Le transsibérien, départ immédiat pour l’autre bout du monde

 Le transsibérien, départ immédiat pour l’autre bout du monde
Alexandra Litvina, Anna Desnistskaïa
Rue du monde, 2022,

 

 Un voyage pour rêver et apprendre

 Maryse Vuillermet

 

 

Difficile de rendre compte de ce beau livre dans le contexte actuel mais essayons!

Cet immense album est une invitation à découvrir le Transsibérien, ce train mythique, cette ligne créée en 1916 qui parcourt 9288 km, 140 gares de Moscou à Vladivostok.  On pense à Cendrars, à Sylvain Tesson et on rêve.

L’originalité de cet album et dû à plusieurs choix :

–– le parti pris d’un voyage en famille, ce sont des adultes et des enfants qui se retrouvent dans les wagons et les lits à étage, jouent aux cartes, regardent par la fenêtre, organisent les repas…

––le côté guide pratique, comment réserver, se préparer, quoi emporter, etc. etc.

–– les dessins de Anna Desnistskaïa pleins de vie, souvent drôle, mais également précis, dans les croquis de bâtiments, d’animaux, de plantes…  et extrêmement pédagogiques

–– les témoignages des enfants rencontrés tout au long du trajet et qui donnent une idée de la Russie d’aujourd’hui

–– les nombreuses informations dans tous les domaines, géographiques bien sûr mais aussi historiques, architecturaux, culinaires.

Ce livre est une véritable mine d’informations, une encyclopédie sur rail, un livre-événement sorti dans un contexte très malheureux pour les auteurs et pour tous.

 

Mes Comptines, 1, 2, 3 Mes Berceuses jazz

Mes Comptines, 1, 2, 3

Mes Berceuses jazz
Elsa Fouquier
Gallimard jeunesse (Mes imagiers sonores), 2021

Musique et gestes pour les petits

Par Anne-Marie Mercier

Ces deux nouveautés d’une collection qui plait beaucoup aux enfants, proche de la collection de Didier, propose l’un certains grands classiques de la culture d’enfance, l’autre des titres moins connus de ce public. Les deux livres sont des rééditions de 2016 et 2017.
Les comptines rassemblent, entre autres, « un petit pouce qui danse », « quand trois poules vont aux champs », « un petit cochon pendu au plafond », tous très présents dans le répertoire des crèches et écoles maternelles. Les chansons sont interprétées par des enfants, accompagnés de façon simple (guitare, banjo, xylophone…).
Les berceuses rassemblent des voix d’artistes connus : Ella Fitzgerald, Bing Crosby, Sarah Vaughan, Billie Holiday, Ann Richards et des berceuses célèbres, bien sûr toutes en anglais.
Selon le principe de ces collections, une pastille facilement repérable permet d’actionner le son ; les livres sont en carton fort, conçus pour résister à de nombreuses manipulations.

 

 

 

 

 

Collection Mon petit livre sonore

Non, pas le docteur !

Non, pas le docteur !
Stéphanie Blake
L’école des loisirs, 2021

Héros plâtré

Par Anne-Marie Mercier

La saison du ski battant son plein, voilà un album qui permettra aux malchanceux évacués vers l’hôpital de se rassurer sur ce qui les attend…
Simon le petit lapin bien connu de Stéphanie Blake, se casse le bras en jouant au foot à l’école. En attendant d’être pris en charge, il est terrorisé par les histoires que ses copains de récréation ont le temps de lui raconter sur leurs aventures du même type. Il part aux urgences, accompagné par sa mère.
Le docteur est sympathique, sait trouver les mots pour rassurer son petit patient et Simon rentre chez lui avec un beau plâtre et l’assurance que son bras va se réparer tout seul. Ajoutons aussi qu’il y gagne une grande fierté pour avoir été déclaré courageux.
On retrouve avec plaisir les illustrations aux couleurs vives, le ton humoristique, et une jolie planche dédiée à l’hôpital et aux radios. On a connu Stéphanie Blake plus originale et plus inspirée, mais le sujet ne manque pas d’utilité.

 

Je ne suis pas un monstre

Je ne suis pas un monstre
Tristan Koëgal
Romans Didier Jeunesse 2021

Migration et mythologie

Par Michel Driol

Asha, une jeune migrante, échoue sur une plage après avoir fait naufrage. Pas trace de ses compagnons de traversée. Juste le collier que portait son frère, parti avant elle, sur le sable. Pénétrant dans la forêt, elle découvre un monde inquiétant, où règne la cruelle magicienne Circé, qui a le pouvoir de transformer tous les humains en monstres. Asha n’y échappe pas et voit, peu à peu pousser poils et cornes. A force de résister, de répéter qu’elle n’est pas un monstre, pourra-t-elle retrouver visage humain ? En alternance avec ce récit, d’autres chapitres montrent que tout ceci n’est qu’un cauchemar, et qu’Asha a été recueillie par le fils d’un pêcheur emprisonné pour avoir porté secours à des migrants.

Voilà un roman qui tisse avec intelligence la mythologie grecque et le sort des migrants. On y croise de nombreux personnages mythologiques, souvent nommés de leur nom grec, de façon à ce qu’on ne les reconnaisse pas tout de suite. Ainsi Damaste, Khimaira, Alcide voisinent avec les Harpies, Pan, Narcisse, Echo et d’autres nymphes. Outre la forêt magique et dangereuse, le roman conduit aussi son héroïne aux Enfers, dans le royaume des ombres.  Le récit mêle avec subtilité ces éléments mythologiques avec  des détails de l’intérieur de la cabane de pêcheur où Asha délire : le lion de Saint Marc, la toile d’araignée… deviennent dans son cauchemar Khimaira ou Arachné.

Le recours au fantastique et à la mythologie est une belle façon d’avoir recours à l’imaginaire pour parler de la situation des migrants. Certains voudraient en faire des monstres, alors qu’ils n’aspirent qu’à être humains. Ils ont à résister et à se battre contre des formes de pouvoirs incompréhensibles, arbitraires, et sourds à leurs demandes. Ils ont à se battre contre un monde qui existe ainsi, de toute éternité, pour pouvoir le changer. Pour autant, ils sont incarnés avec force par Asha, héroïne solaire, qui résiste tant qu’elle peut à la tentation de faire le mal, de se conduire en monstre. Si Asha a des moments de découragement, d’abandon, elle reste ce personnage droit qui refuse d’être assimilée par les autres à un monstre qu’elle n’est pas, et parvient à fédérer toutes les victimes de Circé pour lui arracher son pouvoir. C’est un beau personnage de femme résistante, pure et attachée à préserver sa part d’humanité et sa dignité. Sans décrire la fin du roman, on dira qu’il se clôt sur des séquences optimistes, dans lesquelles sont montrés et promus l’accueil des migrants et l’hospitalité.

Un roman à la fois intelligent par sa construction, sa réutilisation de la mythologie grecque, et sensible par le point de vue de son héroïne qui, au milieu d’un univers cauchemardesque, lutte pour conserver sa dignité de femme en quête d’un pays d’accueil.

Un air de voyage

Un air de voyage
Julia Binet (textes) – Nicolas Côme (univers sonores) – Patrick Jacques (photographies)
Editions du Pourquoi pas ? 2022

Romancero Gitano

Par Michel Driol

Beau jeu de mot, plein de sens, que le titre de cet ouvrage original à plus d’un titre. On passe ainsi de l’aire pour les gens du voyage – et ses connotations négatives – à un air de voyage, avec toute la polysémie du mot air.

L’ouvrage associe huit textes de Julia Binet, un carnet de photographies de Patrick Jacques, et  douze cartes postales sonores de Nicolas Côme, afin de donner à voir et à entendre l’univers des gens de voyage, et de renverser quelques stéréotypes et idées préconçues sur les gitans, manouches et autres bohémiens, de leur donner identité, visage, histoire, rêves, mais aussi d’interroger avec subtilité les relations entre nomades et sédentaires à l’heure où les changements climatiques risquent de modifier durablement nos modes de vie.

Deux nouvelles encadrent les textes de Julia Binet, deux textes quelque peu dystopiques situés en 2072, traçant deux alternatives possibles. Dans la première, l’autrice imagine la visite scolaire d’une aire de voyage reconstituée, musée à ciel ouvert peuplé d’hologrammes, et y oppose les réactions entre deux élèves, descendants  de gens du voyage obligés de se taire et de taire leur origine, et les commentaires racistes et stéréotypés du guide. Dans la seconde,  les dérèglements climatiques font que le temps est venu de concilier nomadisme et sédentarité, chacun ayant à apprendre de l’autre. Ces deux nouvelles interrogent bien sûr sur deux futurs possibles, mais surtout questionnent la légitimité du discours sur les gens du voyage. La parole doit être celle des dominants, majoritairement sédentaires, qui peuvent en vainqueurs réécrire l’histoire, ou doit-elle être donnée aux individus qui ont fait ce choix de vie, par tradition familiale, par culture? C’est cette parole que l’on va entendre ensuite, dans une série de nouvelles qui sont autant de portraits de personnages attachants, tantôt pleins d’humour, tantôt suscitant une réelle émotion, portraits qui conduisent l’autrice à décrire différents rites et coutumes liés à la naissance, au mariage, à la mort. Plusieurs des personnages sont des enfants, qui parlent de la complexité de leurs relations avec l’école, avec les mots aussi, à l’image de cette jeune femme qui collectionne les chaussures pour qu’on ne traite plus ses enfants de va-nu-pieds, comme ses ancêtres. Les derniers portraits sont l’occasion de dire ce que nous aurions à apprendre des gens du voyage : acceptation de l’autre, sens profond de la liberté, laïcité entendue comme la liberté individuelle de chacun de croire ou de ne pas croire, sans que cela ne pose un problème à la communauté. Des textes qui font entendre des voix singulières, dans une langue parfois proche de l’oralité, parfois très écrite et prenant de la distance avec son sujet dans le plus grand respect des personnages évoqués.

Les photographies sont pour l’essentiel aussi des portraits, portraits posés d’hommes, femmes enfants, portraits de famille ou portraits individuels. Chacun de ces portraits s’inscrit dans un cadre large montrant l’arrière-plan. On est tantôt dans la caravane, tantôt devant, et, symboliquement, la porte est ouverte, comme une invitation à y entrer. D’une certaine façon, chacune de ces photos raconte une histoire, histoire familiale, histoire d’amitié, histoire de travail dans un réalisme poétique que ne renierait pas Prévert. Les cartes postales musicales sont une véritable bande son pour accompagner la lecture de l’ouvrage ou la contemplation des photos : elles mêlent des bruits (de moteurs, de feu qui crépite), des chants d’oiseaux, des paroles, des morceaux de guitare, créant une ambiance, un arrière-plan animé, varié, à l’image de la vie et du quotidien.

Un ouvrage multimedia  pour mieux faire apprécier, à travers différents arts, dans leur complexité, des modes de vie saisis dans leur évolution à l’aube du XXIème siècle, des coutumes que nous connaissons mal, et sur lesquelles nous avons encore trop souvent des représentations négatives.

Les Devinettes de la langue au chat

Les Devinettes de la langue au chat
David Dumortier
Rue du monde (« Une petite poignée de poèmes »), 2021

Belle poésie miniature

Par Anne-Marie Mercier

La nouvelle collection de Rue du monde, lancée au printemps 2021, porte bien son nom : c’est petit, c’est poétique, ça a un air modeste et en même temps c’est une belle récolte, qui tient bien dans la main avec son petit format et sa reliure cartonnée.
Même modestie dans la forme qui s’affiche comme une série de devinettes, forme simple et populaire : chaque poème est suivi de la réponse à la question qu’il pose dans son dernier vers (« C’est le, c’est le ?), placée à l’envers. Les peintures d’Aurelia Fronty éclatantes de couleurs, livrent d’emblée certaines réponses et d’ailleurs les devinettes ne sont pas difficiles. L’intérêt est dans la musicalité, le jeu, qui joue parfois sur les mots.
Éléments naturels  (le vent, la lune…), animaux et plantes (un chat, une asperge), sont accompagnés d’autres secrets à découvrir, plus subtils (un souvenir, un murmure, un chagrin d’amour…).

Qu’est-ce qu’il veut ?
Qu’est-ce qu’il vend ?
Où va-t-il ?
Il va et il vient
Comme un vendeur de rien.
C’est le ? C’est le ?

 

Alma, T. 2 : L’enchanteuse

Alma, T. 2 : L’enchanteuse
Timothée de Fombelle
Gallimard jeunesse, 2021

Enchantements

Par Anne-Marie Mercier

On avait laissé à la fin du premier tome Alma, son petit frère, sa mère, et même son père en suspens : séparés et promis à un destin cruel aux mains d’esclavagistes ou d’aventuriers douteux. Bien d’autres personnages auxquels on s’était attachés dans le premier tome reprennent leur route aventureuse : corsaire, matelot, menuisier, armateur, héritière ruinée, escroc, jeunes et vieux, riches et pauvres, blancs et noirs… toute la société qui  gravite autour des colonies en cette fin du XVIIIe siècle semble avoir repris vie dans ce deuxième tomme qui fait une part plus grande encore à la dimension historique.
Le récit est foisonnant et se déroule en plusieurs lieux ; il noue toutes sortes d’intrigues, les dénoue pour en renouer d’autres encore en une toile complexe. Les dialogues sont vifs et subtils, et happent le lecteur dans le temps de l’action. On passe d’un bateau à l’autre, des eaux du bayoux à un champ de canne à sucre, de Paris à l’Amérique…
Enfin, c’est magnifiquement écrit, comme d’habitude lorsqu’il s’agit de cet auteur : c’est à la  fois une langue riche et claire, ce sont des rythmes et des pauses, des descriptions saisissantes. Ce sont aussi des notes fugaces, comme celle d’une torche brandie dans la nuit, « qui fait par instants le bruit d’une voile qui se tend » (p. 65).

Oh le beau voyage… quasi un enchantement.

Sénégal

Sénégal
Artur Scriabin – Joanna Concejo
Atelier du poisson soluble – 2020

Il a neigé sur yesterday

Par Michel Driol

Un album tout en demi-teintes qui évoque des souvenirs d’enfance : le seul jour où il a neigé au Sénégal. Le narrateur se souvient de la chanson que sa mère chantait ce jour-là, chanson qu’il n’a entendue qu’une seule fois, chanson qu’il écoutait, qu’il écoute…

Très poétique, l’album propose une rêverie pleine de mélancolie autour des souvenirs, associant avec émotion la voix de la mère et la chanson avec l’événement extraordinaire de la neige tombant sur la savane. Le texte est hommage filial à la voix de la mère, voix qui traverse les choses comme la migration des oiseaux ou les moissons, voix qui traverse aussi le temps dans les souvenirs du narrateur. La voix de la mère, la chanson, font naitre des espaces et des temps qu’elle a sans doute vécus, une autre neige, au loin. Ces souvenirs qui se mêlent, ceux de la mère, ceux du narrateur, n’ont rien de triste, mais font naitre la nostalgie d’un passé révolu, à la fois merveilleux comme ce jour de neige, cette observation des flocons, du paysage qui change, et douloureux comme cette sensation de froid quand on n’est vécu que d’un pantalon court et d’un tee-shirt troué. La force du texte est de suggérer plus que décrire, d’emmener le lecteur dans un autre univers, vers ce Sénégal lointain, vers cette mère dont on entend encore la voix.

Ce texte tout en nuances est sublimé par les magnifiques illustrations de Joanna Concejo. Dans des tons fanés, estompés comme les souvenirs, elle propose des images d’un réalisme poétique qui racontent une autre histoire en s’inscrivant dans les interstices du récit. Elles donnent figure au couple des parents, dans une première image montrant un baiser, elles reproduisent des cartes postales, possiblement Venise et l’Angleterre. Elles racontent peut-être ce qui pourrait être la vie de blancs au Sénégal, entre intérieur aux assiettes décoratives un peu kitch accrochées au mur et grands espaces, savane et fleuve. Ce double récit, celui du texte, celui des illustrations, contribue aussi à créer cette atmosphère de rêverie qui enveloppe l’album.  On notera que Joanna Concejo a obtenu, non sans raisons, le Grand Prix de l’illustration jeunesse à Moulins pour cet ouvrage.

Un superbe album surprenant et envoutant dont la poésie vient autant du texte que des illustrations.

Esprit es-tu là ?

Esprit es-tu là ?
Dominique Erhard, Anne-Florence Lemasson
Les grandes personnes, 2021

Grands esprits pour petits (et grands) enfants

Par Anne-Marie Mercier

Les petites poupées mangeuses de chagrins que l’on met sous l’oreiller pour se réveiller serein sont proches de ces poupées Kachiwas en bois, réalisées par les Indiens Pueblos du Nouveau-Mexique pour leurs enfants. Elles incarnent des esprits élémentaires qui vont les protéger et les guider.
Dominique Erhard et Anne-Florence Lemasson nous livrent des poupées de papier à travers ce livre pop-up qui en s’ouvrant fait naître ces êtres totémiques. Superbement agencé, ce dispositif crée de belles figures, chacune accompagnée d’un texte qui lui donne la parole.

Face à toutes les terreurs, se dressent ces esprits bienveillants qui vont rassurer l’enfant (et pourquoi pas l’adulte ?). Il y en a un pour chaque circonstance :

Contre la peur du noir : Mongwu le hibou
pour calmer la colère : Hemis la pluie,
contre la timidité : Kwahu l’aigle,
contre la tristesse : Sowi Ingwa le cerf,
et pour célébrer la joie : Tawa le soleil !

De quoi bien s’assurer que l’année sera bonne !

Regarder l’animation sur le site de l’éditeur

Pépé et Cracotte

Pépé et Cracotte
Adèle Massard
Les Grandes Personnes, 2021

Où est passé le chat?

Par Anne-Marie Mercier

Ce grand album en forme de « cherche et trouve » demande de chercher non seulement Pépé et son petit chien blanc, Cracotte, mais bien d’autres personnages : des couples, (en tous genres), des personnes seules (de tous âges et toutes couleurs de peau), un chat égaré que d’autres cherchent aussi, et même un personnage mystérieux qui se cache derrière des lunettes noires et de multiples chapeaux…
Tout cela se fait dans un grand décor, ce qui complique la quête. C’est celui du quartier où vivent tous ces personnages. L’une des doubles pages les présente au marché, une autre devant un grand magasin… Ils en croisent d’autres qui ne font pas partie de l’enquête mais ajoutent encore de la vie et de la couleur, et de la complexité.
La technique extrêmement fine de papiers découpés appliquée à des matériaux divers (tissus, feutrine, carton, plastique transparent…) donne à ces scènes un joli relief. Les couleurs vives, les multiples détails, la qualité de l’impression en font un bel objet à lire et relire, parcourir et savourer.