Les Gens polis ne font pas la guerre à autrui

Les Gens polis ne font pas la guerre à autrui
Jacques Thomassaint, illustrations de Pierre Rosin
Soc & foc, 2014

Restons polis !

Par Anne-Marie Mercier

Les militaires (qlesgenspolisue le recueil nomme Mirlitaires) en prennent pour leur grade, à coup de vers de mirliton : à la manière de Prévert, Jacques Thomassaint se moque, caricature à gros traits, joue avec les mots et les expressions toutes faites. La poésie ne se prend pas au sérieux, tout en jouant à un jeu diablement sérieux.

De la poésie et de l’humour, donc, parfaitement accompagnés par les illustrations mélangeant peinture, photos, images d’archives papiers découpés, mais aussi une pointe de macabre, et beaucoup d’émotion. Sans gommer la gravité du sujet, l’auteur se situe à hauteur d’enfance et délivre aussi un message de confiance en l’avenir et dans le pouvoir de la littérature :

« Au ministère
De l’Education Mirlitaire
On chuchote :
Ne parlez pas de la guerre
Aux enfants de la terre
Il ne faut pas les effrayer
On ne sait jamais
Demain ils pourraient
Refuser d’y aller »

L’honneur du centurion (Les trois légions, t. 2, « The Silver Branch, 1957)

L’honneur du centurion (Les trois légions, t. 2, « The Silver Branch, 1957)
Rosemary Sutcliff
Gallimard jeunesse (hors série), 2011

Quand la série rejoint le cycle

Par Anne-Marie Mercier

rosemary sutcliff,gallimard jeunesse (hors série),romain,angleterre,roman historique,antiquité,armée,résistanceCe n’est pas tout à fait la « suite » de l’Aigle de la neuvième légion, mais ce l’est tout de même : on se trouve toujours dans la Bretagne antique occupée par les Romains, mais plus tard. Il y pleut autant. L’un des héros, le centurion Marcellus Flavius Aquila, est un descendant du héros du roman précédent et l’autre, le médecin militaire Tiberius Justus Justinianus, est un petit neveu.

Les deux jeunes gens font connaissance au moment où Justin débarque pour prendre son premier poste. Ils sympathisent immédiatement, deviennent inséparables et découvrent ensemble un complot qui se trame contre l’empereur Carausius. Celui-ci feint de ne pas les croire et les envoie pour cela aux frontières du nord. Le complot finit par réussir, et les soldats sont sommés d’obéir au nouveau maître, le traître que les deux jeunes gens avaient dénoncé. Obligés de fuir pour échapper à sa vengeance, ils désertent. L’obéissance militaire cède au devoir de résistance face à la trahison, face à l’injustice et à l’oppression.

Les deux héros « prennent le maquis », puis intègrent un mouvement de « résistance ». On l’aura deviné, tout le récit est marqué par le souvenir de la deuxième guerre mondiale, encore proche au moment de l’écriture du récit. Les militaires se traitent de « Monsieur » (« sir »), on est davantage dans l’Angleterre des années 40 que dans l’an 100 avant notre ère…

Mais c’est un beau récit héroïque, qui tranche avec la plupart des romans de ce genre par l’originalité des personnages rencontrés. Si le centurion est assez classique, son cousin bégaie, la grand-tante est pittoresque, la servante aussi ; on croise des bretons rebelles, des romains renégats, un passeur… Des vieux, des jeunes, des éclopés, des gros des maigres, des pas beaux, des maladroits… mais tous capables de  beaucoup d’héroïsme et de générosité.

Les Grands soldats. Une aventure de Cathal Crann

Les Grands soldats. Une aventure de Cathal Crann
Laurent Rivelaygue et Olivier Tallec

Gallimard (« Bayou ») 2010

Candide géant

Par Anne-Marie Mercier

Les Grands soldats.jpgLes « grands soldats », ce sont des hommes de plus d’1m 88 que Frédéric Guillaume Ier de Prusse faisait recruter – et parfois enlever – à travers l’Europe au 18e siècle pour former sa garde personnelle, avec des tentatives pour les faire se reproduire avec de très grandes femmes choisies pour cela… ce qui évoque d’autres « recherches » sinistres du même type. On trouve le détail de tout cela dans l’Histoire de Frédéric II de Carlyle (ch. 5) ; quant au présent album, un texte final précise sa dimension historique. Cette BD ou roman graphique présente l’histoire de l’un de ces soldats, un géant irlandais de la côte ouest, Cathal Crann. C’est un bon gars, presque un simplet, tant qu’on ne le « cherche » pas, un prototype de « quiet man » irlandais. Dans le cas contraire, sa fureur le métamorphose en monstre. Le chien rouge qui se manifeste alors, en lui et hors de lui, est à la fois une métaphore et une réalité, donnant à l’histoire une allure fantastique. On y voit ce qui est sans doute le début de ses aventures : son enrôlement ou plutôt son enlèvement, son installation à Potsdam, ses rencontres, ses amours, une tentative d’assassinat, sa désertion…

Les illustrations sont très drôles et expressives. La tonalité sombre de l’histoire et des images joue avec les caricatures comiques et les explosions de couleurs des moments de rage du héros. Un beau roman tragi-comique en compagnie d’un colosse naïf et dangereux, et un morceau d’histoire inquiétante.