Une ou deux bêtises

Une ou deux bêtises
Isabelle Gil
Ecole des loisirs (loulou & Cie), 2011

Pour rire

par Sophie Genin

Une ou deux bêtises Isabelle GilIsabelle Gil est venue à la fête du livre jeunesse de Villeurbanne les 12 et 13 avril derniers et c’est l’occasion idéale de parler de son opus consacré à un garçon-ourson en guimauve qui fête son anniversaire chez sa grand-mère avec ses copains et n’aura de cesse de faire des bêtises mais, surtout, de les réparer – vainement, cela va sans dire !

Le texte dévoile les pensées et idées saugrenues du jeune narrateur racontant son après-midi chez sa mémé (et son chien, répondant au doux nom de « Pétoche » !). En effet, que penser du fait de remplacer un tableau abîmé par une sardine, mais réelle, tout droit sortie du frigidaire ?! Les illustrations, photos d’oursons de guimauve dans un univers kitch à souhait, ajoutant un autre niveau d’humour et jouant souvent sur de la résolution d’implicite, font sourire le lecteur, quel que soit son âge !

Je ne peux que vous recommander de découvrir les petits frères de cet album cartonné à mettre entre toutes les mains : Oursons et A la mer, en particulier, et les derniers nés, remplaçant les oursons de guimauve par des escargots tout aussi expressifs , Le Déjeuner sur l’herbe, Les Vacances et Le Chapeau de maman.

Plastique des sensations

Couleurs à sensation
Isabelle Gil

Rouergue, 2010, coll. Yapasphoto

 Plastique des sensations 

Par Dominique Perrin

CouleurSensation.gifCouleurs à sensation est un petit livre intégralement dédié à l’image et aux « cinq sens ». Il est, d’abord, tout couleur, avec un bonheur puissamment contrasté de double page en double page. On s’aperçoit ensuite qu’il est tout jeu abstrait de formes et de structures : les couleurs si proches, et mêmes communes, de la barbe à papa ( ?) et de l’éponge ( ??) ou de la mie de pain ( ???) dessinent pourtant des univers d’une absorbante différence. De l’équation des couleurs et des formes résulte de façon directe l’évocation du goût et du toucher, et parfois de l’odeur. Tentons de dire la dynamique, et certes non la fin de ce voyage d’exploration photographique :  il apparait enfin aussi que c’est tout simplement, tous yeux et peau dehors, de lumières que nous entretiennent ces images.

Un imagier  susceptible de former l’intérêt pour un certain cinéma, que les enjeux plastiques du cadre, de l’éclairage, et du coup du plan continueraient d’intéresser autant que les scénarios préétablis ?