Le Problème

Le Problème
Marcel Aymé, May Angeli
Éditions des éléphants, 2020

 

Les maths, la poule et le réel

Par Anne-Marie Mercier

La réédition des Contes du chat perché de Marcel Aymé par les Éditions des éléphants est chaque fois une heureuse surprise. On a beau croire bien connaitre ces histoires, c’est toujours un bonheur de les retrouver, surtout avec les belles images de May Angeli. Réalisées avec des bois gravés, elles ont la patine des images anciennes, des couleurs intenses, une naïveté touchante.

« Le Problème » est un des meilleurs contes. Il met en scène les deux fillettes face à un problème mathématique dont l’énoncé fait sourire tant il est représentatif d’une pédagogie qui tentait (bien maladroitement et faussement, comme ici) de mettre les élèves face à des questions concrètes : « les bois de la commune ont une étendue de seize hectares. Sachant qu’un are est planté de trois chênes, de deux hêtres et d’un bouleau, combien les bois de la commune contiennent-ils d’arbres de chaque espèce ? »
Les parents se fâchent, comme d’habitude, les fillettes ont du mal à se concentrer, comme toujours et pleurent à l’idée de la punition : les animaux décident de les aider. Tout cela est très dôle, notamment les scènes de dispute entre le cochon et les autres animaux (il a vraiment un caractère de cochon) et le dénouement en classe, en présence de l’inspecteur, avec une conclusion savoureuse pleine d’implicite.
Voyez aussi « L’éléphant« , extraordinaire, que les Éditions des Éléphants ont mis très tôt à leur catalogue, bien sûr !
Extrait du site de l’éditeur : « Nées en 2015 sous le signe de la longévité, les Éditions des Éléphants proposent des albums pour enfants qui cultivent toutes les qualités de l’éléphant. Force, grâce, intelligence, mémoire… se retrouvent au fil de nos livres. »

 

Par Anne-Marie Mercier

 

Le livre des + et des –

Le livre des + et des –
Christine Beigel, Alain Korkos
, Elodie Durand
La Martinière, 2011

Tout en un

par Christine Moulin

christine beigel,alain korkos,elodie durand,la martinière,mathématiques,christine moulinAutour du thème très lâche et très vaste de « plus » et « moins », voilà un livre hétéroclite, dont les illustrations « fouillis » indiquent bien la nature.

Cela ressemble à ces calendriers où  l’on apprend un fait surprenant par jour. Cela tient du cabinet de curiosités: aucun fil directeur, juste le plaisir d’accumuler de petits savoirs anecdotiques, de double page en double page. Première question: « Y a-t-il plus d’insectes, plus de poissons ou plus de mammifères? » *. Dernière question: « Pourquoi y a-t-il de plus en plus de méduses dans la mer? ». Tous les domaines sont abordés et réunis dans un index: art, ciel et espace, le corps, sciences et techniques, histoire, autres questions insolites (pourquoi « autres »?), vie en société, questions du monde entier, vie au quotidien, santé et diététique et surtout nature. Cette dernière rubrique est la plus fournie, ce qui prouve que les auteurs connaissent bien les goûts des enfants.

Dans le champ de la llittérature, on reste un peu sur sa faim: « D’où viennent les poèmes les plus courts? », « Est-ce qu’on lit moins ou plus qu’avant? » (l’affirmation finale, que je vous laisse découvrir, est sans doute discutable: Hugo pouvait y croire, mais nous?), « Comment apprendre une poésie plus facilement? ».

Mais heureusement, certaines questions fondamentales sont abordées: « Spider-man a-t-il plus de pouvoirs que Superman? ».

Sinon, sans doute faut-il signaler que quelqu’un d’un peu sensible à la question du genre pourrait tiquer à la lecture de la page « Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes? », non pas tant à cause du fond que de la forme, un tantinet condescendante: « Mesdemoiselles, veillez à vos petits nerfs si vous voulez vivre plus longtemps »… Il est vrai que la question « Pourquoi les filles aiment-elles plus le rose que les garçons? » rétablit l’équilibre!

Disons que voilà un livre sympathique, brouillon mais divertissant, qui peut soulager les parents assaillis par leurs bambins  de « pourquoi » incessants, mais qui ne donnera sans doute pas une idée exacte de ce que peut être la vraie connaissance. En fait, le plus gênant est que soient mêlées sans qu’on puisse bien les distinguer les unes des autres des réponses qui relèvent de faits (« Le soleil est-il la plus grosse étoile de l’univers? ») et d’autres d’opinions (« Est-ce que vouloir toujours plus est une bonne chose? »).

* réponse: plus d’insectes…