Mets pas ton nez dans ta bouche

Lulu mets pas ton nez dans ta bouche
Cécile Van Hille, Amélie Girard
L’Atelier du Poisson Soluble, 2010

C’est pas de la purée de raviolis bouillis !

par Christine Moulin

cécile van hille,amélie girard,atelier du poisson soluble,maltraitance,vengeance,tabou,christine moulinLa chauve-souris sur la couverture a l’air très mignonne et gentille. Et elle l’est, vous verrez pourquoi. Mais passée la page de garde (où l’on trouvera la dédicace qui a donné son titre à cette chronique), le cauchemar commence. Les illustrations se répandent, fascinantes et obsédantes et le texte distille son fiel.

Donc, c’est l’histoire d’un petit garçon qui a une apparence tellement repoussante que tout le monde le repousse, y compris ses parents, qui le cantonnent au grenier. Jusqu’au jour où le père s’attaque à Scope, le poste de télévision…

Quand on referme l’album, on croit à peine avoir lu ce qu’on a lu : on retrouve le coup à l’estomac du mythique Le géranium sur la fenêtre vient de mourir mais toi maitresse tu ne t’en es pas aperçue (Albert Cullum ; trad. de l’américain Marie-Ange Guillaume, adaptation de François Ruy-Vidal, Quis/Ruy Vidal) dans la version de 1972, et non dans celle de 1978, scandaleusement édulcorée. La famille, la société, les bons sentiments, la vision « bisounours » de l’enfance, les valeurs « universellement » reconnues comme la nécessité du pardon, tout cela vole en éclats. Même si, à y bien réfléchir, on comprend que le besoin d’amour peut prendre des voies bien détournées, comme le laisse à penser la dernière image. Mais, bref, on en reste tout pantois, et content de l’être.
Une adresse où l’on peut se faire une idée des illustrations, un peu dans le style des années 70

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *