Pas plus haut que trois pommes

Pas plus haut que trois pommes
Marine Schneider
L’école des loisirs, Pastel, 2021

Sans Boucle-d’or

Par Anne-Marie Mercier

Les aventures des trois ours (grand, moyen, petit) troublés par l’irruption de Boucle-d ’or dans leur maison sont ici joliment détournées, et reprises avec de multiples variations : c’est petit ours qui sème le trouble, levé avant tous les autres un beau matin : il boit le grand bol – et non le petit – , se peigne avec le grand peigne, et enfile le grand bonnet.
Le réveil de ses parents (en fait de « moyen » et « grand », qu’on identifie souvent comme père et mère) permet d’énumérer à nouveau les objets sous la forme de questions (« qui a bu… ? », etc.) et de les représenter par triplettes. Puis les adultes se lancent à la recherche de petit ours, ce qui permet de visiter les autres catégories (moyen et petit) pour finir, bien sûr, dans le grand lit, en évoquant toutes les tailles de câlins, jusqu’à l’énorme.
Les illustrations sont charmantes et très lisibles et le conte est revisité de façon intéressante, permettant ainsi de varier les supports pour la découverte des catégories de taille.
En outre, c’est une version rassurante (rien qui fasse peur ici), pour ceux qui auraient peur de confronter les enfants aux angoisses de la Boucle-d’or originelle, dont l’hisotire ressemble à un mauvais rêve.

Le voyage sur la lune

Le voyage sur la lune
Isabelle Gil
L’Ecole des Loisirs, 2020

Quand on respecte les plus jeunes

Par Christine Moulin

L’album cartonné semble solide et prêt à supporter manipulations et morsures des tout-petits. Ce n’est pas pour autant qu’il cède à la facilité des imagiers sans originalité. Il propose une aventure, celle d’Ourson qui décolle pour un voyage dans l’espace. Le jeune lecteur a le droit à des péripéties et à … une chute, qui est aussi une célébration de l’amitié et des jeux partagés. Les illustrations, des photos très lisibles mais parfois joliment poétiques (quand, par exemple, il s’agit de représenter la lune), détournent des objets du quotidien pour en faire des engins spatiaux et célèbrent ainsi les pouvoirs de l’imagination. Le texte, tout simple, n’est pas plat: il comporte des dialogues, des onomatopées, des exclamations, voire, luxe suprême, des inversions du sujet (« Enfin arrive le jour du départ »). Autrement dit, on peut être exigeant tout en se mettant à la portée des bébés lecteurs et c’est une bonne chose!

Mes Comptines, 1, 2, 3 Mes Berceuses jazz

Mes Comptines, 1, 2, 3

Mes Berceuses jazz
Elsa Fouquier
Gallimard jeunesse (Mes imagiers sonores), 2021

Musique et gestes pour les petits

Par Anne-Marie Mercier

Ces deux nouveautés d’une collection qui plait beaucoup aux enfants, proche de la collection de Didier, propose l’un certains grands classiques de la culture d’enfance, l’autre des titres moins connus de ce public. Les deux livres sont des rééditions de 2016 et 2017.
Les comptines rassemblent, entre autres, « un petit pouce qui danse », « quand trois poules vont aux champs », « un petit cochon pendu au plafond », tous très présents dans le répertoire des crèches et écoles maternelles. Les chansons sont interprétées par des enfants, accompagnés de façon simple (guitare, banjo, xylophone…).
Les berceuses rassemblent des voix d’artistes connus : Ella Fitzgerald, Bing Crosby, Sarah Vaughan, Billie Holiday, Ann Richards et des berceuses célèbres, bien sûr toutes en anglais.
Selon le principe de ces collections, une pastille facilement repérable permet d’actionner le son ; les livres sont en carton fort, conçus pour résister à de nombreuses manipulations.

 

 

 

 

 

Collection Mon petit livre sonore

Cot cot cot !

Cotcotcot !
Benoit Charlat
L’école des loisirs (« Loulou et Cie »), 2021

C’est moi ta maman

Par Anne-Marie Mercier

Au commencement il y a… un œuf, tout seul, bien blanc sur un fond vert. Une poule blanche survient, s’extasie et commence à le couver. Arrive une poule grise qui revendique l’œuf et chasse la première. Dans la bagarre, l’œuf se fend, un oisillon jaune en sort et la bataille recommence, mais cette fois sur le mode de la séduction déployée par chacune pour le petiot. Il finit par les mettre d’accord par un coin coin révélateur, et filera vers la mare où l’attend une maman canard.

Voilà donc un nouvel opus dans la série des albums qui traitent de la recherche de paternité ou maternité. Ici, la différence est que l’enfant est totalement indifférent et très sûr de son identité, chose plus rassurante. Le plaisir de l’histoire tient aussi au langage, fait essentiellement d’onomatopées et de variations en cot cot et à la simplicité de l’ensemble.

10 escargots font la course

10 escargots font la course
Isabelle Gil
L’école des loisirs (« Loulou et Cie »), 2021

Compétition suave

Par Anne-Marie Mercier

On retrouve avec plaisir l’art d’Isabelle Gil, qui photographie des petits objets dans des décors naturels (ou faisant semblant de l’être) en jouant sur des effets d’échelle : oursons en chocolat, peluches ou autres objets de l’enfance deviennent de vrais personnages, vivant des aventures, passant par diverses émotions. Les escargots en pâte à modeler pourvus de vraies coquilles, déjà présents dans Le Déjeuner sur l’herbe, Le Chapeau de maman et Les Vacances, sont ici, au nombre de 10, les acteurs d’une belle compétition car comme chacun sait, ils adorent faire la course.
De nombreux enfants ont joué à faire des courses d’escargots (des vrais) en peignant leurs carapaces afin de les distinguer. Isabelle Gil a collé des gommettes numérotées, c’est plus élégant.
Les escargots étant ici plus proches du lièvre que de la tortue de la fable de La Fontaine, chacun fait une pause pour une raison différente : le 1 pour déjeuner, le 2 pour dormir, le 3 pour lire… chaque scène est composée avec des objets tantôt en taille réelle (la salade du déjeuner), tantôt en miniatures fabriquées pour l’occasion (le livre, la chaise, le hamac, le lavage de voiture…), tout est charmant et drôle et les escargots affichent des expressions très parlantes.
Quant à la chute comique de ce petit album tout en carton, elle permet de revenir au point de départ pour recommencer le joli circuit, et, pourquoi pas, apprendre à compter de 1 à 10.

 

 

 

Hirondelle, Mademoiselle Mangetou

Hirondelle, Mademoiselle Mangetou

Hirondelle
Géraldine Collet, Olivia Cosneau
Sarbacane, 2020

Mademoiselle Mangetou
Nicolas Codron, Julie Colombet
Sarbacane, 2020

Petits carrés animaliers

Par Anne-Marie Mercier

Ces deux albums cartonnés, livres à systèmes, proposent deux orientations différentes. L’un, Hirondelle, est un documentaire montrant la vie des hirondelles sur une année : du printemps où elles créent leur nid à l’automne où elles migrent, l’hiver où elles restent au chaud, et enfin le printemps où tout recommence. Dessins très stylisés et donc bien lisibles, couleurs douces, sont un premier plaisir. L’autre plaisir est celui des rabats, aux dispositifs très variés, qui introduisent une surprise, un rythme. On découvre ce qui est caché, ou la suite d’un mouvement…

Dans Mademoiselle Mangetou, le temps est très court : on suit le trajet de l’appétit de la gloutonne chenille en suivant son corps en accordéon qui traverse les pages, passant par une fraise (« trop sucré ! »), un morceau de fromage (« trop gras ! »), une botte en caoutchouc (« trop vide »), pour finir sur une feuille bien verte (qui la satisfait enfin).

Très maniables, jolis, lisibles, voilà de beaux objets pour les petits.

 

Le matin/ le repas/Le bain/ Le soir

Le matin/ le repas/Le bain/ Le soir
Jeanne Ashbé
L’école des loisirs (Pastel, « des images pour se parler »), 2021

Lisons, causons

Par Anne-Marie Mercier

Petits recueils d’ « images pour se parler », ces quatre imagiers sans texte proposent en page de gauche des situations du quotidien et en vis-à-vis des images montrant un objet extrait de la scène. Si les situations sont banales, le personnage du doudou de Lou, Mouf, introduit un peu de narrativité et de fantaisie.
Ainsi, l’on peut décrire ces scènes simples, inscrites en gros traits noirs et souples et joliment colorées de motifs divers et de ton harmonieux ; on peut rire des bêtises du doudou et parfois de Lou, et évoquer tous ces plaisirs du quotidien vécus ensemble ou à distance. Ce sont de jolis supports pour l’élaboration progressive du langage d’évocation, si important pour le développement des tout petits, et une belle introduction à l’art graphique de Jeanne Ashbé, bien connue pour ses petits albums inscrits dans le quotidien des tout petits (comme le célèbre À ce soir, par exemple) .

Pour aller plus loin : le Monde de Jeanne Ashbé.

Lou et l’agneau La Famille Dodo

Lou et l’agneau
La Famille Dodo
M.B. Goffstein
Didier jeunesse (« Cligne cligne »), 2019

Petits trésors américains des années 60

Par Anne-Marie Mercier

Ces petits bijoux, joliment traduits en français et publiés dans la collection « Cligne cligne » de Didier qui réédite des chefs d’œuvre oubliés de la littérature de jeunesse, datent l’un de 1966 (Sleepy People) pour l’édition originale, l’autre de 1967 (Brookie and her lamb). Dessin minimal, un simple tracé à l’encre noire sur fond blanc qui esquisse les silhouettes de l’enfant et de son agneau apprivoisé, silhouettes  remplies de gris aquarellé pour la famille Dodo, et histoires minuscules dans un petit format cartonné élégant.

Dans Lou et l’agneau, on présente un agneau à qui une petite fille, Lou (beau jeu de mots évoquant la fable, mais aucune violence ici), a appris à chanter et à lire : mais chaque fois on constate que son seul répertoire est « Bêê, bêê bêê ». N’importe, Lou en est contente et une jolie promenade et des scènes de tendresse le prouvent.

Sleepy People/ La Famille Dodo est plus onirique (forcément) : quatre personnages, dans lesquels on reconnait un père, une mère et deux enfants, vêtus d’une chemise de nuit et d’un bonnet de nuit dorment tout le temps et partout, dans une pantoufle, par exemple. Le récit est proche de comptines évoquant bâillements, étirements, sommeils et chocolats chauds, et s’achève avec la berceuse chantée par maman Dodo, qui endort à coup sûr les bambins.

Les deux livres sont très charmants, une petite bibliothèque idéale pour rire le jour des apprentissages (cet agneau est à l’image de l’enfant qui entre à l’école) et s’endormir au soir.

Rappelons, dans la même collection le très bel album, atemporel lui aussi, de Margaret Wise Brown illustré par Rémy Charlip, Une Chanson pour l’oiseau. Une troupe d’enfants trouve un oiseau mort, s’interroge, et décide de l’enterrer joliment. Ils chantent une petite chanson « comme font les adultes comme quelqu’un meurt » et passent à autre chose. Voir la chronique de François Quet sur lietje.

Le Magichien

Le Magichien
Ramadier et Bourgeau
L’école des loisirs (« Loulou et cie »), 2021

Abracadabra !

Par Anne-Marie Mercier

Le Magichien est un petit chien qui, sur une scène, invite le lecteur-spectateur à chercher avec lui le chat qu’il a fait disparaitre d’un coup de baguette. Il faut s’exclamer à chaque étape « Abacadacha ! » et trouver quel rabat actionner. Chaque étape fonctionne avec un dispositif différent et fait surgir un animal étonnant, de plus en plus gros et de plus en plus effrayant (enfin, pas trop).
Si le jeu sur les mots risque d’être peu compris, notamment pour des enfants qui ne sont pas accoutumés à la formule « Abacadabra », et peut-être au mot magicien,  tout le reste est bien adapté à un tout jeune lecteur, qui, mieux qu’un adulte saura soulever des rabats, les écarter, les abaisser… Les couleurs vives, les formes simples, la répétition et la surprise sont un délice.
Et bien sûr, à la fin on retrouve Minette, sous le chapeau du magicien… Bravo, bravo !

Couleurs

Couleurs
Léo Lionni
L’école des loisirs, 2021

Pop ! Splotch !

Par Anne-Marie Mercier

Dans ce petit album carré cartonné aux coins arrondis pour les tout-petits, les souris de Léo Lionni sont de bons professeurs : elles emmènent le regardeur dans le monde des couleurs à travers un imagier qui associe à gauche une page colorée dans laquelle s’inscrit le nom de la couleur en camaïeu (rouge, bleu, jaune, vert, et aussi rose, noir, violet, gris, blanc, marron,orange) avec, à droite, une page qui met en scène cette couleur.
Le texte qui accompagne cette image associe ce nom avec un ou des adjectifs (un ballon rouge vif) un objet qui porte la couleur (un délicieux sirop de citron, une piscine scintillante), des situations (rose: un chewing-gum qui m’éclate au nez ; noir : le ciel, la nuit ; marron : la boue qui fait splotch splotch): les mots sont eux mêmes un matériau sensible, comme les couleurs, superbes de densité et de nuances, et les formes.
Pour compléter la collection, il y a aussi, du même auteurs les Lettres et les Chiffres.