Le Magichien

Le Magichien
Ramadier et Bourgeau
L’école des loisirs (« Loulou et cie »), 2021

Abracadabra !

Par Anne-Marie Mercier

Le Magichien est un petit chien qui, sur une scène, invite le lecteur-spectateur à chercher avec lui le chat qu’il a fait disparaitre d’un coup de baguette. Il faut s’exclamer à chaque étape « Abacadacha ! » et trouver quel rabat actionner. Chaque étape fonctionne avec un dispositif différent et fait surgir un animal étonnant, de plus en plus gros et de plus en plus effrayant (enfin, pas trop).
Si le jeu sur les mots risque d’être peu compris, notamment pour des enfants qui ne sont pas accoutumés à la formule « Abacadabra », et peut-être au mot magicien,  tout le reste est bien adapté à un tout jeune lecteur, qui, mieux qu’un adulte saura soulever des rabats, les écarter, les abaisser… Les couleurs vives, les formes simples, la répétition et la surprise sont un délice.
Et bien sûr, à la fin on retrouve Minette, sous le chapeau du magicien… Bravo, bravo !

Ping Pong – Le livre des contraires

Ping Pong – Le livre des contraires
David A. Carter
Gallimard Jeunesse 2021

Pop-up en mouvement

Par Michel Driol

Gauche / droite, Gros / petit, en haut / en bas… ce sont sept contraires que cet album illustre. La technique est la même : grâce à un ingénieux système de pliage en accordéon, l’image s’anime et change quand on incline le livre de gauche à droite.

Les contraires proposés sont des classiques, mais nommés avec humour (riquiqui / géant) et déjà illustrés par la typographie choisie (disposition dans la page, couleurs, taille…). Ils permettent aussi de belles illustrations, surprenantes et originales (beaucoup / un peu). Les couleurs, pures et très vives, laissent une impression de joie et gaité.

Une belle création de David A. Carter, qui s’avère l’un des plus grands auteurs actuels de livres animés et de pop-ups inventifs.

Enquêtomania – Transports

Enquêtomania – Transports
Justine de Laguasie et Raphaël Martin – Daniel Sponton
La Martinière Jeunesse 2021

Où sont Charlie, Mathilda,Hitek, Lady Gogo et les autres… ?

Par Michel Driol

Sur le principe de Trouvez Charlie, voici 16 énigmes dans le monde du transport.

Un texte présente de nombreux personnages qu’il s’agit d’identifier grâce à un détail vestimentaire, ou par la position dans une illustration foisonnante. Chacune des pages est consacrée à un mode de transport (avion, montgolfière, bateau…) ou à un lieu (autoroute, ponton, galaxie…). Les textes, assez variés, présentent les personnages en action : accident, enquête policière, star du rap voulant passer inaperçue. Ils évoquent pour l’essentiel notre vie quotidienne, mais aussi les malfrats, pirates, bandits des enquêtes policières.

Ces personnages sont animalisés : leurs têtes sont celles d’animaux réels ou imaginaires, alors que les lieux sont représentés de manière assez réaliste avec une multitude de détails colorés.

Une dernière énigme invite à parcourir toutes les pages pour y découvrir des jumeaux cachés.

Un ouvrage jeu qui  plaira aux jeunes lecteurs et montrera que lire, c’est chercher et repérer des indices significatifs.

Emplettes

Emplettes
Jérémie Fischer
(Les Grandes Personnes) 2021

Epicerie zinzin ?

C’est un dialogue entre une épicière et un client. Bonjour Madame – Bonjour Monsieur – Vous désirez… C’est alors que cela dérape avec des quantités astronomiques de beurre, du poisson, du chien, le tout pour une somme faramineuse en euros… Mais là n’est pas l’intérêt de cet étrange album.

Sous forme d’un carnet à spirale, voici un objet étonnant composé de pages abstraites en deux couleurs, séparées par des feuillets transparents bicolores eux-aussi. Lorsque le feuillet se pose sur une page, un mot apparait, tant au recto qu’au verso, permettant ainsi de lire le dialogue. C’est donc à un jeu sur les transparences, et à une façon quasi magique de faire apparaitre le texte et l’histoire que nous convie Jérémie Fischer, jeune illustrateur qui mise sur la simplicité graphique et le couleurs pour surprendre le lecteur et l’emmener dans son univers humoristique et abstrait.

Un livre objet très graphique pour se laisser surprendre par les formes géométriques, les transparences et les couleurs.

La Malédiction des Flamants roses

La Malédiction des Flamants roses
Alice de Nussy, Janik Coat
Grasset jeunesse, 2021

Par Anne-Marie Mercier

Voilà un titre étrange. L’album qui le porte est tout aussi surprenant, davantage même car il est impossible de le rattacher à un genre existant sinon en le mettant dans la catégorie des « méta » à l’exemple d’albums de Paul Cox (Le Livre à taches) ou d’autres de Christian Voltz (Le livre le plus génial que j’ai jamais lu) : il se construit (ou ne se construit pas) sous nos yeux : les personnages d’abord, qui dépendent du titre choisi. C’est d’abord une danseuse, parce que l’illustratrice a mal compris la tâche, puis d’autres animaux, un peu au hasard, pour varier : corbeau, écureuil, ours, éléphant… il y a même un loup et son inévitable chaperon rouge. Ensuite, il faut trouver un décor qui satisfasse tout le. monde : plusieurs sont choisis (forêt, banquise, plage, montagne…) dans lesquels on installe les personnages qui donnent tous leur avis sous forme de bulles, protestent, donnent un avis ou transmettent une recette de cuisine. Ensuite, il faudrait installer l’intrigue.
Mais c’est trop tard, il n’y a plus de place : au lecteur de l’inventer grâce aux dernières pages qui proposent les personnages à découper et les planches de décors, vides cette fois, pour les faire évoluer. Au lecteur de choisir s’il veut un récit policier ou fantastique comme le suggère le titre, un conte avec un loup, ou une fantaisie totale. Le graphisme est superbe, le papier fort sera parfait pour les découpes ; mais on pourra aussi télécharger les images si on veut garder intact ce bel objet.

 

 

Ferme

Ferme
Lisa Jones et Edward Underwood
Flammarion, Père Castor, 2020

La ferme en poussette

Par Anne-Marie Mercier

Il est intéressant de voir ce que cela donne quand un éditeur de « vrais » livres tel que le Père Castor de Flammarion se lance dans le livre en tissu (ou livre de poussette puisqu’il est conçu pour pouvoir y être accroché).
Le résultat est intéressant. Tout d’abord, même si l’objet est livré dans une boite, il imite un vrai livre, avec une tranche sur laquelle se lit le titre (appelant à la collection sur l’étagère ? Il y a trois autres titres des mêmes auteurs). À l’intérieur, on trouve presque une histoire avec les saluts du « héros » (le bébé Hector) à la première page et à la dernière. Au milieu, même si c’est énoncé en phrases complètes et simples, c’est un parcours plus proche des livres traditionnels pour bébés, avec des portraits successifs : le tracteur, la poule et ses poussins, la vache, le mouton, les cochons, le coq, chacun avec son cri.
Couleurs vives, formes simples, et en bonus des pages matelassées, plus une qui crépite.
Les époux Jones-Underwood collaborent dans un travail de création de cartes de voeux et objets décoratifs dans le cadre du Lisa Jones Studio.

 

Le Noël du père Noël

Le Noël du père Noël
Camille von Rosenschild, Alice Gravier
De la Martinière jeunesse, 2020

Tuer le père (Noël) ?

Par Anne-Marie Mercier

Les illustrations réalistes d’ Alice Gravier ont un petit côté vintage, proche des images de Noël d’autrefois et sont réalisées dans un style « ligne claire », proche de la BD, et joliment colorées. Elles fournissent beaucoup de détails : on n’ignore rien des bretelles et des caleçons du Père Noël, de son intérieur où une mère Noël d’allure jeune lit au coin du feu. La nuit étoilée et la neige sont rendues avec poésie.
Le personnage du Père Noël est bien abimé dans cette histoire : il est représenté comme un gamin insupportable avec tous les mauvais côtés du cliché : capricieux, impatient, impossible à raisonner etc. Il y a de quoi s’inquiéter : pourra-t-on « sauver Noël » ? Heureusement, la mère Noël est là. Ca fera sans doute rire les enfants, mais on peut s’interroger sur l’intérêt qu’il y a à détrôner cette dernière figure masculine respectée : après les loups ridicules, les vampires gentils, les princes mous, que restera-t-il?
La plus grande originalité de cet album  réside dans sa forme : la couverture et les pages suivent une découpe qui imite la forme d’un paquet cadeau surmonté d’un gros ruban rouge.

Pour rappel : On peut aussi relire ou offrir le merveilleux Boréal express de Chris Van Allsburg, qui ne tourne pas le dos au mythe du père Noël tout en le revisitant, ou bien chercher une image moderne et drôle de celui-ci dans l’album récent de Nadja, Le Fils du Père Noël, où celui qui fait l’enfant est l’enfant, et non le père.

Bien rangés à l’école

Bien rangés à l’école
Elo
Sarbacane, 2020

Range ta classe !

Le petit théâtre de l’école, c’est aussi bien la cour que le couloir, le dortoir, la cantine, la classe. Tous ces lieux sont représentés très colorés et très pleins : pleins d’enfants-patates aux nez pointus, de sexe indéterminé, de diverses couleurs (bleus, rouges, rose, vert…), très actifs et coopérants, quand ils ne sont pas rêveurs et contemplatifs, et plein de meubles, de décorations, d’objets de toutes sortes (aquarium, crayons, ciseaux et colle, papier hygiénique, gâteaux, chaussons..).

Toute cette animation sans parole se combine avec celle que propose le dispositif : un disque à faire tourner sur lequel apparaissent toutes sortes d’objets lorsqu’ils se trouvent face aux découpes de la page. Ainsi, il faut chercher où placer la chaussette qui se promène dans un endroit incongru, sortir les biscuits de la table où l’on dessine, découpe et colle, remettre le serpent dans le vivarium, attribuer à chacun son doudou, et ne pas mélanger les bottes et les bonnets…
Il y en a des choses à ranger, désigner, commenter ! Cet album est un support drôle pour nommer les choses, les apprivoiser… et peut-être apprendre à ranger en comprenant la logique de chaque classement. Malin !

Écureuil

Écureuil
Géraldine Collet, Olivia Cosneau
Sarbacane, 2020

 Cachettes

Par Anne-Marie Mercier

Cet écureuil à l’œil rond nous est présenté à travers un jeu de questions-réponses dans un petit album carré et cartonné, bien adapté aux petits. Les rabats ont l’air solides et sont faciles à manipuler. Les questions trouvent leur réponse en soulevant les rabats, ce qui dévoile une autre image et un autre texte : on y voit l’écureuil dans son nid, courant, mangeant, etc. et de nombreux de détails sont à découvrir autour de lui.
Les dessins sont tout en rondeurs, avec de belles harmonies de couleurs où l’on sent l’expérience de design textile d’Olivia Cosneau.

Voir d’autres albums de ces deux autrices, autour des animaux, chez Sarbacane

1, 2, 3 bébés

1, 2, 3 bébés
Georgette
Amaterra, 2020

Jouons et comptons avec les bébés

Anne-Marie Mercier

Ce petit album cartonné propose un dispositif tout simple et efficace : chaque double page montre un animal et donne une même phrase avec des variations : dans le ventre de « Y « (l’éléphante, l’ourse, la lapine….) il y a « X » bébés.
Un rabat cache, dans le ventre de cet animal, un, deux, trois, quatre… jusqu’à 9 bébés ; la dixième double page est une surprise. Ces animaux tout ronds et souriants sont attachants, et leurs petits, représentés comme des adultes miniatures, ne respectent pas la distanciation et c’est joyeux.