urbains, a tout à apprendre lorsqu’elle se retrouve en pleine montagne. Mais cet apprentissage n’est pas seulement celui de techniques (monter une tente ou traverser un torrent), il est surtout philosophique. Au cours de sa chute, Agathe perçoit la montagne comme un être vivant, qui rit. C’est alors qu’elle devient sensible, dans son propre corps, à la vie de la nature, à son cycle (celui des fleurs qui naissent et se fanent) comme à sa permanence. C’est cette expérience sensible du monde que montre l’album, celle de la nature qui peut se révéler à qui la regarde. Tout tourne autour du symbolisme des pierres. D’abord le prénom Agathe,  et une note à la fin de l’album rappelle opportunément que ce prénom est aussi le nom d’une pierre protectrice selon les anciens. Puis le cadeau d’une petite pierre offert par son père, cadeau jugé sans valeur au départ, et jeté, puis retrouvé et investi d’une valeur moins sentimentale que métaphysique, symbole de la juste place qu’on occupe dans le monde, ni trop grand, ni trop petit, entre l’immensité du cosmos – les étoiles vues comme autant de petits cailloux lumineux – et l’infiniment petit des insectes qui peuplent la nature. De façon très pascalienne, l’album invite à sentir la place de l’homme dans un univers à la fois minéralisé et vivant. Cela passe par un renversement des perceptions, ce que l’album montre parfaitement lorsque le sens de lecture est modifié au moment de l’expérience que fait Agathe : elle peut alors nouer un lien primordial avec la nature, fait de simplicité et de modestie, proche d’une vision orientale du monde.

Les illustrations, très expressives, ne cherchent pas forcément le réalisme des couleurs, mais sont plutôt en harmonie avec les sensations et les états d’esprits d’Agathe.

Un album pour questionner la place que nous occupons dans l’univers, à partir d’images simples et sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.