Laïka est revenue

Laïka est revenue
Jean-François Chabas
Rouergue (épik), 2022

La défaite de l’humanité

Par Anne-Marie Mercier

C’est une surprise de voir Jean-François Chabas au Rouergue, lui qui publiait surtout à L’école des loisirs, notamment en collection « médium », c’en est une autre de le voir dans le genre de l’anticipation, puisqu’il avait jusqu’ici exploré presque tous les genres, du récit animalier (Les Lionnes) au fantastique (Les Sorcières de Skelleftestad, Les Chroniques de ZI,…), du roman épistolaire porteur de questions sociales (Aurélien Malte) au roman porteur de questions historiques (La Terre de l’impiété, La Piste cruelle), à la nouvelle ou au roman d’aventures en terre américaine (Les Secrets de Faith Green): il semblait avoir délaissé ce genre depuis La Guerre des plaines bleues (publié en 2002 chez Casterman) – si je ne me trompe pas.
Enfin, la caractéristique de JF Chabas est que dans tous les genres il est excellent, et cela est vrai encore une fois : Laika est revenue est un grand roman, riche en péripéties, prenant et rythmé, avec des personnages attachants, de la drôlerie, de la tendresse, et un regard aigu sur les tares de nos sociétés.
Ça commence, comme Twilight, par une intrigue amoureuse : Anita parviendra-t-elle à obtenir la confiance et peut-être l’amour du beau Neolin, de la tribu des Lëni-Lënape (alias « Loups », alias « Delawares ») élève comme elle au lycée de Beltsville (Maryland). Son amie Mae Sunburn lui sera-t-elle d’une aide quelconque ou entravera-t-elle ses projets ? À quoi conduira la rivalité qui les oppose à d’autres filles du lycée ? Mais cela se corse dès les premières pages : Quel lourd secret lui cachent ses parents, dont elle a découvert qu’ils travaillaient dans un centre ultra secret (autrement dit ils sont des espions au service d’une agence américaine de renseignement)?
Les premiers chapitres du roman sont drôles, passionnants, nouant toutes ces petites intrigues qui n’engagent pas le sort de l’humanité. C’est alors que, soudain, dans le ciel apparaissent les « Tic-tac », des vaisseaux spatiaux d’extraterrestres. Que veulent-ils ? Qu’arrivera-t-il, une fois qu’on aura compris que rien ne peut les atteindre ? Comment échapper aux monstres préhistoriques qui déferlent tout à coup et se multiplient ? Comment échapper aux fantômes du passé?
Et que vient faire ici Laïka, la chienne envoyée dans l’espace par les soviétiques en 1957 ?
La réponse est terrifiante, et le college novel bien rythmé devient un récit de SF étonnant avant de devenir un thriller glaçant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.