Un petit bisou ?

Un Petit Bisou ?
Eoin McLaughlin, Polly Dunbar
Gallimard jeunesse, 2020

Qui veut jouer avec moi?

Par Anne-Marie Mercier

Ce tout petit album carré a l’originalité de se lire dans deux sens : dans l’un, on voit un hérisson qui a envie d’un bisou. Il implore en vain les animaux qu’il rencontre (renard, écureuil, pie…), jusqu’au milieu du livre où il trouve enfin celle qui pourra répondre à son attente : la tortue. Dans l’autre, on voit une tortue qui a envie d’un bisou et implore en vain les animaux qu’elle rencontre (lapin, grenouille, hibou…), jusqu’au milieu du livre où elle trouve enfin celui qui pourra répondre à son attente : le hérisson.
La tortue fait peur à cause de sa carapace, le hérisson à cause de ses piquants : l’un est complémentaire de l’autre. Voilà une belle histoire, drôle à travers les prétextes invoqués pour justifier les refus, très mignonne par ses dessins et pleine d’espoir – à condition de ne pas se décourager trop vite !

King et Kong

King et Kong
Alex Cousseau
Rouergue (Dacodac), 2020

King et Kong se font livrer un cousin
Alex Cousseau
Rouergue (Dacodac), 2021

Loufoqueries en série

Par Anne-Marie Mercier

King et Kong sont des pandas, ils sont jumeaux mais très différents : King se prétend l’ainé et veut avoir toujours raison. Kong est un malin et le laisse dire… pour finir par manger tous les spaghettis pendant que King est occupé à pérorer. Ils jouent au… ping-pong. Ils s’enfuient devant les fourmis, dévorent des pizzas, commandent un frigo, se disputent. Une dispute plus forte est l’occasion de l’aventure de ce premier volume : Kong, lassé, s’en va, sans dire où il va.
Les tentatives pour communiquer (ils achètent certes chacun de leur côté un portable, mais comment faire quand on n’a pas le numéro de l’autre ?) sont très cocasses et ces pandas sont décidément très attachants.

On les retrouve dans un volume qui vient de paraitre : King et Kong se font livrer un cousin. Le cousin commandé sur internet aurait dû être un coussin, mais c’est un petit ours polaire qui  arrive chez eux par la poste : vous suivez ?
La question du sort de ce petit réfugié climatique, caractériel de surcroît (il est « bipolaire », nous dit-on), plonge les deux jumeaux et leurs amis dans de graves réflexions et de curieuses solutions où interviennent des loutres, des fourmis, la poste encore…
Inventivité verbale, cocasserie des situations, piquant des dialogues, jeux permanents entre le vraisemblable et le délirant, ces petits livres sont une fête. Alex Cousseau est décidément aussi talentueux dans la veine de l’absurde pour les petits lecteurs que dans celle du roman sérieux pour adolescents.

Manuel des gros mots de Roald Dahl

Manuel des gros mots de Roald Dahl
Susan Rennie (Compilation), Quentin Blake (ill.)
Traduction ( anglais) de Marie Leymarie
Gallimard jeunesse, 2019

Petit traité de création de gros mots

Par Anne-Marie Mercier

Grâce à ce livre, en plus de la joie de retrouver les belles trouvailles linguistiques de Roald Dahl, on  découvre à quel point le maître en personnages pittoresques a su leur donner leur propre langage : en effet, les géants, fussent-ils BG (bon gros), ne jurent pas du tout comme madame Legourdin, ni comme une grand-mère énervée, ni comme un croqueur de temps, ni comme Willy Wonka, etc.
Encore plus riches que les insultes du Capitaine Haddock, ces insultes mêlent mots rares, mots anciens, créations verbales, mots à l’envers, mots-valises, borborygmes, méli-mélos de mots étrangers, et bien d’autres.
Accompagnant ces listes infinies, quelques « informations dégoûtables » donnent des indications sur la manière dont les mots sont choisis ou fabriqués et des conseils précieux sur la meilleure façon d’insulter sans prendre trop de risques tout en étant expressif à souhait.
Les dessins de Blake sont comme ces mots : explosifs, excessifs, hilarants, à savourer.

Poussin

Poussin
Davide Cali, David Merveille
Sarbacane, 2019

Par Anne-Marie Mercier

«  à tous ceux qui rêvent de devenir de grands auteurs »

Dans cet album très drôle, il y a de  grands sujets : comment devient-on écrivain ? Et écrivain pour enfants ? Qu’est-ce que la vocation, l’inspiration, et que pèsent ces mots face à l’édition, à l’économie, à la loi du marché ?
Le héros de cette histoire veut depuis son enfance devenir écrivain, il sent qu’il en a la fibre, s’imagine un destin. On le voit faire plusieurs tentatives, se remettre sans cesse à l’ouvrage, persuadé chaque fois d’avoir créé un chef-d’œuvre, et découragé par les refus successifs des éditeurs auxquels il envoie ses romans.
Pour se venger de l’un d’eux qui lui a écrit qu’il fallait « simplifier son écriture », il envoie un torchon absurde, avec un héros idiot et banal (un poussin), illustré par ses soins, c’est-à-dire n’importe comment. Poussin fait du ski est un succès, il y a des suites, malgré ses tentatives pour décourager l’éditeur : Poussin fait un gâteau, Poussin fait du vélo, Poussin fait pipi au lit, etc. L’écrivain est invité dans les écoles, à l’étranger. Poussin est adapté à la télévision, fait vendre des produits dérivés et est traduit en 60 langues. L’écrivain apprivoise peu à peu sa créature et son succès en voyant ce qu’il apporte à ses petits lecteurs : la joie partagée, l’amitié d’un héros récurrent placé dans des situations simples.

L’album réussit à être à la fois une satire très drôle du monde des séries populaires pour enfants et à poser des questions graves sur ce qu’est l’écriture, la création, et la réception de ces œuvres.

Feuilleter sur le site de Sarbacane.

Le Fils du Père Noël

Le Fils du Père Noël
Nadja
L’école des loisirs, 2020

La vie secrète du Père Noël

Par Anne-Marie Mercier

Si vous voulez tout savoir sur les secrets de la vie du Père Noël, vous en apprendrez beaucoup : on y découvre sa maison, qui semble toute petite, vue de l’extérieur (telle que nous le montrent les cartes de vœux). En réalité (enfin, selon Nadja dont on connait l’inventivité et l’humour caustique), elle possède un nombre infini de pièces, chacune dédiée à une occupation des lutins – ceux-ci ne manquent pas d’imagination pour occuper leurs longues 364 soirées tranquilles. Le Père Noël se tient ordinairement dans son salon (bureau-chambre-salle de réflexion-home cinéma), à regarder sa série favorite avec de jolies lutines… Son majordome, un lutin qui tient à se faire appeler Alfred (en hommage à celui de Batman…), tente de faire régner l’ordre et y arrive en gros jusqu’à l’arrivée, dans un paquet cadeau, d’un enfant, le propre fils du Père Noël. On imagine le désordre que ce petit être insupportable et braillard (voir la couverture) va mettre dans ce petit monde paisible.

Le texte est drôle et les dessins ne le sont pas moins. Voila le mythe revisité, juste un tout petit peu égratigné, il reste de quoi faire rêver avec cette maison, sa forêt enneigée et ses rennes susceptibles.

 

Le Lapin qui ne disait rien

Le Lapin qui ne disait rien
Bruno Gibert
Sarbacane, 2019

Lapin, super star

Par Anne-Marie Mercier

Le lapin est un personnage essentiel dans l’album pour enfants (voir Le Livre pour enfants de Christophe Honoré qui écrit : « les lapins ont gagné »), et pourtant, qu’en sait-on, à part qu’il a de grandes oreilles ?
La liste des cris d’animaux est un classique des jeux sonores avec les enfants ; on les retrouve dans quelques livres, où les sons sont souvent figurés plastiquement de façon intéressante (voir Histoire de la petite dame qui aimait le bruit, de Val Teal, illustré par Robert Lawson). Mais on se demande rarement quels animaux ne figurent pas par leurs cris, et parmi eux il y a… le lapin.
Cet album montre des animaux à plumes et à poil, certains très bruyants et d’autres plus discrets, tout à coup inquiets du silence de leur camarade, tout seul silencieux dans sa cage. Ils décident de l’emmener voir un médecin spécialiste pour les enfants muets et l’on constate que le lapin ne parle pas, mais qu’il écrit. Stupeur, célébrité, il devient un écrivain renommé. Mais d’où lui viennent toutes ses idées ? pour le savoir, il suffit de se souvenir que, s’il ne parle pas, il a de grandes oreilles.
Les illustrations sont aussi cocasses et bruyantes (ou silencieuses) que le texte. Un régal.

Histoire de la petite dame qui aimait le bruit

 

Cyril et Pat

Cyril et Pat
Emily Gravett
Traduit (anglais) par Rosalind Elland Goldsmith
Kaléidoscope, 2018 (MacMillan children’s Books 2018)

 Tu ne vois pas ?

Par Chantal Magne-Ville

Encore une histoire d’amitié impossible, direz-vous ? Eh bien oui, mais revisitée par l’humour d’Emily Gravett, qui peint la rencontre d’un écureuil avec…un rat, dont, dès les premières pages, elle s’amuse à souligner l’incroyable ressemblance. Ce qui explique que Cyril, pauvre écureuil esseulé dans son parc anglais, peine à se rendre à l’évidence, puisqu’il a enfin quelqu’un avec qui jouer.
Pourtant ses voisins, pigeons, canards, et oies,  s’emploient à le mettre en garde : « Enfin, Cyril, tu ne vois pas ? Ton ami n’est autre qu’un…. ». Mais totalement aveuglé, Cyril achève toujours la phrase avec ses propres qualificatifs, tous plus généreux les uns que les autres : « écureuil, tout comme moi ! » ou « pur génie !», « esprit généreux !», ou « écureuil très malin ! ». C’est finalement un petit garçon venu lui donner des cacahuètes qui prononce le mot fatal : « un rat », à partir duquel la réalité s’impose ; fini de jouer à cache-cache, d’effrayer les pigeons, ou de fuir le chien, et… retour aux tourments de la solitude. Les jeux qui étaient amusants deviennent risqués quand on est seul, ses voisins n’hésitant plus à l’agresser.
La structure du livre joue sur des effets dilatoires, la réponse aux phrases interrompues nécessitant de tourner la page, pour une surprise et un plaisir toujours renouvelés. Le texte s’efforce de rimer : « Pour être amis, c’est évident, vous êtes trop différents !» ; le mot « rat » résonne avec « malfrat », laissant ressurgir tous les stéréotypes sur le rongeur.
Emily Gravett  montre le rat comme un voleur, un morceau de pain dérobé aux canards caché dans le dos, ou se défaisant difficilement d’un chewing-gum. La mimique des personnages est toujours très expressive, comme la hargne du chien sur le point d’attraper l’écureuil, hargne qui se mue en terreur face à l’armée des rats.
Le lecteur est emporté par le dynamisme des images, qui occupent souvent la double page, s’amusant à suivre le parcours des protagonistes retracé en pointillés de couleur lorsque le chien les course. Les pages très colorées du début s’obscurcissent quand, une fois seul, l’écureuil poursuivi se retrouve dans les bas fonds où règnent les rats. Mais partout de petites touches d’humour évitent de dramatiser : les boutiques ont des noms amusants « Le piège à rats », ou « Drôle d’ami », le chien agresseur, à la fin, promène des rats dans un patin à roulettes…
La double page d’introduction se retrouve à l’identique pour clore le récit, mais transfigurée par la nuance rosée de l’amitié retrouvée.

Une lecture aussi réjouissante qu’instructive !…

 

 

Nip et Nimp en voiture

Nip et Nimp en voiture
Lionel Serre
Les fourmis rouges, 2019

« Deux amis » en 2020 : des écolos urbains

Par Anne-Marie Mercier

Nip et Nimp sont deux amis qui vivent dans la ville tranquille de Normal et ont pourtant bien des aventures. Ici, c’est avec trois histoires à bord d’une voiture qui s’appelle, évidemment, Simone.
Au volant de Simone, Nimp défie Frim qui terrorise et assourdit la ville avec son bolide. Nip le sauve du ridicule dans une morale proche du lièvre et de la tortue mais qui met à jour le système « frime », qui a tant de place aujourd’hui.
Les deux amis luttent contre la nouvelle autoroute qu’ils n’ont pas vue venir. Pour sauver leurs ami/es les bêtes transformées en crêpes par les bolides, grâce à une astuce toute simple (vive le bricolage !), ils transforment l’asphalte en espace piétonnier.
Partis pour la mer, ils vivent le cauchemar des bouchons, des parkings bondés et découvrent la présence de Frim, partout : la solution sera dans l’abandon au hasard et à la générosité discrète de la nature.
Ces fables écolos sont portées par un rythme endiablé, un dessin aux contours arrondis et aux couleurs qui flashent, proches (en moins complexe, tout de même) des dessins de style psychédélique. Le grotesque des dessins comme des situations dévoile avec humour la folie de notre temps.
Ces histoires reprennent les personnages d’un premier volume, intitulé La Journée de Nip et Nimp en s’adressant à des enfants légèrement plus âgés, avec des récits plus développés.

Feuilleter

 

 

Béatrice l’intrépide

Béatrice l’intrépide
Matthieu Sylvander, Perceval Barrier
L’école des loisirs (2016), 2018

Conte féministe

Par Anne-Marie Mercier

Deux courts récits, « Béatrice et le prince » et « Béatrice et le diable », mettent en scène une jeune chevalière qui n’a pas froid aux yeux et ne se laisse impressionner ni par les princesses en belles robes, ni par les princes mous, ni par les dragons. Le diable même ne vient pas à bout de sa détermination et de ses tours.

On l’aura compris, ce conte de fée est résolument féministe. Elle refusera le prince qu’elle arrivera à conquérir, car cet être pâle accro aux jeux video et cloitré dans sa chambre confinée ne l’intéresse pas (avis aux garçons !). La morale de ces contes est est aussi à rebours de l’univers aristocratique de bien des contes : les princesses snobs sont mises en échec par les sandwichs au pâté de l’héroïne et son langage direct a peu à voir avec le style fleuri d’autres textes.

Enfin, c’est très bien écrit, avec un style vif, des dialogues rapides et qui sonnent vrai, un rythme endiablé, et deux histoires complètes en peu de pages (104, très aérées), illustrées de manière comique par Perceval Barrier.

 

Trois histoires vraiment bien

Trois histoires vraiment bien
Julien Bauer, Magali Le Huche
Les Fourmis rouges, 2019

Vrai de vrai…

Par Anne-Marie Mercier

Voilà effectivement, comme le titre l’annonce, trois histoires, toutes trois très énigmatiques et toutes trois « vraiment bien » qui jouent avec la vérité et l’absurde.

Un jour de neige, dans un jardin public, on trouve des traces de pieds de géant, des objets qui semblent appartenir à un géant, une énorme clé avec une adresse ; on y va, une voix énorme répond, on entre et on trouve… Piplo ! Il manque les images pour accompagner cette chasse au trésor comique et mignonne dans une ville qui semble croquée par Peynet.

« Coquin Colin », est nous dit-on « une histoire vraie », celle des époux qui figurent sur le célèbre tableau de Grant Wood, « American Gothic » (1930), l’un des tableaux les plus détournés au monde : ils auraient eu un fils, Colin, très coquin, qui aurait fait leur désespoir et ils seraient tombés sur la recette d’un élixir pour enfants agités, et, de là, auraient créé une boisson elle aussi iconique des USA (celle qu’évoque le titre…). Encore une fois, l’image donne son sens plein à l’histoire comme elle la rattache à l’Histoire, la culture américaine est ici saisie dans un grand raccourci.

L’incroyable mystère est celui de la disparition conjointe du poisson rouge de Romain (Paris, 6 ans), du lama d’Ezéchiel (Pérou, 7 ans) et du chien de Mme Baxter (USA, 83 ans)… on les retrouve sur la photo officielle des dirigeants du G7 : que s’est-il passé ? et que nous dit ce miracle ? Cette histoire dit-elle quelque chose de l’Histoire ? Ou n’est-ce « que » pour en rire ?

Sous la désinvolture du titre qui fait penser à celui de l’album de Christian Voltz intitulé « Le Livre le plus génial que j’ai jamais lu », et qui semble une facilité pour un recueil de récits séparés, il y a pourtant une unité ; d’abord l’univers de Magali Le Huche et sa façon de déplacer ses personnages sur la page blanche ou dans des décors simplement esquissés, aux  coloris délicats ; ensuite le jeu entre les mots et les images, les apparences et le réel, l’humour, et une façon de ne pas se prendre au sérieux tout en affirmant le contraire.