Ça pue ! / ça gratte

Ça pue ! / ça gratte
Gilles Abier / Raphaëlle Frier
Rouergue 2021

Cadeaux pourris !

Par Michel Driol

Dans le cadre d’une correspondance scolaire, Mathis le Marseillais et Camille la Bordelaise doivent s’envoyer des objets qu’ils ont fabriqués eux-mêmes. Le premier se lance dans la fabrication d’un savon de Marseille, qui ne laisse pas la peau de Camille intacte… Pour se venger, elle décide de tricoter un pull bien rugueux.

On suit l’histoire des deux personnages dans deux courts romans, signés chacun d’un auteur différent, les deux récits constituant ainsi un diptyque savoureux et plein d’humour. On notera que c’est un auteur qui donne le point de vue de Camille, et une autrice qui prend celui de Mathis, façon de jouer avec les genres.  Le tricot est au centre des deux récits. C’est d’une part le tricot qui lie Camille et sa mère, dépressive, permettant en quelque sorte de lui redonner gout à la vie et de les remailler. C’est d’autre part le tricot que Mathis est obligé de refaire, découvrant ainsi d’autres activités que le foot… On suit aussi la relation entre les deux ados, à distance, par leurs échanges de mails et de photos, deux personnages que le hasard seul d’une correspondance scolaire a mis en rapport, avec la supériorité du lecteur qui en sait plus que chacun des deux, et mesure ainsi l’écart entre les intentions et leurs effets.

Un double roman, humoristique et sarcastique, qui joue parfaitement bien avec la notion de point de vue pour le plus grand plaisir du lecteur.

Va et vient

Va et vient
Gerda Dendooven
Rouergue, 2020

Correspondances croisées

Par Anne-Marie Mercier

C’est un bonheur de retrouver Gerda Dendooven, que l’on avait découvert grâce aux éditions Être, avec Ma maman à nous (2003) et Où est maman ?, réécriture drolatique du Petit Chaperon rouge (2006). Dans cet album on retrouve aussi son style sobre et des personnages colorés qui s’agitent sur un fond blanc dans un décor à peine esquissé.
Elle propose une lecture double : dans un premier temps, on voit un homme qui peine à écrire une lettre (sans doute d’amour), puis sort la poster.  La lettre s’envole et elle est rattrapée par divers personnages (policière, touriste, père Noël, cow boy, oiseau, chien…), jusqu’à son arrivée dans une maison où une femme écrit une lettre, qui sera prise par un oiseau et portée jusqu’à une maison où un homme écrit, puis va poster sa lettre sans voir l’oiseau à la fenêtre… On doit donc lire l’album à l’envers en observant cette fois la lettre rose qui vole de page en page, au-dessus du parcours de la jaune.
C’est ingénieux, drôle, dynamique, surprenant, avec l’énergie électrique de l’amour.