Esprit es-tu là ?

Esprit es-tu là ?
Dominique Erhard, Anne-Florence Lemasson
Les grandes personnes, 2021

Grands esprits pour petits (et grands) enfants

Par Anne-Marie Mercier

Les petites poupées mangeuses de chagrins que l’on met sous l’oreiller pour se réveiller serein sont proches de ces poupées Kachiwas en bois, réalisées par les Indiens Pueblos du Nouveau-Mexique pour leurs enfants. Elles incarnent des esprits élémentaires qui vont les protéger et les guider.
Dominique Erhard et Anne-Florence Lemasson nous livrent des poupées de papier à travers ce livre pop-up qui en s’ouvrant fait naître ces êtres totémiques. Superbement agencé, ce dispositif crée de belles figures, chacune accompagnée d’un texte qui lui donne la parole.

Face à toutes les terreurs, se dressent ces esprits bienveillants qui vont rassurer l’enfant (et pourquoi pas l’adulte ?). Il y en a un pour chaque circonstance :

Contre la peur du noir : Mongwu le hibou
pour calmer la colère : Hemis la pluie,
contre la timidité : Kwahu l’aigle,
contre la tristesse : Sowi Ingwa le cerf,
et pour célébrer la joie : Tawa le soleil !

De quoi bien s’assurer que l’année sera bonne !

Regarder l’animation sur le site de l’éditeur

Pépé et Cracotte

Pépé et Cracotte
Adèle Massard
Les Grandes Personnes, 2021

Où est passé le chat?

Par Anne-Marie Mercier

Ce grand album en forme de « cherche et trouve » demande de chercher non seulement Pépé et son petit chien blanc, Cracotte, mais bien d’autres personnages : des couples, (en tous genres), des personnes seules (de tous âges et toutes couleurs de peau), un chat égaré que d’autres cherchent aussi, et même un personnage mystérieux qui se cache derrière des lunettes noires et de multiples chapeaux…
Tout cela se fait dans un grand décor, ce qui complique la quête. C’est celui du quartier où vivent tous ces personnages. L’une des doubles pages les présente au marché, une autre devant un grand magasin… Ils en croisent d’autres qui ne font pas partie de l’enquête mais ajoutent encore de la vie et de la couleur, et de la complexité.
La technique extrêmement fine de papiers découpés appliquée à des matériaux divers (tissus, feutrine, carton, plastique transparent…) donne à ces scènes un joli relief. Les couleurs vives, les multiples détails, la qualité de l’impression en font un bel objet à lire et relire, parcourir et savourer.

Une Autre Histoire de dinos

Une Autre Histoire de dinos
Emmanuelle Brillet

L’élan vert, 2021

Dinosaures : une aventure pas comme les autres ?

Par Matthieu Freyheit

On serait tenté, s’agissant de dinosaures, de balayer tout nouvel ouvrage d’une formule bien connue : « Tout est dit ». Mais en paléontologie comme en préhistoire, le mouvement règne : ainsi le sommeil du tyrannosaure, en couverture de cet album, est-il trompeur, et il suffit d’ouvrir le livre pour voir ce même dinosaure en coureur de marathon. Durer, voilà l’enjeu, et le paratexte se réclame à ce titre d’une perspective vaste : « Alors chères lectrices, chers lecteurs, gardez bien en tête que la terre est en perpétuelle évolution. » En d’autres termes : le mouvement seul, dure.
Cet album documentaire ne cache pas son ancrage écologique, le dinosaure étant depuis longtemps devenu une figure privilégiée de la « lecture verte » du monde. La Terre, qui devient « notre » planète, signifiant une appartenance qui dit à la fois l’intimité et la responsabilité, fait l’objet d’une morale que notre époque désignerait volontiers par ce mot qu’elle se répète : « care » – « Il faut en prendre soin », dit-on.
C’est ce paradoxal postulat a posteriori qui ouvre l’épopée terrestre : l’auteure ne se contente pas d’y présenter les dinosaures mais s’applique à situer leur règne, entre naissance des formes de vie et anéantissement d’une partie d’entre elles. Il faut de nombreuses aventures, et autant d’évolutions et d’adaptations qui sont leurs corollaires, pour en arriver à nos fameux dinos, dont nous connaissons déjà, plus ou moins bien, certains des acteurs les plus illustres : le tyrannosaure, le stégosaure, l’ankylosaure, l’iguanodon, etc. Un règne imposant, diront certains à la vue des bestiaux, mais l’auteure remet les choses en perspective : d’une part en rappelant que tous les dinosaures n’étaient pas des géants ; d’autre part en soulignant que les dinosaures n’ont jamais été seuls sur Terre : entourés de ptérosaures dans les airs, d’une vie marine riche et tout aussi impressionnante, mais également de mammifères, ils n’étaient qu’un ordre parmi d’autres.
À la fois documenté et ludique, précis tout en assumant les blancs de l’histoire et les questions en suspens, Emmanuelle Brillet signe un album qui ne sacrifie rien au plaisir graphique qui fait cohabiter sans tension le réalisme et l’imaginaire. C’est que « […] dans le ‘document’ paléontologique, le sens est entièrement à construire. Reconstituer un animal disparu, un dinosaure par exemple, est une opération singulière qui vise à produire l’image d’un être ‘inouï’, jamais vu de mémoire d’homme, qui fut jadis vivant mais dont jamais nous ne connaîtrons l’original », rappelle Claudine Cohen dans La Méthode de Zadig, pour qui l’imagination est partie-prenante de la méthode paléontologique.

Reste que nous savons comment s’achève l’histoire des dinosaures : mal. L’auteure soigne cependant la transition, fidèle à ce qui avait été annoncé : c’est le mouvement qui règne et, avec lui, la vie, qui cèdera la place à un nouveau héros : le mammifère.
Loin d’être anecdotique, cette mise en perspective revient sur l’idée que l’histoire des dinosaures n’est pas la nôtre. En effet, ce n’est pas parce que dinosaures et hommes n’ont pas cohabité qu’ils ne peuvent pas partager une communauté de destin.

Mais pour suivre le fil, le moment est venu de se plonger dans une autre « autre histoire » : celle des hommes préhistoriques, toujours chez l’Élan vert, et toujours avec Emmanuelle Brillet, dont le talent de la science et celui du dessin se conjuguent à l’art de la transmission.

Les Victorieuses ou le palais de Blanche

Les Victorieuses ou le palais de Blanche
Laetitia Colombani, Clémence Pollet
Grasset jeunesse, 2021

Un palais pour les femmes sans toit

 

Par Anne-Marie Mercier

Reprenant le dispositif de destins croisés utilisé par Laetitia Colombani dans son roman au titre semblable (en Livre de poche), cet album pour la jeunesse remplace le personnage de la jeune femme d’aujourd’hui (peu apprécié d’ailleurs par la critique du « Masque et la plume » au moment de la parution du roman) qui faisait le pendant de Blanche par une héroïne enfant : Sumeya a cinq ans ; elle est partie d’Afrique avec sa maman pour venir à Paris, où elle a trouvé refuge dans le « palais de la femme », un hôtel situé à Charonne, racheté par Blanche Peyron et son mari pour l’Armée du salut.
Salma, la réceptionniste, lui raconte l’histoire de Blanche, une histoire d’émancipation, de voyage, d’amour (la rencontre avec son mari, salutiste, est joyeuse, autour d’une découverte de la bicyclette et de multiples chutes). Document sur l’action d’une femme du XIXe siècle qui ne s’est pas laissée enfermée dans le rôle que l’on voulait lui assigner, évocation du travail d’une association caritative particulière, au service des plus démunis, constat de ses réussites et du travail qui reste à faire, c’est un album gai, très coloré, dans lequel on insiste davantage sur les réussites dans le domaine de l’accueil des réfugiées que sur les carences. Il n’ y a pas de misérabilisme, mais pas non plus d’aveuglement, pas de religion, ni d’austérité rébarbative, beaucoup d’élan et de jeunesse : les femmes sont des « victorieuses », ou sont en passe de le devenir.

 

Des Jumeaux à Versailles. Roi-Soleil, nous voilà !

Des Jumeaux à Versailles. Roi-Soleil, nous voilà !
Nathalie Somers
Didier jeunesse (Mon marque page +)

La Cour de Versailles version 2021

Par Anne-Marie Mercier

Deux jumeaux, fille et garçon, orphelins, appartenant à la noblesse de province désargentée, vivent heureux. Un maitre d’arme les entraine tous les deux, chose un peu curieuse. Un prêtre les instruit, une cuisinière les nourrit, les soigne, les câline. Un mystère dont ils ignorent même l’existence entoure la personnalité de leur père que le maitre d’armes a bien connu et dont il tient l’identité secrète : cette intrigue sera sans doute mise en réserve pour d’autres épisodes mais on devine déjà que la fameuse botte que le maitre d’armes doit leur transmettre la dénouera (comme la botte de Nevers dans le Bossu de Paul Féval).
Le garçon, Nicolas, est recruté comme chanteur à la Cour. Louise désespéré d’être séparée de lui se débrouille pour être embauchée comme joueuse de luth auprès d’une dame de sa province qui « monte » à Paris. À la Cour les attendent de multiples intrigues et dangers dont, on le devine, ils se sortiront avec humour, bonne humeur, solidarité et courage. Quant au Roi-Soleil, malgré le titre, il brille par son absence.
L’histoire tourne bien, avec un bon rythme. Mais ces jumeaux sentent à plein nez leur XXIe siècle, tant dans leur mentalité que dans leurs expressions. D’ailleurs, pour les dialogues comme pour la narration l’auteur semble n’avoir fait aucun travail sur le style ; c’est à peine écrit et souvent proche de l’oral. Est-ce pour aider les lecteurs ? À mon avis c’est excessif.
Louise est une héroïne charmante avec tous ses talents et Nicolas un frère très aimant. Sur la première de couverture, ils sont bien mignons, ces jumeaux aux joues rebondies et au petit nez retroussé. Ils ont une allure de personnages de manga avec leurs grands yeux ; ceux de la fille sont marqués par des cils épaissis au mascara, chose bizarre : il semblerait que les éditeurs aient souhaité que le marquage genré soit net sur la couverture, sans doute pour contrebalancer (ou mettre en valeur ?) le fait que le garçon porte un luth et la fille un fleuret ; cela se confirme avec la jolie robe portée par la fille, en contradiction totale avec le texte qui dit qu’elle pratique l’escrime avec des habits de garçon. De plus, cette jolie robe n’arrive que tard : comme dans tous les ouvrages qui évoquent le XVIIe siècle et se passent à la Cour, la question des vêtements et de la belle robe est un sujet qui semble inévitable, histoire de plaire aux jeunes lectrices, sans doute, mais c’est aussi une question cruciale à cette époque, encore plus qu’à la nôtre, que le marquage social par le vêtement.
Pour ceux qui aimeraient un style plus travaillé dans des romans historiques, rappelons l’existence de la belle série des aventures d’Eulalie de Potimarron de Anne-Sophie Silvestre.

 

Les Amours de Zeus

Les Amours de Zeus
Soledad Bravi – avec la complicité de Jean Boutan
Rue de Sèvres 2021

La jalousie d’Héra et autres histoires amusantes

Par Michel Driol

Héra, Métis, Séléné, Lamia, Alcmène… On ne compte plus les « conquêtes féminines » de Zeus. Sous forme de bande dessinée, cet album en présente une dizaine, en mettant l’accent sur la façon dont Héra se venge de ses « rivales » et de leur descendance.

Ce sont des dieux et des déesses de la mythologie grecque dont il est question ici, et pourtant l’album met bien en évidence leur comportement dans ce qu’il a de plus humain. D’un côté, la volonté de séduire, conquérir plutôt, suivre ses désirs sans limitation, de l’autre le sentiment de trahison et le besoin irrépressible de se venger. Avec une grande légèreté de ton, et un humour souvent décalé, l’album permet au lecteur contemporain de découvrir ou redécouvrir quelques-uns des grands mythes de l’Antiquité. Chaque épisode est simplifié, et traité en une quarantaine de vignettes expressives, dans lesquelles les personnages parlent  (ou commentent l’action) une langue familière très contemporaine.

A l’heure de Me Too, de « Balance ton porc », peut-on avoir le même regard sur Zeus, premier prédateur sexuel ? Faut-il chercher des circonstances atténuantes dans sa famille : tout commence par son père Cronos, qui mange ses enfants, et dont Zeus veut se venger, continue par le viol de sa mère Rhea, puis l’inceste avec  sa sœur Héra. Tout cela est raconté dans une langue simple, permettant au lecteur de prendre conscience de la monstruosité des personnages évoqués. On apprécie que le mot « viol » soit utilisé, sans que les aventures sexuelles de Zeus ne soient édulcorées. De la même façon, l’image n’hésite pas à montrer, avec décence toutefois, les relations sexuelles et l’horreur des meurtres.  Ces mises à distance, par l’image, le ton, le vocabulaire, permettent au lecteur de mesurer ce qu’il y a d’humain dans ces histoires divines, mais aussi, sans doute, de relire ces mythes au regard de notre actualité.

Un ouvrage plein d’humour et d’allant, à réserver sans doute aux plus grands, pour mieux questionner nos rapports avec les mythes fondateurs.

Un Trésor lourd à porter

Un Trésor lourd à porter
Maxime Derouen
Grasset jeunesse, 2021

Petit trésor

Par Anne-Marie Mercier

Il est rare de trouver une réécriture de contes qui ne tombe pas dans le contre-stéréotype facile ou l’affadissement. Voilà une belle histoire de dragon et de princesse, qui renouvelle les possibles de ce duo sans tomber dans ces travers. Tout d’abord parce que le dragon en question s’ennuie et n’a rien à faire du trésor qu’il doit garder. Ensuite, parce que c’est la princesse qui se présente devant sa grotte, et non un preux chevalier censé venir à bout du monstre (comme le fameux Siegfried qui fera une apparition intéressante et mélancolique à la fin du livre). Enfin, parce que cette princesse est en fuite, porteuse d’un don maudit (héritage détourné du conte de Perrault « Les Fées ») et que sa méchante belle-mère la recherche.
Ajoutons à tout cela les dessins très particuliers de Maxime Derouen, rugueux et doux comme toute l’histoire, les traits bellement animalisés de tous les personnages, la grande fantaisie qui règne dans toute l’histoire, et le ton délicieux du narrateur, le dragon. On découvre ainsi comment les dragons sont élevés, quelles histoires terrifiantes on leur raconte et le conseil donné par toutes les mères : ne jamais au grand jamais croiser la route d’une princesse.
C’est un beau livre sous tous ses aspects, publié dans la collection des « P’tits reliés », « collection unique de romans soignés et très illustrés », et proposant des œuvres originales et attachantes (La Boulangerie de la rue des dimanches, Le Yark, Vladimir et Clémence, Les animaux de l’arche…)

Nao et ses origamis

Nao et ses origamis
Céline Lavignettte-Ammoun, Baptistine Mésange
Editions Akinomé, 2020

Pliages en pages

Par Anne-Marie Mercier

Fondée en 2016, la maison d’édition Akinomé s’est spécialisée dans la publication de livres de voyages et a développé une collection de littérature de jeunesse qui reprend ses orientations générales, vers l’Asie et l’écologie.
Dans cet album, l’essentiel n’est pas dans l’intrigue, assez sommaire (un enfant s’ennuie et tente de communiquer avec sa voisine à travers des pliages dits origamis en japonais)   mais dans la présentation des origamis et le travail sur les motifs des pages.
On retrouve en fin d’ouvrage un guide en images pour réaliser Les six figures vues (grenouille, chat, oiseau, poisson, papillon, éléphant) et six pages en papier plus fin orné de motifs qui correspondent à chaque animal, à découper pour les réaliser. Une belle idée pour initier les enfants à cette pratique.

Retour vers l’Antiquité (une aventure du chevalier Courage et de la princesse Attaque)

Retour vers l’Antiquité (une aventure du chevalier Courage et de la princesse Attaque)
Delphine Chedru
Hélium, 2021

Arts antiques en jeux

Par Anne-Marie Mercier

Dans ce nouvel album des aventures du chevalier Courage auquel s’est adjoint une princesse (parité oblige !) on retrouve le principe de l’album « dont tu es le héros » : à chaque étape le lecteur doit choisir entre deux options qui l’envoient à des pages différentes. Mais toutes amènent à la conclusion de l’intrigue ; il s’agit de rendre une amulette trouvée dans leur jardin à son propriétaire qu’ils finiront par trouver dans la civilisation olmèque. Il s’agit d’un voyage dans l’espace et le temps : Égypte antique, Grèce, Rome, Étrurie, Mésopotamie, Yémen, Mexique…
Si l’aventure n’est pas ce qui sous-tend le livre, la découverte est ancrée dans les arts de ces civilisations : chaque double page réinterprète des motifs plus ou moins connus, avec la très jolie palette de Delphine Chedru et de belles nuances, des perspectives étonnantes, et un brin d’humour.
Enfin, selon la règle du livre jeu, chaque double page propose un jeu, une énigme, un mystère à résoudre. On pourrait passer des heures à faire tous les parcours, relever tous les défis. Et pour les paresseux, il y a les solutions à la fin…
Il peut pleuvoir, on va voyager et ne pas voir passer le temps ni la pluie.

 

M comme la mer

M comme la mer
Joanna Concejo
Traduit du Polonais par Margot Carlier
Format, 2021

Profondeurs

Par Anne-Marie Mercier

M est un jeune garçon. M est aussi la mer.
M est face à la mer, il se souvient de son enfance, il s’inquiète de son adolescence à peine entamée, il s’interroge sur ce qu’il y a au-delà de la mer.
Les rares pages de texte dans cet album au grand format sont insérées au milieu d’images (pastels, aquarelles, crayons de couleur ?) représentant la mer sous différents éclairages, dans différents états, du calme plat à l’agitation, bordée de sable ou occupant toute la page, toujours profonde. La mer avec ses coquillages et ses belles algues, et ses châteaux de sable au milieu de tout un ensemble : une ville de sable, en dernière page, prouvant bien que l’enfant est devenu grand et qu’il aimerait passer à autre chose.
On retrouve le style délicat de Joanna Concejo, décliné ici dans plusieurs techniques, tout entier dédié à la mer, où les notions de vide et de plein n’ont plus de sens et où sous la surface, des êtres étranges comme des pensées s’agitent. L’album offre une superbe plongée dans l’âme tourmentée d’un enfant qui ne l’est plus (enfant) ou qui ne voudrait plus l’être et une bouffée de nostalgie aux adultes : les images sépia imitant de vielles photographies et ressuscitant des lumières jamais oubliées évoquent tous nos étés… à la mer.

Voir une très jolie vidéo et une belle analyse sur le Blog du « petit carré jaune ».