Le Royaume sans soleil

Le Royaume sans soleil
Maïa Brami – Karine Daisey
Saltimbanque 2020

De la nuit naitra la couleur…

Par Michel Driol

Une vallée pelée, un marécage, un roi, une reine et leur fille Blanche qui rêve d’un monde disparu, celui des fleurs et des oiseaux… Hélas, pour produire de la lumière, le roi fait tourner son usine dont les fumées ont tout fait disparaitre. Jusqu’au jour où le roi tombe malade, à cause de ces fumées. Blanche suit alors l’oiseau de meringue qu’elle avait gardé de son gâteau d’anniversaire, qui se révèle être l’esprit de la princesse Sacagawea et qui l’emmène de l’autre côté des montagnes, dans un pays où tout est luxuriant. Blanche se voit offrir un brin d’herbe, une coccinelle, et un cocon. Et le roi retrouve vie en versant sa première larme lors de la naissance d’un papillon.

Inspiré d’une légende amérindienne, racontée à la fin de l’ouvrage, voici un album qui reprend la forme classique du conte pour parler de la destruction de la nature par les hommes, d’écologie, et d’espoir. De façon à la fois allégorique et réaliste, le texte et les illustrations montrent un monde où l’artificiel a pris la place du naturel : un boitier permet de choisir les ambiances sonores. Quant à l’usine et à ses fumées toxiques, elle n’a, malheureusement, que trop de modèles dans le monde réel. Le passage par le merveilleux, somme toutes omniprésent dans l’album, a deux effets. D’abord inscrire le conte dans la tradition, où l’on croise aussi bien la gaste forest de Perceval que tous les contes dans lesquels les oiseaux sont des adjuvants. S’il peut déréaliser, ce passage au merveilleux met aussi en évidence l’importance de la tradition, de la transmission, de la sagesse qu’une industrialisation et une recherche du profit ont mis à mal. Car la morale de l’histoire est au moins double : d’une part, on retrouve le colibri qui « fait sa part », lui aussi tiré d’une légende amérindienne, évoqué tant par l’oiseau de meringue – un colibri – que par les minuscules cadeaux de Sacagewa à Blanche, qui seront capables de redonner vie au royaume ; d’autre part on invite le lecteur à se replonger dans les légendes d’autres cultures qui assignent à l’homme une place dans l’univers.

Les papiers découpés de Karine Daisay jouent sur l’opposition entre le gris du royaume et les couleurs éclatantes du rêve ou de la nature. Ils dessinent un univers parfaitement en adéquation avec le texte et ses connotations.

Un album optimiste pour dire aux enfants que le moindre petit geste peut sauver le monde.