Les dernières reines

 Les dernières reines
Christophe Léon, Patricia Vigier,
Le muscadier, 2021

 Et si les abeilles disparaissaient ! 

 Maryse Vuillermet 

Sunee, seize ans, vit dans un pays d’Afrique, dans les années 2050. Elle est la fille d’un richissime industriel de l’agroalimentaire. Sa vie est très surveillée, elle se déplace en voiture conduite par un chauffeur, ce qui ne l’a pas empêchée d’échapper à cette surveillance un jour, de se promener sur le marché local et de ramener un pot rempli d’un  liquide doré inconnu. Etrangement, à la vue de ce pot, son père devient fou de rage, et c’est le début de l’intrigue. D’où vient ce liquide, qui l’a fabriqué et vendu ?

Et on plonge dans un univers cauchemardesque où plus une parcelle de terre de ce pays n’est fertile, elles ont été dévastées par les pesticides. Quelques irréductibles autochtones vivent dans des montagnes reculées et tentent de préserver un mode de vie responsable et en harmonie avec la nature.

Sunee va de découverte en découverte sur son père, sur ses méthodes, sur le gouvernement et la police…

La collection Rester vivant chez Le Muscadier « s’adresse aux ados et préados. Elle a pour ambition en plus d’attiser l’imaginaire du lecteur, d’éveiller son sens critique et de poser un regard incisif sur nos comportements individuels et collectifs. »

Pari réussi pour ce roman !

 

Mon petit carré de terre

Mon petit carré de terre
Cathy Ytak Illustrations de Christelle Diale
Editions du Pourquoi pas ? 2020

Il faut cultiver notre jardin

Par Michel Driol

Pour son anniversaire, Tilo fait construire, par sa mère, un petit jardin dans une caisse en bois sur le balcon de l’appartement qu’ils occupent, avec sa sœur, au 9ème étage d’une cité de béton. Malgré les sarcasmes de sa sœur, qui souhaiterait un jardin potager, il plante quatre bégonias, et voit, avec surprise une cinquième fleur pousser… qui s’avère être une carotte que l’on mange en famille.

Publié dans la collection [Pourquoi pas la terre ?], ce récit familial à la première personne – le narrateur est Tilo – repose sur une intrigue minimaliste pour aborder les problématiques liées à notre rapport avec la nature. Devant la plante inconnue qui apparait sans son jardin, Tilo est condamné à choisir entre la laisser pousser et la traiter comme une mauvaise herbe. D’un côté, il y a la grande sœur, dont toutes les paroles semblent motivées par l’envie de s’opposer à son frère, qui propose de l’arracher. De l’autre, il y a Tilo, qui cherche quelle peut être cette plante sans grâce, et qui lui laisse une chance. De façon simple, c’est le thème d’une certaine  biodiversité qui est ici abordé, en incitant à laisser la nature libre de se développer, pour, finalement, apporter aux hommes plus que ce qu’ils en ont souhaité. Cette parabole vaut aussi par l’arrière-plan parfaitement évoqué par Cathy Ytak, avec un soin apporté à l’évocation des petits détails de la vie quotidienne dans un immeuble (balcon servant à faire sécher le linge, ascenseur souvent en panne…), et dans la peinture des relations au sein de cette famille monoparentale au travers de dialogues vivants, souvent plein d’humour et expressifs. Les illustrations de Christelle Diale, très colorées, jouent à la fois sur le réalisme dans la représentation de la ville, des plantes, et l’imaginaire en exprimant le lien entre les plantes et l’homme. Elles se découpent souvent en petites vignettes qui mettent l’accent sur le travail, ou le temps qui passe. Enfin, elles proposent un parcours entre une ville grise au début et une ville où poussent les fleurs à la fin.

Un récit simple et efficace pour contribuer à sensibiliser les enfants à l’importance du jardin… qui se termine par une recette de salade de carottes à l’orange !

Et le désert disparaitra

Et le désert disparaitra
Marie Pavlenko
Flammarion 2020

Optimiste dystopie

Par Michel Driol

Un futur, plus ou moins lointain. Le désert est omniprésent. Quelques villes subsistent, faites de tours et de souterrains, entourées de machines qui creusent le sol à la recherche de l’eau. Samaa, qui a 12 ans, vit dans une tribu nomade qui gagne de l’argent en allant chasser les rares arbres restants, en les débitant, en les vendant contre de l’eau gélifiée et des conserves. Seule, une vieille qui radote parle des arbres comme source de vie, des animaux, de l’eau… Mais qui la croit ? Samaa, qui rêve de devenir chasseuse d’arbres –métier exclusivement masculin – quitte le campement pour pister l’expédition des hommes. Mais elle se perd, et tombe dans une fosse où pousse un arbre… ce qui va changer le destin de sa tribu.

On se souvient de l’Homme qui plantait des arbres, de Giono. On se souvient aussi des arbres maisons de Claude Ponti. Il y a un peu de tout cela dans le roman de Marie Pavlenko. Le personnage de Samaa découvre à quel point les arbres sont insérés dans une chaine du vivant, qu’ils supportent et entretiennent : fourmis, oiseaux. Elle découvre qu’ils sont un univers à eux seuls. Elle découvre aussi le pouvoir guérisseur de leur écorce. Elle découvre enfin que l’on peut faire pousser des arbres, et faire revenir ainsi la vie. On a ainsi, dans un univers totalement dystopique, une ode à la biodiversité, à la préservation de la nature. Par ailleurs, il n’est bien sûr pas indifférent que le personnage principal soit une héroïne. Bien inscrite dans ses douze ans, au début, encore enfant, devenant amoureuse, jalouse d’une plus belle, plus mûre, elle osera faire ce qui est interdit. Le roman parle à la fois d’une transmission de l’histoire par les femmes (ce qui se passe entre la vieille et Samaa, ce qu’il lui faut de temps pour comprendre ces paroles), mais aussi oppose au pouvoir destructeur des hommes (qui ne voient dans les arbres que du bois à débiter) à la force vitale des femmes qui, patiemment, parviennent à vivre en symbiose avec la nature et à faire refleurir le désert.

Il est aussi question de livre et de culture : Samaa sait lire, son père le lui a appris. Elle lit ainsi l’unique livre que possède la tribu : de façon incongrue, un livre de cuisine, où les têtes des brocolis ont un côté surréaliste. Le roman est encadré par un prélude et un épilogue, bien des années plus tard, dans un univers où les arbres sont rois, et où on lit, comme un rite, un Livre, façon de transmettre la mémoire de Samaa, de ne pas oublier.

Sans être moralisateur, le livre est plutôt comme une sorte de parabole qui incite à respecter la vie, à protéger la nature, pour pouvoir vivre un futur heureux. Une lueur d’espoir par les temps qui courent, cela vaut le coup d’être signalé !

D’où viens-tu?

D’où viens-tu?
Pronto
Seuil jeunesse (secrets de fabrication), 2012

Qui de la poule ou de l’oeuf?

Par Caroline Scandale

Ce documentaire jeunesse propose d’expliquer simplement l’origine des choses à la façon d’un imagier à rabats. Il se décline en six chapitres dont quatre concernent l’alimentation.

Si certaines origines paraissent évidentes, d’autres le sont beaucoup moins. Par exemple, la confection de la polaire à partir de bouteilles en plastique est propice à discuter du recyclage.  Quant à la provenance du fil de soie, elle permet d’évoquer son originale fabrication animale. D’autres encore familiarisent avec la biodiversité alimentaire,  les principaux matériaux et les différents milieux de vie…

En point d’orgue, le livre se referme sur la question existentielle « et toi d’où viens-tu? ». Pour tenter de répondre à ce questionnement déterminant, le rabat, quatre fois plus grand que les autres, est recouvert d’un papier miroir (de bonne qualité!) Le jeune lecteur se regarde… À qui ressemble-t-il? Mais surtout d’où vient-il? En soulevant son reflet, il découvre le ventre d’une femme enceinte… Les nouveaux modèles familiaux, les prouesses techniques de procréation médicalement assistée et l’adoption ouvrent le champs des possibles… Aux adultes de répondre… Bon courage!