La Cabane sous le cerisier

La Cabane sous le cerisier
Céline Claire – Annick Masson
Père Castor 2024

La loi du premier occupant…

Par Michel Driol

Deux cousins, Mia et Pablo, en vacances chez leur grand-mère, décident de se fabriquer une cabane sous le cerisier. Mais lorsque les fourmis entrent, ils construisent une muraille de sable. Puis vient la poule, contre laquelle une échelle barrera le passage. Enfin une montagne de cartons empêche le chat de pénétrer. Etonnée, la grand-mère explique que tous ces animaux étaient là avant ses petits-enfants, et qu’il convient de leur laisser leur place dans la cabane.

Une cabane, un jardin, deux enfants… beau projet enfantin sans doute universel  pour s’isoler du monde, avoir sons propre univers, partager ses secrets, à l’abri. Mais l’album pose le problème de l’apprentissage du vivre ensemble avec les animaux, qui étaient là avant, et que la cabane dérange dans leurs routine. Aux enfants prompts à inventer des solutions pour interdire, la grand-mère propose une autre morale, une autre vision du monde, faite de bienveillance  et d’acceptation, de partage. Tout ceci baigne dans une grande atmosphère de douceur, portée en particulier par les couleurs tendres des illustrations, les visages et les attitudes des enfants, souvent souriants, dont on devine la bonne entente. Apprendre à partager, voilà sans doute une des compétences sociales les plus importantes qu’évoque cet album plein de tendresse pour ses personnages, auxquels on a envie de s’identifier dans l’utopie de ce jardin plein de fleurs, de poules, d’oiseau, au pied d’un cerisier bien garni ! Le texte, qui fait la part belle au dialogue, épouse avec empathie le point de vue des enfants, leurs décisions, leur bonne humeur, leurs enthousiasmes.

Au-delà de cette histoire sympathique, d’autres comprendront qu’il est question aussi des murs qu’on construit pour se protéger, parfois contre ceux qui occupaient le territoire antérieurement, et que ces murs défigurent complètement l’espace et interdisent toute vie. Oui, c’est bien de respect des autres et d’apprentissage du vivre ensemble qu’il est question dans cet album pas si simpliste que cela, dont la signification sera différente selon l’âge auquel on le lit. Comment trouver sa place dans le monde, sans prendre celle des autres ?

Le Conte de l’unique nuit par Shéhé-Hazarde l’étourdie

Le Conte de l’unique nuit par Shéhé-Hazarde l’étourdie
Arnaud Alméras – ®obin
Gallimard Jeunesse Giboulées

Salade composée de contes

Par Michel Driol

Reprenant le récit enchâssant les Mille et une nuit, l’album commence avec un roi cruel et féminicide, dont  Shéhé-Hazarde, la fille du vizir, entend bien arrêter les crimes. Son plan est simple : raconter un conte et l’interrompre avant la fin… Mais rien ne se passe comme prévu. La jeune fille s’embrouille dans les noms, dans les situations, ce dont le roi se rend compte. Et on glisse ainsi de l’histoire de Sindbad  à celle d’Ali Baba, puis à celle d’Aladin… Tout se termine par un mariage dans le conte, et, dans le récit cadre, par un bâillement du roi qui s’endort pendant 1001 nuits… rêvant de l’histoire qui vient de lui être contée.

Cet album revisite habilement trois des histoires les plus connues des mille et une nuits, avec humour et facétie. D’abord par son personnage, une conteuse si étourdie qu’elle en vient à tout mélanger, mais se débrouille pour trouver une explication plausible à méprises, avec un sourire désarmant… Ensuite par le traitement des illustrations, qui jouent à la fois sur l’Orient rêvé des contes, une représentation très enfantine du héros de l’histoire racontée, et de savoureux anachronismes, comme le génie devenu pilote d’avion, ou les grues qui assurent la construction du palais final. Enfin par le jeu avec les récits, qui renouvelle le genre bien connu en littérature pour la jeunesse de la salade de contes. Les glissements progressifs sur les noms des personnages font ainsi passer d’un héros à l’autre, d’une histoire à l’autre, dans un enchainement narratif enlevé, fluide, et surprenant pour le lecteur qui connait les 1001 nuits. Le récit cadre est présent aussi bien dans le texte, marqué par les interruptions du roi, auditeur attentif et méfiant, reprenant chaque erreur, que par l’illustration, montrant, en vignettes, les visages de la conteuse, souriante, sympathique, et du roi, tour à tour, en colère, étonné…

Si le roi est bien conforme au tyran du conte original, la conteuse est une figure féminine actuelle, audacieuse, déterminée, pleine d’humour,  qualités qui compensent l’étourderie qui pourrait lui être fatale ! L’album revisite ainsi le pouvoir de la parole et du conte, de façon assez paradoxale dans le renversement final, car le récit embrouillé, confus, mais plein d’épisodes merveilleux, épiques, surnaturels finit par endormir le roi et le neutraliser. Façon de dire le pouvoir des récits, quelle que soit leur qualité, pour lutter contre la violence !

Les Fleurs de mon père

Les Fleurs de mon père
Luca Tortolini, Maria Gabriella Gasparri
Sarbacane, 2024

Un jardin qui parle d’amour

Par Anne-Marie Mercier

En peu de mots, cet album relate un amour de peu de mots, celui d’un père pour son fils et d’un fils pour son père. Le narrateur raconte la première visite d’un jardin qu’il a faite, lorsqu’il était enfant, avec son père, puis les suivantes, tous les samedis, en silence. Il évoque les voyages, chaque printemps, avec lui, pour aller voir des fleurs dans des pays différents, les activités de dessin, le travail dans la serre en hiver… toujours sans mots échangés. Longtemps après la disparition du père, le fils comprend son message, porté par son amour des fleurs, et le transpose dans l’album pour nous le transmettre.
Les belles images de Maria Gabriella Gasparri donnent de la chair à une histoire sobre et allusive. Avec une technique qui rappelle celle des bois gravés d’autrefois, de beaux à-plats de couleurs franches, des formes rondes et un usage intéressant des blancs, on a l’impression d’être dans un monde disparu, fait de beauté et de couleurs. C’est un bel hommage et un bel ouvrage.

Quand on est au milieu

Quand on est au milieu
Anika H. Denise, Christopher Denise (ill.)
Kaléidoscope, 2024

Question de place en fratrie

Par Anne-Marie Mercier

Pour explorer le sujet de la place du deuxième dans une fratrie de trois, l’illustratrice a choisi trois petits lapins. Soit. Elle les a habillés (le plus grand semble être une fille, celui du milieu est clairement un garçon) et placés dans un cadre humain (gros fauteuils, pâtisserie, trottinettes, train électrique) même si l’école (le maitre est un hibou à lunettes) se déroule dans un arbre creux.
Le texte est l’élément le plus intéressant : il est bref et propose les avantages et inconvénients de cette position : on peut être celui qui suit ou celui qui guide, celui qui résiste ou celui qui plie  – l’intérêt étant ici est que le lapin médian plie devant le plus petit et non devant le grand. L’âge n’empêche rien donc. Tout cela est très juste et peut permettre de considérer cette question de place sous tous ses angles.
La dernière image montrant les trois lapereaux couchés ensemble dans un lit couvert d’une grosse courtepointe en patchwork insiste sur la chaleur de l’amour entre frères et sœurs. C’est mignon ; on ne peut qu’espérer que de nombreux lecteurs y verrons une image de leur fratrie. Pour les autres, cela fera un peu conte de Noël, comme le livre que lit le trio dans son lit, encore « une histoire de lapin » (voir Christophe Honoré dans Le Livre pour enfants, L’Oliver, 2005) : Le Lapin de velours de Margery Williams, publié en 1922 qui dit que tout peut arriver, même l’impossible, quand on aime : message paradoxal à destination des adultes ou simple référence lapine ?

 

Manqué !

Manqué !
Antonin Faure
Les Editions des éléphants 2024

Proies de tous les pays, unissez-vous !

Par Michel Driol

Un album en randonnée reprenant le principe des chaines alimentaires. Ainsi le ver veut manger la pomme, mais elle tombe, manqué ! La mésange veut manger le ver, mais échoue ! La belette veut manger la mésange, mais échoue… jusqu’à la fin, où l’ours veut manger le loup… et échoue, bien sûr ! Voilà pour le scénario, porté par un texte court, répétitif comme le sont tous les textes en randonnée, un distique rimé reprenant les paroles de l’animal prédateur et exprimant son désir de manger.

L’album fait surtout la part belle aux illustrations, en double page, très fouillées, qui prennent en charge la narration pour peu qu’on s’y attache aux détails, et qu’on les lise attentivement. Au-delà du mangeur et de la proie évoqués par le texte, c’est une foule d’animaux en activité que montre l’image.  Suivons ainsi la pomme, transportée par une colonie de fourmis, qui vont même utiliser une planche-radeau pour traverser la rivière. Explorons ce qui se passe sous la terre, avec la taupe, qui creuse. Quoi de plus normal dans ces comportements animaux… Sauf que petit à petit la fantaisie s’invite. Ainsi ces deux lapins  endormis dans leur terrier, sous une couverture rouge, ces castors bâtisseurs, avec leur treuil, ces chauvesouris jouant aux cartes… Ce petit monde animal s’humanise ainsi, comme invitant à une autre lecture.

Se joue aussi dans les illustrations une opposition entre la surface et le souterrain. La surface, c’est le lieu des conflits, des désirs, de la violence de l’un contre l’autre. Le souterrain, c’est le lieu de l’entraide, où toutes les victimes vont se retrouver, scellant ainsi l’union ceux qui ont été ennemis. C’est ainsi que tous entrainent l’ours dans une caverne, pour lui tendre un piège… qu’on ne révélera pas, bien sûr, mais qui montre que l’union des petits, leur astuce, leur imagination, fait la force… Quant à la dernière illustration, elle scelle l’union de tous – ours y compris, bien sûr –  autour de nourritures consensuelles, marshmallows et pâtisserie !

La raison du plus fort est toujours la meilleure… sauf pour cet album, qui prône union et solidarité pour venir à bout de toutes les difficultés, de tous les conflits.  Un album qui le suggère plus qu’il ne le dit, un album plein de rythme, de rebondissements et surtout un album plein d’humour et de joie, libératrice, salvatrice !

Les Enfants d’Izieu

Les Enfants d’Izieu
Rolande Causse-Gibel, Gilles Rapaport (ill.)
D’Eux, 2024

Tombeau pour 44 enfants (et leurs éducateurs)

Par Anne-Marie Mercier

Le texte de Rolande Causse a parcouru tout un chemin avant de revenir sous la forme qu’en donnent les éditions d’Eux cette année. Il a été d’abord publié en 1989, au Seuil, dans une collection de littérature générale, puis republié, toujours au Seuil, en 1994, avec un témoignage de Sabine Zlatin, fondatrice avec son mari de la maison d’Izieu. Le texte était alors devenu livret d’opéra, celui de l’opéra-oratorio de Nguyen-Thien-Dao (1994). C’est sans doute ce passage par un spectacle destiné à un public large qui l’a fait passer en catégorie jeunesse (on pourrait ajouter que dès qu’il y a le mot « enfant » ou un personnage jeune, cela fait vite basculer un texte dans cette catégorie). Ce mouvement a été amplifié par les instructions officielles de 2002 et d’autres initiatives plus ou moins bien accueillies demandant d’enseigner dès l’école primaire, notamment à travers les enfants victimes, ce qu’a été ce qu’on a du mal à nommer et que, depuis le film de Claude Lanzmann, on nomme la Shoah. Le texte a ainsi paru en poche jeunesse en 2014 (Oskar, catégorie « roman », avec des documents et textes d’ateliers d’écriture) et il reparait à présent en album, dans une nouvelle version légèrement abrégée avec des illustrations de Gilles Rapaport.
La cruauté du sujet est redoublée par la spécificité de cette histoire : ce sont 44 enfants entre 4 et 15 ans qui sont déportés, avec leurs éducateurs ; la responsabilité du gouvernement de Vichy y est pleine et entière. Seule une éducatrice, Léa Feldblum, survira et racontera l’histoire que Rolande Causse raconte à son tour. Elle le fait sous la forme d’un journal, avec des notations brèves dans une forme proche du poème. Chaque enfant et chaque adulte est nommé, chacun apparait dans toute son humanité fragile. Le 6 avril 1944, c’est le jour de la rafle, avec l’avant heureux, les joies, les chagrins et les rêves des enfants, et puis l’irruption des soldats dans les belles vacances, le convoi en camion et la terreur de tous et de chacun. Le 7 avril 1944, c’est le train jusqu’à Drancy, et ensuite toutes les étapes jusqu’à Auschwitz, où le récit du voyage des enfants s’arrête à la porte du four crématoire pour se poursuivre avec celui de la survivante, Léa, qui y découvre l’horreur.
Gilles Rapaport qui s’était déjà saisi du thème de l’esclavage, avec l’album Un Homme (2007) et de celui de la déportation avec l’album Grand-Père (1999) en puissantes gouaches colorées a fait ici le choix de l’encre de Chine avec de forts contrastes de noir et de blanc et de superbes images parfois glaçantes. La première partie montre des jeux, des paysages inscrits dans une blancheur menacée par des ombres ou des taches. Les visages des enfants, et des adultes d’Izieu, esquissés, sont tantôt lumineux, tantôt barrés d’ombres qui les mangent. Les postures des personnages disent aussi bien que les mots l’effondrement et la douleur. Les soldats n’ont pas de regard et sont proches de la monstruosité. Les lieux du camp sont marqués par la désolation et un puissant sentiment d’horreur.
L’album est magnifique ; textes et images se répondent avec les mêmes but : faire exister les personnages de manière vibrante, et leur faire rencontrer l’inhumanité. On pourrait poser encore et encore la question de la légitimité de l’esthétique pour traiter d’un tel sujet (peut-on faire de la poésie depuis et à plus forte raison sur Auschwitz ?) : il y a de nombreux documentaires récents sur le sujet qui pourraient suffire  (Paroles et images des enfants d’Izieu 1943-1944, 2022, L’Institutrice des enfants d’Izieu, 2023… Voir aussi le podcast et le film sur le site de la BnF (médiathèque) et les textes et dessins des enfants conservés à la Bnf. On pourrait aussi dire que les faits suffisent sans ajouter le pathos de la forme. Pour justifier l’entreprise, on pourrait souligner la sobriété du texte et des images, le souci documentaire du premier et la pudeur du deuxième. Le débat reste ouvert.
Voici les derniers mots du texte :

Assassinés

Tous les enfants d’Izieu

Ce sont des enfants
Quarante-quatre

Pour toujours
Ce sont
Les enfants

LES ENFANTS D’IZIEU

 

 

Chez soi

Chez soi
Pauline Kalioujny
Seuil Jeunesse 2024

Home, sweet home…

Par Michel Driol

En couverture : une foule d’animaux entassés dans la silhouette d’une maison… Les pages de garde : trois lapins gambadant en plein air. Ainsi se dessine la tension entre l’intérieur et l’extérieur, le cocon et l’aventure. Tout commence par le constat des choses qui se gâtent, parfois, dans la vie, ce qu’illustre un orage, avec ses éclairs. C’est alors qu’il faut rester chez soi. Et l’album d’explorer différents chez soi, différentes raisons de s’y réfugier, et différentes manières d’y habiter. Parce qu’il fait trop froid, ou trop chaud, parce qu’un danger menace, parce qu’on est timide… Mais que faire chez soi ? Se reposer, se blottir contre ceux qu’on aime, ou être un peu à l’étroit. Chez soi, c’est le moment de penser que la vie aime prendre son temps pour que chacun naisse, grandisse, s’épanouisse avant de sortir dehors.

L’album fait la part belle à de nombreux animaux, et les montre dans leur habitat, ours,  loirs, fourmis, mollusques, escargots, abeilles… mais c’est une famille de lapins qui sert de fil conducteur et auxquels le lecteur est invité à s’identifier. Lapins terrés échappant au flair d’un chien, petit lapin boudant ses parents, lapins entassés, lapins célébrant un anniversaire autour d’une carotte gâteau, adorables lapins blottis au chaud en plein hiver. A elle seule, cette famille de lapin illustre différents sentiments, états, émotions liés au confinement.  Ce confinement qui peut rendre les plus agités «zinzins ». L’album ouvre alors, avec un enfant morose derrière la vitre, son avant dernier mouvement, celui du temps nécessaire : superbement illustré par un embryon, une chenille préparant son cocon, des animaux dans des œufs, une graine qui germe et donne une fleur.  C’est alors que l’album prend une dimension morale et philosophique, mettant l’accent sur le rôle du temps, de la maturation, pour, selon une belle métaphore, « faire éclore les rêves en une nouvelle réalité ». Ne pas être trop pressé, prendre son temps, accepter peut-être de s’ennuyer, de rester chez soi, de ne pas être dans l’action, voilà des valeurs mises en évidence par l’album qui se clôt par une inversion politique joyeuse, lorsque tous les animaux sortent enfin de sous la terre pour prendre en chasse… un chasseur et son chien. Libération du dedans au dehors, libération des menaces, l’album est aussi une invitation à s’unir, à sortir de chez soi pour réaliser ensemble quelque chose de grand, de fort. Cette exploration du confinement subi, mais parfois aussi désiré, des espaces privés qu’on s’aménage, des cocons qu’on tisse ou pas autour de soi,  est conduite avec une grande tendresse dans le texte et dans les illustrations qui ne manquent pas d’humour, en particulier dans les multiples détails qu’il faut prendre le temps d’observer.

Un album plein de charme et de poésie, qui met en scène l’enfance, qui évoque le désir de grandir, sortir de l’œuf, mais aussi celui de profiter de l’espace familial, avec son confort et ses tensions, à travers des métaphores animales pleines de poésie.

Trop nul

Trop nul
Michael Escoffier, Matthieu Maudet
L’école des loisirs, 2024

Quel animal de compagnie ?

Par Anne-Marie Mercier

Tous les parents font un jour l’expérience du désir des enfants d’avoir un animal. Beaucoup découvrent que bien souvent l’animal choisi déçoit et, rapidement, ne suffit plus : « trop nul », le poisson, la tortue, le chat, le chien, puis le poney, etc. jusqu’au dernier vœu : un dinosaure. On sait combien les enfants les adorent, mais les dinosaures adorent-ils les enfants ? Celui-là vengera tous les animaux ! La chute est drôle et édifiante…
Le format carré et cartonné comme l’histoire conviendront à de jeunes enfants, mais on peut supposer que de plus âgés s’y verront comme dans un miroir, aussi bien par les postures, les expressions (les différentes façons de faire la gueule), et les propos que le titre résume fort bien.
C’est drôle, à condition que les jeunes lecteurs visés veuillent bien rire d’eux-mêmes : il n’est jamais trop tôt pour apprendre l’humour, ou du moins commencer, car cet apprentissage prend du temps, mais peut-être faut-il viser un lecteur pas trop petit.

Peurs du soir

Peurs du soir
Laurie Agusti
La Partie 2024

La nuit, théâtre d’ombres…

Par Michel Driol

L’illustration de couverture donne bien à voir ce qui va se jouer dans cet album : une chambre sombre, où on devine une armoire où sont sagement rangés les vêtements, une porte entrouverte par laquelle se faufile un rai de lumière et la patte griffue, verdâtre, d’un monstre tapi, prêt à avancer…  Puis la première illustration nous montre la même chambre, lumineuse et claire, à l’heure d’aller au lit. Suivent les préparatifs : la vérification des issues de secours, des cachettes potentielles, la pose d’obstacles et l’extinction de la lumière, porte légèrement entrouverte pour laisser pénétrer un rai de lumière. Viennent alors les peurs. Celle d’une araignée géante. Puis cette ombre qui passe devant la porte, est-ce un ogre ? Reste alors à compter les moutons pour tenter de trouver le sommeil. Mais la nuit est peuplée de cauchemars : tentacules, pattes gigantesques, griffues, grenouilles, hiboux et autres animaux finissent par prendre possession de tout l’espace…

Les albums sur la peur, et en particulier sur les terreurs nocturnes pourraient constituer un genre à part entière en littérature jeunesse. Ils renvoient aux peurs de la nuit qui affectent nombre d’enfants, et, sans doute, plus largement, aux peurs inhérentes à l’homme dont la littérature fantastique ou les tableaux de Pieter Bruegel l’Ancien se sont largement fait l’écho. Cet album aborde cette thématique avec beaucoup d’originalité et de réussite. On retrouve l’enfant narrateur, dont les propos sont sagement écrits en bas de page, sous l’illustration, confronté à une autre voix, qui provient de la pièce à côté, voix écrite en lettres capitales, trop grandes pour tenir sur la page. Voix d’un sur-moi ? Voix des parents, voix qui ordonne, qui impose un cadre, des ordres qui s’opposent au désordre mental de l’enfant. Ce désordre est remarquablement montré par les illustrations, dont la ligne graphique claire et rassurante du début devient vite espace inquiétant, espace noir et gris comme tranché par la ligne jaune du rai lumineux dans un cadrage très hitchcockien. Les choses commencent à se brouiller, à l’image de cet état de semi conscience qui précède le sommeil, et se superposent l’espace de la chambre, l’espace de l’école, un terrain de jeu. Si les moutons qu’on compte s’alignent sagement, les chiffres peu à peu se mêlent, s’emmêlent, jusqu’à la chute de l’album, qui n’a rien d’apaisant, contrairement à nombre d’albums. Après la dernière phrase, pleine de tranquillité, « C’est bon, je peux dormir » suivent trois doubles pages terrifiantes, fantastiques, montrant l’irruption des monstres qui finissent par envahir la chambre, les rêves, l’imaginaire de l’enfant.

Remarquons aussi la dramaturgie qui préside à la construction de cet album, et au regard qu’il nous fait porter sur cet enfant qui dresse le plan de sa chambre, pour vérifier les cachettes possibles, les issues de secours : voilà qui ressemble fort aux schémas d’évacuation des bâtiments publics, ou aux exercices conduits, en classe, dans le cadre des protocoles en cas d’intrusion. Si l’on peut sourire de le voir appliquer ainsi ces consignes de sécurité, on peut aussi s’inquiéter de ce qu’elles peuvent causer comme dommages dans l’esprit d’un enfant. Cette sombre menace qui pèse sur la chambre est peinte dans des grisailles et des formes qui, pour un adulte, ne peuvent qu’évoquer Guernica. Et tout cela culmine avec les monstres animaux omniprésents, comme pour dire, aux enfants comme aux adultes, que les peurs sont là, qu’on ne peut les éviter, quelles que soient les précautions qu’on prend, les rituels rassurants qu’on met en œuvre.

Se tenant sur une ligne étroite entre la drôlerie et le fantastique, cet album ne cherche pas forcément à rassurer bêtement, à apprendre à terrasser les monstres, à lutter contre les peurs de la nuit. Il dit plutôt qu’elles sont là, et qu’il faut vivre avec, même si elles ne sont que le fruit de notre imagination.

Tomber 8 fois se relever 9

Tomber 8 fois se relever 9
Frédéric Marais
HongFei, 2024

Ce qui ne me tue pas me rend plus fort

Par Laure-Hélène Davoine

Avant d’être blessé dans les tranchées en 1915, Eugène Criqui était boxeur. Après la guerre, il reprendra les combats malgré sa « gueule cassée » et à force d’entraînements, parviendra à devenir champion du monde des poids plumes.
Cet album retrace librement son histoire, une histoire vraie, et son combat pour retrouver sa place et sa dignité. C’est une histoire de courage, de persévérance et de ténacité qui retrace le chemin d’un homme à l’apparence détruite qui n’a pas voulu s’avouer vaincu.
Cette histoire, Frédéric Marais nous la conte en peu de mots, dans un style épuré et efficace, et laisse la part belle aux images. Visuellement, c’est un album très marquant, où on se retrouve totalement immergé dans des grandes images en pleine page. L’album est construit de manière presque cinématographique avec des cadrages variés et des jeux d’ombres. Le travail sur les couleurs (quatre couleurs uniquement : bleu, corail, noir et blanc) et sur les contrastes est absolument incroyable. On sent que chaque détail a été travaillé, que rien n’a été laissé au hasard pour accompagner ce combat d’un homme brisé pour se relever.
Le corps d’Eugène est très présent dans cet album : ses jambes devant les barbelés des tranchées ou face aux gratte-ciel de New-York, un gros plan sur son torse lorsqu’il se décide à remonter sur le ring et ses yeux, surtout ses yeux. L’auteur nous fait plonger dans les yeux d’Eugène à trois périodes clés de son histoire : dans le regard innocent du bleu arrivant dans les tranchées, dans le regard terrifié de l’homme se réveillant au pavillon des têtes cassées, puis dans le regard serein et volontaire de l’indestructible boxeur. Ce regard vous hantera longtemps.