Des Jumeaux à Versailles. Roi-Soleil, nous voilà !

Des Jumeaux à Versailles. Roi-Soleil, nous voilà !
Nathalie Somers
Didier jeunesse (Mon marque page +)

La Cour de Versailles version 2021

Par Anne-Marie Mercier

Deux jumeaux, fille et garçon, orphelins, appartenant à la noblesse de province désargentée, vivent heureux. Un maitre d’arme les entraine tous les deux, chose un peu curieuse. Un prêtre les instruit, une cuisinière les nourrit, les soigne, les câline. Un mystère dont ils ignorent même l’existence entoure la personnalité de leur père que le maitre d’armes a bien connu et dont il tient l’identité secrète : cette intrigue sera sans doute mise en réserve pour d’autres épisodes mais on devine déjà que la fameuse botte que le maitre d’armes doit leur transmettre la dénouera (comme la botte de Nevers dans le Bossu de Paul Féval).
Le garçon, Nicolas, est recruté comme chanteur à la Cour. Louise désespéré d’être séparée de lui se débrouille pour être embauchée comme joueuse de luth auprès d’une dame de sa province qui « monte » à Paris. À la Cour les attendent de multiples intrigues et dangers dont, on le devine, ils se sortiront avec humour, bonne humeur, solidarité et courage. Quant au Roi-Soleil, malgré le titre, il brille par son absence.
L’histoire tourne bien, avec un bon rythme. Mais ces jumeaux sentent à plein nez leur XXIe siècle, tant dans leur mentalité que dans leurs expressions. D’ailleurs, pour les dialogues comme pour la narration l’auteur semble n’avoir fait aucun travail sur le style ; c’est à peine écrit et souvent proche de l’oral. Est-ce pour aider les lecteurs ? À mon avis c’est excessif.
Louise est une héroïne charmante avec tous ses talents et Nicolas un frère très aimant. Sur la première de couverture, ils sont bien mignons, ces jumeaux aux joues rebondies et au petit nez retroussé. Ils ont une allure de personnages de manga avec leurs grands yeux ; ceux de la fille sont marqués par des cils épaissis au mascara, chose bizarre : il semblerait que les éditeurs aient souhaité que le marquage genré soit net sur la couverture, sans doute pour contrebalancer (ou mettre en valeur ?) le fait que le garçon porte un luth et la fille un fleuret ; cela se confirme avec la jolie robe portée par la fille, en contradiction totale avec le texte qui dit qu’elle pratique l’escrime avec des habits de garçon. De plus, cette jolie robe n’arrive que tard : comme dans tous les ouvrages qui évoquent le XVIIe siècle et se passent à la Cour, la question des vêtements et de la belle robe est un sujet qui semble inévitable, histoire de plaire aux jeunes lectrices, sans doute, mais c’est aussi une question cruciale à cette époque, encore plus qu’à la nôtre, que le marquage social par le vêtement.
Pour ceux qui aimeraient un style plus travaillé dans des romans historiques, rappelons l’existence de la belle série des aventures d’Eulalie de Potimarron de Anne-Sophie Silvestre.

 

Les Amours de Zeus

Les Amours de Zeus
Soledad Bravi – avec la complicité de Jean Boutan
Rue de Sèvres 2021

La jalousie d’Héra et autres histoires amusantes

Par Michel Driol

Héra, Métis, Séléné, Lamia, Alcmène… On ne compte plus les « conquêtes féminines » de Zeus. Sous forme de bande dessinée, cet album en présente une dizaine, en mettant l’accent sur la façon dont Héra se venge de ses « rivales » et de leur descendance.

Ce sont des dieux et des déesses de la mythologie grecque dont il est question ici, et pourtant l’album met bien en évidence leur comportement dans ce qu’il a de plus humain. D’un côté, la volonté de séduire, conquérir plutôt, suivre ses désirs sans limitation, de l’autre le sentiment de trahison et le besoin irrépressible de se venger. Avec une grande légèreté de ton, et un humour souvent décalé, l’album permet au lecteur contemporain de découvrir ou redécouvrir quelques-uns des grands mythes de l’Antiquité. Chaque épisode est simplifié, et traité en une quarantaine de vignettes expressives, dans lesquelles les personnages parlent  (ou commentent l’action) une langue familière très contemporaine.

A l’heure de Me Too, de « Balance ton porc », peut-on avoir le même regard sur Zeus, premier prédateur sexuel ? Faut-il chercher des circonstances atténuantes dans sa famille : tout commence par son père Cronos, qui mange ses enfants, et dont Zeus veut se venger, continue par le viol de sa mère Rhea, puis l’inceste avec  sa sœur Héra. Tout cela est raconté dans une langue simple, permettant au lecteur de prendre conscience de la monstruosité des personnages évoqués. On apprécie que le mot « viol » soit utilisé, sans que les aventures sexuelles de Zeus ne soient édulcorées. De la même façon, l’image n’hésite pas à montrer, avec décence toutefois, les relations sexuelles et l’horreur des meurtres.  Ces mises à distance, par l’image, le ton, le vocabulaire, permettent au lecteur de mesurer ce qu’il y a d’humain dans ces histoires divines, mais aussi, sans doute, de relire ces mythes au regard de notre actualité.

Un ouvrage plein d’humour et d’allant, à réserver sans doute aux plus grands, pour mieux questionner nos rapports avec les mythes fondateurs.

Un Trésor lourd à porter

Un Trésor lourd à porter
Maxime Derouen
Grasset jeunesse, 2021

Petit trésor

Par Anne-Marie Mercier

Il est rare de trouver une réécriture de contes qui ne tombe pas dans le contre-stéréotype facile ou l’affadissement. Voilà une belle histoire de dragon et de princesse, qui renouvelle les possibles de ce duo sans tomber dans ces travers. Tout d’abord parce que le dragon en question s’ennuie et n’a rien à faire du trésor qu’il doit garder. Ensuite, parce que c’est la princesse qui se présente devant sa grotte, et non un preux chevalier censé venir à bout du monstre (comme le fameux Siegfried qui fera une apparition intéressante et mélancolique à la fin du livre). Enfin, parce que cette princesse est en fuite, porteuse d’un don maudit (héritage détourné du conte de Perrault « Les Fées ») et que sa méchante belle-mère la recherche.
Ajoutons à tout cela les dessins très particuliers de Maxime Derouen, rugueux et doux comme toute l’histoire, les traits bellement animalisés de tous les personnages, la grande fantaisie qui règne dans toute l’histoire, et le ton délicieux du narrateur, le dragon. On découvre ainsi comment les dragons sont élevés, quelles histoires terrifiantes on leur raconte et le conseil donné par toutes les mères : ne jamais au grand jamais croiser la route d’une princesse.
C’est un beau livre sous tous ses aspects, publié dans la collection des « P’tits reliés », « collection unique de romans soignés et très illustrés », et proposant des œuvres originales et attachantes (La Boulangerie de la rue des dimanches, Le Yark, Vladimir et Clémence, Les animaux de l’arche…)

Nao et ses origamis

Nao et ses origamis
Céline Lavignettte-Ammoun, Baptistine Mésange
Editions Akinomé, 2020

Pliages en pages

Par Anne-Marie Mercier

Fondée en 2016, la maison d’édition Akinomé s’est spécialisée dans la publication de livres de voyages et a développé une collection de littérature de jeunesse qui reprend ses orientations générales, vers l’Asie et l’écologie.
Dans cet album, l’essentiel n’est pas dans l’intrigue, assez sommaire (un enfant s’ennuie et tente de communiquer avec sa voisine à travers des pliages dits origamis en japonais)   mais dans la présentation des origamis et le travail sur les motifs des pages.
On retrouve en fin d’ouvrage un guide en images pour réaliser Les six figures vues (grenouille, chat, oiseau, poisson, papillon, éléphant) et six pages en papier plus fin orné de motifs qui correspondent à chaque animal, à découper pour les réaliser. Une belle idée pour initier les enfants à cette pratique.

Retour vers l’Antiquité (une aventure du chevalier Courage et de la princesse Attaque)

Retour vers l’Antiquité (une aventure du chevalier Courage et de la princesse Attaque)
Delphine Chedru
Hélium, 2021

Arts antiques en jeux

Par Anne-Marie Mercier

Dans ce nouvel album des aventures du chevalier Courage auquel s’est adjoint une princesse (parité oblige !) on retrouve le principe de l’album « dont tu es le héros » : à chaque étape le lecteur doit choisir entre deux options qui l’envoient à des pages différentes. Mais toutes amènent à la conclusion de l’intrigue ; il s’agit de rendre une amulette trouvée dans leur jardin à son propriétaire qu’ils finiront par trouver dans la civilisation olmèque. Il s’agit d’un voyage dans l’espace et le temps : Égypte antique, Grèce, Rome, Étrurie, Mésopotamie, Yémen, Mexique…
Si l’aventure n’est pas ce qui sous-tend le livre, la découverte est ancrée dans les arts de ces civilisations : chaque double page réinterprète des motifs plus ou moins connus, avec la très jolie palette de Delphine Chedru et de belles nuances, des perspectives étonnantes, et un brin d’humour.
Enfin, selon la règle du livre jeu, chaque double page propose un jeu, une énigme, un mystère à résoudre. On pourrait passer des heures à faire tous les parcours, relever tous les défis. Et pour les paresseux, il y a les solutions à la fin…
Il peut pleuvoir, on va voyager et ne pas voir passer le temps ni la pluie.

 

M comme la mer

M comme la mer
Joanna Concejo
Traduit du Polonais par Margot Carlier
Format, 2021

Profondeurs

Par Anne-Marie Mercier

M est un jeune garçon. M est aussi la mer.
M est face à la mer, il se souvient de son enfance, il s’inquiète de son adolescence à peine entamée, il s’interroge sur ce qu’il y a au-delà de la mer.
Les rares pages de texte dans cet album au grand format sont insérées au milieu d’images (pastels, aquarelles, crayons de couleur ?) représentant la mer sous différents éclairages, dans différents états, du calme plat à l’agitation, bordée de sable ou occupant toute la page, toujours profonde. La mer avec ses coquillages et ses belles algues, et ses châteaux de sable au milieu de tout un ensemble : une ville de sable, en dernière page, prouvant bien que l’enfant est devenu grand et qu’il aimerait passer à autre chose.
On retrouve le style délicat de Joanna Concejo, décliné ici dans plusieurs techniques, tout entier dédié à la mer, où les notions de vide et de plein n’ont plus de sens et où sous la surface, des êtres étranges comme des pensées s’agitent. L’album offre une superbe plongée dans l’âme tourmentée d’un enfant qui ne l’est plus (enfant) ou qui ne voudrait plus l’être et une bouffée de nostalgie aux adultes : les images sépia imitant de vielles photographies et ressuscitant des lumières jamais oubliées évoquent tous nos étés… à la mer.

Voir une très jolie vidéo et une belle analyse sur le Blog du « petit carré jaune ».

 

Va-t-en, Grand Monstre Vert !

Va-t-en, Grand Monstre Vert !
Ed Emberly
Kaléidoscope, 2021

Grosse Colère
Mireille d’Allancé
L’école des loisirs, 2021

Belles rééditions

Par Anne-Marie Mercier

Publiés l’un en 1996 (Kaléidoscope) et l’autre en 2000, ces deux rééditions sous la forme d’albums carrés et cartonnés arrivent au bon moment, dans une période où l’on travaille de plus en plus sur l’expression des émotions. Chacun travaille la question de manière différente mais efficace et ces sont des albums qui ne laissent pas les enfants indifférents, suscitant souvent d’abord un sentiment de crainte, puis de jubilation.
La peur est bien présente dans Va-t-en, Grand Monstre Vert !, mais elle est contrôlée : c’est le fait de tourner les pages qui fait apparaitre puis disparaitre le monstre : on voit d’abord ses yeux, puis son nez, puis sa bouche (avec de grandes dents…), etc., et on les fait disparaitre dans l’ordre inverse où ils sont apparus, toujours en tournant les pages. Ce beau travail de découpe peut inspirer les artistes et bricoleurs en herbe, mais surtout il aide à conjurer la peur en se rendant maitre de ce qui la provoque.

Grosse Colère est un livre métaphorique dans lequel la colère d’un enfant sort de sa bouche sous la forme d’un jet de vapeur rouge pour former une créature nommée « la Chose ». Elle se fait le double de l’enfant et exprime sa rage, cassant tout dans sa chambre, jusqu’à son jouet préféré. Lorsque l’enfant comprend les conséquences de ses actes, il se met à réparer, défroisser, soigner ces objets malmenés, avant de se réconcilier avec son entourage. Pas de condamnation ni de jugement, mais une histoire simple dans laquelle l’enfant est seul face à cette « chose » qui le dépasse. Situation angoissante, dissociation inquiétante, certes, mais parlante.
Dans ces deux albums, l’enfant oest mis face à son émotion et arrive à la canaliser ou à la mettre à distance. Reste à aider le lecteur à franchir ces pas au moment d’aborder ces émotions fortes.

Mais où est Momo ? Vive les vacances

Mais où est Momo ? Vive les vacances
Andrew Knapp
Les grandes personnes, 2021

Cherche et trouve au grand air

Par Anne-Marie Mercier

Dans la grande collection des cherche-et-trouve, cet album a plusieurs originalités : tout d’abord on n’a pas un personnage à trouver (comme le célèbre Charlie) mais deux : Momo et Boo, deux petits chiens noirs et blancs, avec une belle symétrie entre eux, oreilles dressées vs oreilles tombantes, truffe noire encadrée de blanc ou de noir, etc. Les petits chiens ont un talent réel pour se dissimuler (mais pas trop) et on peut ajouter la recherche d’un ours en peluche, présent discrètement sur toutes les images. À la recherche des personnages s’ajoute celle d’objets, présentés avec les chiens en page de gauche, sous la forme d’un imagier.

On commence les pages de droite par une image de chambre d’enfant (où trouver les deux chiens et un réveil, un livre et une balle), on continue avec l’arrière d’un camping-car bourré de bagages, puis un lieu de pêche, un canoë sur la rive d’un lac, une table de pique-nique, une forêt.. jusqu’à un feu de camp (on cherchera un yukulélé, une poêle et une bûche) et enfin une tente éclairée dans la nuit (en plus des deux chiens comme toujours, on cherchera un chapeau, une lampe et enfin le fameux ours en peluche) : c’est toute un jour de voyage dans la nature sauvage et grandiose, bien balisé avec des objets du quotidien.
Troisième originalité : des photographies composent cet album. Son format carré aux bords arrondis et ses pages en carton fort en font un objet à emporter partout et à feuilleter sans modération.

C’est l’histoire…

C’est l’histoire…
Corinne Dreyfuss & Charlotte des Ligneris
Seuil Jeunesse 2021

This is the end, beautiful friend,

Par Michel Driol

Il n’est jamais évident ou simple de parler de la mort aux enfants. Cet album s’y essaie avec un angle et un dispositif originaux. On suit les derniers moments d’une très très vieille dame, qui se déshabille et range soigneusement ses vêtements sur sa chaise.  Puis elle  se couche, et ferme les yeux. Après un tendre sourire, son histoire est finie.

Le texte est à la fois explicite et implicite : il dit la fin d’une histoire, sans prononcer le mot mort. Mais les illustrations, elles, ouvrent presque à un autre univers. Dans un premier temps, un décor urbain, celui d’un immeuble aux nombreux habitants, tous affairés. Derrière un rideau, la vieille dame. Une fois ses rideaux fermés, on voit la vie continuer dans les autres appartements. Mais il faut soulever le rabat des rideaux pour voir la chaise, l’armoire et les vêtements déposés. Cependant, des nuages blancs voilent de plus en plus l’immeuble. Une fois la vieille dame couchée, l’album s’ouvre sur des pages à grands rabats, sur des paysages de nature : deux enfants qui jouent au cerf-volant, une scène de montagne peuplée, puis deux personnes âgées se tenant par la main et regardant le soleil se coucher sur la mer. C’est alors que la vieille dame se confond avec la montagne au bord de la mer, qui lui fait comme un lit. Sur la dernière illustration, la vie continue, sans elle, dans la ville.

Cette fin n’a rien de triste : elle est l’ouverture vers un autre monde, un autre univers, qui est à la fois celui de la nature et peut-être celui des souvenirs. Le texte, au passé composé, évoque les actions simples, d’un corps qui se dénude, puis des gestes de repos avec les mains qui se posent sur le ventre  et les yeux qui se ferment, comme préludes à un endormissement. Le passage qu’est la mort est donc à la fois célébré, avec une dimension métaphysique de lien apaisant avec l’univers entier que la vieille dame rejoint, et, dans le même temps, comme dédramatisé  à travers des gestes qu’on dirait quotidiens, même s’ils sont effectués ici pour la dernière fois. Les illustrations évoquent à la fois ces univers  familiers, pleins de détails et de vie quotidienne, et en même temps, par le jeu des métaphores, cette ultime transformation vers l’inconnu qu’est la mort.

Comprenne donc chacun à sa façon : les uns verront donc dans cet album le récit d’un endormissement, d’autres y liront une approche philosophique de la mort. C’est là la marque des grands albums jeunesse.

Bastien ours de la nuit

Bastien ours de la nuit
Ludovic Flamant & Sara Gréselle
Versant Sud 2020

Rêves imbriqués…

Par Michel Driol

Sébastien, sans domicile fixe, se prépare à passer une nuit dehors en plein hiver, dans une ville. Une fois endormi dans ses cartons, Bastien, un ours, sort de son corps et arpente la ville. Il y rencontre une dame avec ses chiens, un violoniste. Il rêve à un monde ancien, à la forêt, puis vient retrouver le corps de Sébastien.

Comment parler de la misère aux enfants ? Cet album apporte une réponse qui fait la part belle à l’imaginaire. Il y a cette figure imposante, inquiétante et tranquille de l’ours qui arpente la ville, véritable roi déchu (sa couronne est celle des rois de l’Epiphanie…), à la rencontre d’autres marginaux, d’autres exclus comme lui. Il y a les rêves qui s’enchainent, Bastien comme le double nocturne de Sébastien, à la façon du Cidrolin des Fleurs bleues de Raymond Queneau. Au cœur de l’album est enfoui le rêve d’un temps ancien, d’avant la ville, comme un paradis perdu, désormais inaccessible.  Le texte, concis, laisse la part belle à l’imaginaire du lecteur et à l’illustration : la grisaille de la ville le soir, le marron de la fourrure de l’ours, quelques taches de vert (une couverture, un lampadaire, des billets), comme une marque d’espoir ou de nature dénaturée. On le voit, c’est la sobriété qui prime à la conception de cet album pour dire la solitude, l’errance nocturne, la fatigue aussi.

La fin se veut à la fois ouverte et énigmatique : Bastien, c’est la chaleur de Sébastien en allée faire un tour… Au lecteur d’interpréter ce rapport entre les deux personnages, ce mouvement de va-et-vient, ce jeu entre le repos et le mouvement, le sommeil et l’errance, le réel et le rêve.

Un album onirique, sans moralisation, pour dire la solitude dans la ville, la misère des sans-abris, la force du rêve…