Actualités

 

***************************************************

« Max et Lili » a 25 ans max et lili
Avis divers : La série « Max et Lili » protège-t-elle les enfants, « Max et Lili » est-elle sexiste ?

 

 

 

***************************************************

« le ministre et le fabuliste« , ou « Un livre pour les vacances » :150 000 élèves de CM2 vont recevoir un exemplaire des Fables de la Fontaine.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, s’est rendu à l’école primaire Paul-Claudel de Tourcoing (académie de Lille ), avec Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, lundi 26 juin, pour présenter aux élèves de CM2 et à leur professeur l’initiative « Un livre pour les vacances ».
Notre commentaire : le site du Boulevard Voltaire ne peut s’empêcher d’écrire que le « Le livre offert n’est pas de cette littérature jeunesse, panacée des pédagogistes. Mais les Fables !  »
Nous répondrons que les Fables font partie de cette littérature de jeunesse (« de » et non « pour » – voir la distinction proposée par I. Nières Chevrel et d’autres sur ce sujet).
On ne peut que souscrire à ce beau choix (de la poésie pour les vacances !) qui mettra tout le monde d’accord (chez les adultes…) et approuver (partiellement) l’idée que La Fontaine fait dans ses fables « l’éloge de la Liberté » (relire à l’occasion, pour se dire que les temps changent, Dikidi et la sagesse, antifables de Jacqueline Held, illustré par Yvette Pitaud, Robert Constantin, Gérard Hauducoeur, Claude Lapointe, Jean-Marie Gauthier, Alain Letort, Jean-Jacques Maquaire, Denis Le François, Bernard Girodroux, Tito Topin, Louis Bour, Michel Trichet.-, et publié par Ruy-Vidal Chez Delarge, en 1976).
Enfin, on est curieux de savoir quel est l’heureux éditeur qui bénéficiera de l’opération, quel illustrateur… Car la Littérature « de jeunesse » c’est aussi un secteur éditiorial : alors, éditeur « jeunesse » ou « vieillesse »…?

*************************************************************************

La bibliothèque la nuit: Un tour du monde des bibliothèques en réalité virtuelle avec la BnF.

C’est à un voyage saisissant que convie la Bibliothèque nationale de France (BnF) en proposant jusqu’au 13 août 2017 une visite en réalité virtuelle de dix grandes bibliothèques, réelles ou imaginaires, avec l’exposition La bibliothèque la nuit.
bibliothèques nocturnes

**************************************************************************

Première rencontre de Françoise Nyssen avec les bibliothécaires
Devant les bibliothécaires réunis en congrès à Paris (15-17 juin 2017), la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé plusieurs initiatives pour porter la cause des bibliothèques dans l’espace public. Mais la nouvelle locataire de la Rue de Valois a fait valoir qu’il ne s’agissait pas d’inventer de nouveaux dispositifs mais d’amplifier l’existant.
paroles de congrès

**************************************************************************
Cinq bonnes raisons de (re) lire Pierre Bottero

**************************************************************************

En Belgique, un bus où les enfants découvrent la lecture: initiatives

**************************************************************************
L’Institut International Charles Perrault
organise un concours destiné à distinguer la mise en image d’un texte. :
« Ici dans le désert B, les miroirs sont des portes » (Moebius).
À partir de ce texte, les candidats réaliseront une image ou une séquence animée.

Règlement du prix graphique 2018 Charles Perrault 2018

**************************************************************************
Moscou dévore les livres

Pour la troisième année consécutive, à l’occasion du Festival du livre russe, la place Rouge s’est transformée quatre jours durant, du 3 au 6 juin, en une libraire géante sur la place rouge à ciel ouvert. Un événement devenu incontournable pour les Moscovites mordus de lecture, mais aussi de nombreux éditeurs venus des quatre coins de Russie.
**************************************************************************
Les 40 ans de Gallimard jeunesse
Gallimard-Jeunese-40ans

**************************************************************************
Un prix littéraire pour acquérir l’esprit citoyen

Tous les quinze jours, Libération met en avant des initiatives d’enseignants motivés, comme Ahmed Boufenghour, instituteur en primaire, qui a fait un joli combo en poussant ses élèves à la fois vers la lecture, le débat et le vote.
prix citoyen

**************************************************************************
Présidentielle, etc. 
Pourquoi les livres politiques pour les enfants s’arrachent en librairie
plus ou moins politique

*************************************************************************************

Quelle est la meilleure adaptation de La Belle et la Bête ?
Le conte-type de La Belle et la Bête a inspiré de nombreux artistes. Son origine remonte au IIe siècle après Jésus-Christ, avec une première version que l’on doit à Apulée (Amour et Psyché, extrait des Métamorphoses). Le conteur italien Giovanni Francesco Straparola va le réadapter dans Les Nuits facétieuses – recueil de contes populaires qui comprenait aussi la première version du Chat botté, mais c’est une femme (que l’on pourrait compter au programme du Bac), Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, qui va en écrire sa version moderne, dans le recueil de contes intitulé La Jeune Américaine et les contes marins, en 1740. C’est d’ailleurs elle qui va lui donner le titre de La Belle et la Bête.
la belle et la bête

*************************************************************************************
américanité: Le cri de la liberté
De la nécessité du récit d’aventure dans un monde obsédé de rectitude et de puritanisme; où retrouver alors, dans la littérature jeunesse, l’esprit de la grande aventure américaine ?

*************************************************************************************

Le Centre André François ou la passion des images
C’est au cœur d’un quartier résidentiel de Margny-lès-Compiègne que se trouve le Centre André François, centre régional de ressources sur l’album et l’illustration (CRRAI). Installé dans l’élégante médiathèque Jean Moulin, il occupe une partie des espaces situés au premier étage tout en ayant son propre fonctionnement. Créé en 2010 par la ville avec le soutien du ministère de la Culture, ce lieu s’est donné pour vocation de faire connaître les illustrateurs et de conserver les albums.
centre andré françois

*************************************************************************************

“Nous avons un problème de culture dominante et bien-pensante”
Dans le cadre des Etats généreux de la culture, Sylvie Vassallo, directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, partage ici son expérience auprès de familles pour lesquelles l’accès au livre et à l’écrit est tout sauf une évidence. Pour elle, il est urgent d’ “ouvrir, surprendre, dialoguer et, s’il le faut, réparer”.
bien-pensance

*************************************************************************************

La littérature Young Adult:  retour vers le réalisme?
young adult

*************************************************************************************

Sendak le misanthrope et son secret
maurice sendak

 

*************************************************************************************

Maintenant que le 1er tour est passé, on va tout vous dire : Tintin vote Macron, Astérix vote Dupont-Aignan, Obélix Le Pen et Panoramix Mélenchon… Tout sur le vote (probabilité virtuelle) des héros de BD : a voté

*************************************************************************************

Le numéro 8 des « Cahiers du CRILJ » interroge : La poésie est-elle un sport de combat?    RIMES OU PAS, AVEC OU SANS RAISON(S)
Le CRILJ et la Médiathèque Françoise Sagan vous invitent le samedi 13 mai 2017 – 16 heures 30 à la Médiathèque Françoise Sagan 8, rue Léon Schwartzenberg – 75010 PARIS
avec Daniel Trubert, comédien du groupuscule théâtral rencontre poétique

et pour adhérer au CRILJ : adhésion 2017
*************************************************************************************

Face à la croissance des livres  écrits par des vedettes,  les auteurs se retrouvent au quasi chômage

*************************************************************************************

Les Éditions du Triomphe fêtent leur 25e anniversaire.
Retour sur l’histoire d’une maison d’édition familiale  – spécialisée dans la BD et la littérature jeunesse chrétiennes.       éditions du triomphe

*************************************************************************************

La sélection des ouvrages pour le prix des Incorruptibles 2017 est arrivée !
Sélection Inco 2017
****************************************************************************

La BnF lance Gallicadabra:  Benjamin Rabier (1928),  La Fontaine illustré par Henri Avelot (1932) : une application de la BnF pour les jeunes lecteurs
Faire découvrir la richesse de ses collections aux enfants, c’est ce que propose la Bibliothèque nationale de France en lançant l’application gratuite Gallicadabra. Téléchargeable sur l’App Store, l’application propose une sélection d’ouvrages, qui pour la plupart ne sont plus édités, choisis pour leur importance au sein du patrimoine littéraire pour la jeunesse et la qualité de leurs illustrations.

****************************************************************************

Canope propose des outils pour développer le goût de lire chez les élèves grâce à la littérature jeunesse et le fonds de publications du Munaé, Musée national de l’éducation (Caen)

****************************************************************************

Elitchka : Une maison d’édition  en Alsace, Elitchka – « petit sapin » en bulgare – s’est en effet donnée pour mission de promouvoir les contes bulgares en France

****************************************************************************

L’Unicef France vient de lancer la deuxième édition de ses Prix de littérature jeunesse. Objectif : récompenser des ouvrages portant le mieux les valeurs des droits de l’enfant. Leur spécificité ? Ce sont les enfants qui votent !
****************************************************************************

Un ouvrage d’Hervé Tullet (Oh un livre qui fait des sons!) à l’origine d’une websérie
développée par Bayam, plateforme numérique des éditions Bayard.

****************************************************************************

Mais que font les adultes ?
Un livre sur trois vendu au Québec est un titre jeunesse

****************************************************************************

La Chine limite l’importation de livres pour enfants venant de l’étranger : après James et la grosse pêche, Winnie l’ourson.

Bientôt le tour des P’tites Poules du Français Christian Jolibois, (l’un des trois titres les plus vendus en Chine, d’après les auteurs de cet article, citant Newsweek) ?

****************************************************************************

Les adolescents, jouer pour eux, jouer avec eux. Rencontre professionnelle organisée par le Théâtre de la Tête Noire, le jeudi 6 avril 2017, de 14 heures à 18 heures, dans le cadre de festival des écritures contemporaine Text’Avril qui a lieu cette année du mardi 4 au dimanche 9 avril 2017. les adolescents et le théâtre

Théâtre de la Tête Noire,
144 ancienne route de Chartres,
à Saran (Loiret)

****************************************************************************

Appel de Grenoble : « Fermer des bibliothèques, c’est se faire complice du délitement de la société »

*****************************************************************************

Jean-Hugues Malineau, auteur, éditeur, typographe et enseignant passionné par la poésie contemporaine et la littérature jeunesse, s’est éteint le 9 mars, à l’âge de 72 ans. Il est l’auteur d’une centaine d’ouvrages (contes, romans, poésie) principalement destinés aux enfants, édités chez Gallimard, Albin Michel, Rue du monde ou Casterman. (voir la notice que lui consacre Livres-hebdo)

Sa disparition nous touche d’autant plus que cette semaine lors de rencontres autour du thème de l’écrivain dans la classe, j’avais prévu de  faire l’ouverture – et le ferai d’autant plus mais avec émotion – autour de son beau livre Qui que quand quoi la poésie. Réponse d’un poète.

« Je ne me lasse pas
du bonheur d’écouter
du bonheur de regarder
du bonheur d’aimer
du bonheur de respirer
de la joie d’exister
de la joie du papillon
du bonheur des quatre saisons

Je ne me lasse pas
de rêver
de penser
de m’aventurer
chaque printemps
chaque hiver de ma vie »

(réponse à la question « jusqu’à quand vous continuerez d’écrire? »)

*******************************

L’une des plus petites bibliothèques du monde
dans la cabine téléphonique de Charmont-en-Beauce
initiatives
*******************************

Lancement des Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique Jeunesse 2017 sous l’égide d’ARTCENA

*******************************

Le romancier britannique Philip Pullman a annoncé, mercredi 15 février dans The Guardian, la publication d’une prochaine trilogie fantastique intitulée Le livre de la poussière (The Book of Dust), pour compléter sa saga jeunesse très populaire, publiée entre 1995 et 2000, A la croisée des mondes. Les deux premiers livres sont prêts à la publication, le troisième est quant à lui en préparation. La traduction française n’a pas encore été annoncée.

http://www.livreshebdo.fr/article/philip-pullman-annonce-la-suite-de-sa-saga-la-croisee-des-monde

*********************************

Les inscriptions pour le colloque « des créateurs dans la classe. Faire vivre la littérature de jeunesse » (Lyon, 17-18 mars) sont ouvertes sur le site du colloque

****************************

Un guide sur la sphère  booktube sur le site des lectures de cachou
à la suite de la conférence de Sophie Corradini à Saint-Paul-trois-châteaux; un article sur le même sujet par la même

et une video sur le vocabulaire booktube :

*******************************

Hommage à Bertrand Solet décédé le 4 février 2017
hommage solet,

******************************

La Fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux a accordé le prix Pitchou à l’album de Betty Bone Extra va gant, Editions Courtes et longues, et le prix Sésame à Quelqu’un qu’on aime de Séverine Vidal – Éditions Sarbacane. Voir les autres titres sélectionnés:

https://www.slj26.fr/Prix-et-concours/Prix-Pitchou/

https://www.slj26.fr/Prix-et-concours/Prix-Sesame/

******************************

Oh, boy ! de Marie-Aude Murail, de Champigny à le scène de Broadway… et interdit aux moins de 18 ans en Russie     Oh Boy ! en Amérique

*************************

La nouvelle donne de l‘édition : les booktubers

*******************************

Mark Twain et Harper Lee retirés des écoles  pour insulte raciale en Virginie
James Larue, le président de l’American Library Association, s’est dit conscient du challenge que représente la lecture de ces deux livres aux problématiques complexes dans le cadre scolaire. Mais pour lui, plutôt que de les censurer, il est absolument nécessaire que les écoles les expliquent aux élèves, tout en rappelant le contexte bien particulier dans lequel ils ont été écrits – l’un en 1884, l’autre en 1960. Pour lui, les cacher revient en tout cas à « oublier l’histoire ». Il conclut : « L’Amérique est toujours aussi mal à l’aise quand il s’agit d’aborder son histoire raciale. »

*********************************************

Polémiques autour des Mystères de la vie (l’école des loisirs) : un regard sexiste?

polémique sexisme mystères de la vie

******************************
une enquête faite au salon de Montreuil:

Les livres pour enfants sont-ils forcément sexistes?

Les enfants des accueils de loisirs toulousains décerneront, mercredi 14 décembre à l’Espace Diversités Laïcité, le Prix littérature jeunesse « égalité entre filles et garçons ».

************************************

Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil : les lecteurs et les professionels ont choisi leurs « pépites » ; nouveautés au palmarès, le nombre des BD primées, un livre-audio.

*************************************

La BD jeunesse est-elle un genre littéraire comme les autres ? Réponse via France Info au Salon du livre de Montreuil

*************************************

Info du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis,  32ème édition, du 30 novembre au 5 décembre 2016 à Montreuil :

« Avec des artistes parmi les plus grands venus du monde entier,  le Salon offre une programmation exceptionnelle autour du thème Sens dessus dessous : Jeff Kinney – Le journal d’un dégonflé, Rebecca Donovan, Cathy Cassidy, Julien Neel – Lou, Benjamin Lacombe, Marie Desplechin…
Le Salon est gratuit pour tous du mercredi 30 novembre au vendredi 2 décembre (temps forts des 3 journées gratuites à découvrir sur notre site) et tous les jours pour les moins de 18 ans, les groupes inscrits, les professionnels préalablement accrédités et les demandeurs d’emploi.

Réservez votre visite :
– Les inscriptions pour les groupes sont ouvertes : accédez au formulaire en ligne
– Les professionnels peuvent s’accréditer en ligne individuellement
– Gratuit ou payant, un titre d’accès est nécessaire pour entrer au Salon. Gagnez du temps, prenez-le dès maintenant via la billetterie en ligne.

Pour toute question n’hésitez pas à nous contacter à info.rp@slpj.fr  »

…………………………………………………………………………………….
Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis
30 nov- 5 déc
Espace Paris-Est Montreuil – 128, rue de Paris à Montreuil
Métro Robespierre (ligne 9)

*********************************

Au salon de Montreuil, exposition La règle et le jeu: Laboratoire sensoriel de lecture

‘ »Auteurs précurseurs, Warja Lavater et Bruno Munari ont chacun, à leur manière, travaillé et repensé le livre en tant qu’objet. L’occasion de célébrer leur œuvre, en (re)découvrant Le Petit Chaperon Rouge revu et corrigé par les innovations graphiques de Warja Lavater (1913-2007, Suisse), comme de se (re)plonger dans Les Prélivres confectionnés par Bruno Munari (1907-1998, Italie). Des livres dont s’est d’ailleurs inspiré le français Paul Cox pour réaliser Cependant…(le livre le plus court du monde).En vis-à-vis du bistouri littéraire, 3 autres contemporains : Marion Bataille dont la typographie prend de la place avec un ABC3D sous forme de pop-ups, Le Ruban pensé par Adrien Parlange dont un ruban jaune, sert de fil rouge aux illustrations et Matthias Picard dont le Jim Curious se lit avec des lunettes 3D. »

Une exposition qui s’inscrit dans le cadre du projet européen Transbook.

******************

Le Dr Seuss réédité chez Le nouvel Attila

« Littératures étranges et étrangères… Le nouvel Attila cultive les genres inclassables et les mauvaises herbes littéraires, en proposant traductions, rééditions de trésors oubliés, et quelques auteurs français choisis.

A raison de 6 à 8 livres par an, fruit de la rencontre et du travail entre un auteur (ou son traducteur), un dessinateur et un graphiste, nous tentons de tisser des passerelles entre les textes, et de donner un sens au mot « catalogue ». » (site de l’éditeur)

voir par exemple Le chat chapeauté

*************************

Antoine Gallimard : « En littérature enfantine, il y a un avant et un après JK Rowling »: commentaire sur son nouveau livre… et les anciens.

*************************

Pour sa première édition, le prix Unicef de littérature jeunesse a distingué Petit Doux n’a pas peur de Marie Wabbes, L’expulsion de Murielle Szac et J’ai osé dire non de Roland Godel. L’organisme récompense les ouvrages qui traitent de la question de la protection et du bien-être des enfants.

***************************

africultureLe site Africultures présente la livraison d’Afriscope de septembre 2016 intitulée « Littérature jeunesse recherche de nouveaux héros« , propose une réflexion sur l’absence de personnages de couleur dans ce domaine et sur la prégnance des stéréotype. Une initiative à saluer et à suivre!

 

 

 

**********************************************************

5e édition du Prix Gulli du Roman

Cinq livres pour les 8-14 ans, tous édités en 2016 et de langue française ont été sélectionnés pour le prix Gulli, parrainé cette année par Marie Desplechin. Lauréat de l’an dernier,  Dans les yeux d’Anouch de Roland Godel.

Agatha par Françoise Dargent (Hachette romans)

Le complexe du papillon par Annelise Heurtier (Casterman)

L’Éveil par Jean-Baptiste de Panafieu (Gulf Stream éditeur)

Le goût sucré de la peur par Alexandre Chardin (Magnard Jeunesse)

Théo, chasseur de baignoires en Laponie par Pascal Prévot (Rouergue)

************************

Le jury des Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique Jeunesse s’est réuni le 12 septembre à ARTCENA, Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre. Il a sélectionné huit textes.

**************************

Quelques albums jeunesse de la rentrée…

**************************

Roald Dahl dans la presse

**************************

Programme du groupe Pralije (Espé Académie de Lyon, Université Lyon 1) pour 2016-2017 (modifié le 14/9/2016)
pralije-2016-17_web_14sept

**************************

Débat sur les ondes : « Pour marcher, la littérature jeunesse doit-elle être gnangnan ? » (et non « la littérature jeunesse est-elle gnangnan ? », ce qui est une tout autre question… comme le titre abrégé peut le faire croire), avecTimothée de Fombelle, Agnès Rochefort-Turquin (Directrice Editoriale de Bayard), Sophie Van der Linden, Marie-Aude Murai, Jean Léturgie (scénariste de bande dessinée).

**************************

Un livre par la poste,  ou l’art de stimuler la lecture chez les enfants
par la poste

**************************

Exposition: Père Castor, raconte-nous ton histoire
Le Musée de l’illustration jeunesse propose, du mercredi 13 juillet 2016 au mercredi 4 janvier 2017, une exposition consacrée au Père Castor.
le père castor à moulins

**************************

Le 32e Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, qui se déroulera à Montreuil du 30 novembre au 5 décembre 2017, mettra l’accent sur les « nouvelles formes créatives de la littérature jeunesse« , avec le titre de « Sens dessus dessous »

**************************

La librairie L’Herbe rouge dans la presse

**************************

imaginales 2016

Lauréat du prix des imaginales : Catherynne M. Valente pour La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains (Balivernes) .

Pris des lycéens :  Le Septième Guerrier-Mage de Paul Béorn (Bragelonne).

Victor Dixen,  prix des collégiens avec son roman paru dans la collection R, Phobos

Jean-François Chabas, prix des écoliers pour Le lutin du cabinet noir (École des loisirs).

**************************

Pomme d’Api a 50 ans !
Et elle toujours aussi fraiche …

Bel anniversaire à ce beau journal qui a donné le goût de lire à plusieurs centaines de milliers d’enfants.

pomme d’api

****************************************

La fabuleuse histoire d’étudiants en master devenus éditeurs

À l’occasion du salon Livre Paris, Laura, Clémentine, Domitille et Aldric,  tous étudiants en master 2 édition, sont fiers de présenter leur “bébé” :   un livre jeunesse qu’ils ont conçu de A à Z en quelques mois.   Récit de leurs premiers émois éditoriaux.

des étudiants éditeurs

**************************************

Après le prix Sorcières… (voir ci dessous), ce sont les prestigieux prix  Hans Christian Andersen et ALMA (Astrid Lindgren Memorial Award) qui ont été decérnés :

– Prix de l’ALMA à l’auteure américaine, Meg Rosoff.

Voir plus

 

*****************************************

vite : la 17e édition de la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne, 1er-3 avril 2016

Invitée d’honneur : Claire Cantais

visuel_defaut_1597_fdl

 

 

 

 

************************************************************

Prix « sorcières » 2016 : les librairies spécialisées jeunesse du réseau « Sorcières » ont voté et choisi leurs albums, documents et romans de l’année; certains ont été chroniqués sur li&je.

Roman Ado (dès 12 ans)

LES PETITES REINES par Clémentine Beauvais, Sarbacane,
roman choisi par le magazine LIRE pour le meilleur roman jeunesse 2015

Roman Junior (dès 10 ans)

LE MYSTERE LUCY LOST, par Michael Morpurgo traduit de l’anglais par Diane Ménard, Gallimard jeunesse. 

Album (dès 4 ans)

YASUKE, par Frédéric Marais, Les Fourmis rouges

Album tout petits (dès 2 ans)

POMME, POMME, POMME par Catherine Dreyfuss, Thierry Magnier

Documentaires (dès 8 ans)

CITE BABEL par Pascale Hédelin, Gaëlle Duhazé, éditions des Éléphants

Premières lectures (dès 6 ans)

L’ARBRAGAN, par Jacques Goldstyn, éditions La Pastèque

********************************************

Hommage à gerda muller

**********************************************

heidi : du livre au film

**********************************************

Les Éditions Thierry Magnier et les Éditions du Rouergue font part de la disparition de Claire Franek, auteure et illustratrice, à l’âge de 49 ans.  Son album Tous à poil, créé avec son compagnon Marc Daniau, avait été au centre d’une polémique en 2014.
Son dernier livre, Grand Spectacle, sera publié aux Éditions du Rouergue en septembre 2016.
Bibliographie Claire Franek                     communique Claire Franek

***********************************************

Littérature de jeunesse et enseignement de la littérature : Les compagnons de la Croix-­‐Rousse : qu’est-­‐ce qu’une série culte ?
Université Lyon 1, Espe, 14 & 15 juin 2016


En savoir plus : BONZON-COLLOQUE

voir le PLANNIcompagnons2NG_bonzonv2compagnons 3

***********************************************

 le site internet lausannois www.voielivres.ch est désormais en ligne!
voie livres
Vous y découvrirez régulièrement des chroniques sur la littérature de jeunesse, son enseignement, l’état de la recherche et les événements culturels, régionaux ou non.

Le site est né d’une envie d’échanger sur la littérature de jeunesse, d’élargir ces échanges au plan intercantonal et international, ainsi que de collaborer avec différentes Institutions et acteurs du monde du livre (Haute Ecole Pédagogique Vaud, Université de Genève, Haute Ecole Pédagogique Valais, Institut suisse Jeunesse et Médias, Editions Pure Crème, d’autres encore, prochainement?).

Sonya Florey, Carole-Anne Deschoux, Vanessa Depallens

—————————————————————-

Les nommés du prix Hans Christian Andersen sont…

Ibby            Les  finalistes du prix international Hans Christian Andersen viennent d’être nommés. Ce prix international, remis chaque année à un auteur et à un illustrateur, est un peu le Nobel de littérature jeunesse qui ne porterait pas ce nom.

Il ne reste plus que cinq auteurs et cinq illustrateurs sur cinquante-sept au départ (parmi eux, Timothée de Fombelle (auteur) et François Place (illustrateur).

Les deux gagnants seront donc annoncés pendant la conférence de presse de L’International Boards on Books for Young people qui aura lieu le 4 avril 2016 pendant la foire internationale de livre pour la jeunesse de Bologne. Les médailles et les diplômes seront remis lors du 35e congrès de l’IBBY à Auckland en Nouvelles Zélande, le 20 août prochain.

Voici les nommés :

Auteurs : 
Chine : Cao Wenxuan* (Bronze et Tournesol – Ed. Philippe Picquier) 
Danemark : Louis Jensen 
Allemagne : Mirjam Pressler* (La promesse d’Hanna – Milan jeunesse)
Pays-Bas : Ted van Lieshout* (Frère – La joie de lire) 
États-Unis : Lois Lowry* (Le passeur – École des loisirs)

Illustrateurs :  
Allemagne : Rotraut Susanne Berner* (Tommy – La joie de lire) 
Iran : Pejman Rahimizadeh 
Italie : Aleesandro Sanna 
Corée : Suzy Lee* (Ouvre ce petit livre – Kaléidoscope) 
Pays-Bas : Marit Tornqvist*(Pikkuhenki, la petite sorcière – Pastel)

*Auteurs et illustrateurs édités en France.

Suivre @LesHistoiresSan

***********************************************

La BD en fête à Angoulême
mais ses auteurs craignent l’avenir

Le Festival international de la bande dessinée (FIBD) s’est ouvert jeudi dans une joyeuse cohue à Angoulême, mais pour les auteurs de BD la fête à un goût amer, en raison de la précarité accrue de leur statut.    

retour à angoulème

***********************************************

La bilbliothèque comme « troisième lieu », cet espace du quoti­dien qui vient après la maison et le travail, et qui, longtemps, fut le bistrot ou l’église. Enoncé par le sociologue américain Ray Oldenburg dans les années 1980, répandu depuis de nombreuses années dans le monde anglo-saxon ainsi qu’en Europe du Nord (Finlande, Pays-Bas ou Danemark), il a fini par gagner la France, voilà une petite décennie. Il triomphe même aujourd’hui comme jamais. » La médiathèque est le seul lieu culturel public et gratuit, qui assure une mixité intergénérationnelle et sociale, explique Anne Verneuil, la présidente de l’Association des bibliothécaires de France (ABF). A ce titre, elle devient un lieu majeur pour le vivre-ensemble. En cette période de fortes tensions sociales, les élus le savent bien, qui misent sur elle pour fabriquer du lien. »

troisième lieu

Un salon à Auchan (Noyelles-Godault): une dizaine d’auteurs jeunesse
à la rencontre de leur public. Lecture et dyslexie, pas incompatible !

auchan

***********************************************

Pas question d’en faire un événement simplement commercial.Exposition: « eux six », six talents de la grande région Auvergne/Rhône-Alpes,                           
du samedi 30 janvier au dimanche 26 juin 2016, à Moulins, Musée de l’illustration jeunesse     
exposition collective :
Eric Battut, Fabienne Cinquin, Cécile Gambini, Laura Guéry, Delphine Perret et Julie Wendling,
eux six

***********************************************

Dossier Morris
morris

***********************************************

Appel à textes jeune public pour la  journée du 1er Juin 2016 des écritures théâtrales jeunesse (Scène(s) d’Enfance/Assitej Franc dans le cadre de La Belle Saison)

Cette journée a pour but de faire entendre aux « petites oreilles » des textes d’auteurs contemporains et de permettre aux auteurs d’échanger avec les enfants, les enseignants et les parents.

Le comité de lecture jeune public des eat sélectionnera deux textes.  L’appel a textes est ouvert à tous, adhérents comme non adhérents de l’association.

appel à textes jeune public

La littérature de jeunesse à la une : « avec  Mylène Farmer, Onfray rate son conte philosophique pour enfants » (Libération)

Que vaut L’Étoile polaire ?

Astérix est-il raciste?
Dans Le papyrus de César, dernier album d’Astérix, les Noirs ont la lèvre charnue et l’accent prononcé. Tradition pour les uns, racisme ordinaire pour les autres, la caricature continue à faire débat.

astérix raciste ?

***********************************************

Le Syndicat national de l’édition et tous les éditeurs debout face à la barbarie
Le Syndicat national de l’édition, et avec lui le monde de l’édition, pleurent les victimes des odieux attentats qui ont endeuillé Paris et la France entière vendredi 13 novembre 2015.

***********************************************

Exposition: Dans les coulisses de l’album : 50 ans d’illustration pour la jeunesse (1965-2015)
Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg 75010 PARIS
du jeudi 12 novembre 2015 au dimanche 31 janvier 2016
coulisses à sagan

***********************************************

31e Salon du livre pour enfants et adolescents de Beaugency
JOURNEE DE FORMATION:
  l’objet
mercredi 9 mars 2016, au Puits Manu – Beaugency (Loiret)
La journée sera animée pour Val de Lire, par Elisabeth Roux, pour le CRILJ, par André Delobel

formation à beaugency

Montreuil 2015

Les ouvrages en compétition pour les Pépites du Salon 2015 !

Après une année de lecture, les comités de lecture du Salon ont retenu 54 œuvres, en lice pour les Pépites 2015. Les lauréats seront désignés le 24 novembre 2015 par un jury composé des parrains des Pépites, l’écrivain Anne-Laure Bondoux et l’illustrateur Olivier Tallec, de journalistes, bibliothécaires et libraires

Voir la sélection

***********************************************

Hommage à Robert Bigot

robert bigot, auteur de romans pour adolescents, co-fondateur et acteur de la Charte des Auteurs

***********************************************

Bologne, la foire est de retour

https://www.actualitte.com/salons/la-litterature-jeunesse-a-bologne-veritable-bouffee-d-oxygene-56143.htm

***********************************************

Appel de l’ATEJ

imageatej

20 AVRIL 2015 – RÉUNION PROFESSIONNELLE ATEJ

Ouverte à toutes et à tous, adhérent(e)s comme non-adhérent(e)s

La dégradation préoccupante des conditions de la création et de la diffusion en direction des jeunes publics ne cesse de s’accentuer. Elle appelle la mobilisation de tous les intervenants directement concernés. Des lieux, des équipes artistiques, des festivals en grand nombre (plus de 100 supprimés cette année selon la presse) font l’objet d’attaques sans précédent de la part de certaines collectivités locales. Les solutions en trompe l’œil (voir lettre d’information ATEJ de mars 2015 sur le www.atej.net) ne sont plus acceptables. La question d’une effective politique théâtrale de service public en direction des jeunes spectateurs est plus que jamais posée. Il est urgent de relancer et d’orienter prioritairement le débat en faveur de la création théâtrale et des compagnies. Pour cela la parole des artistes sera décisive. L’ATEJ souhaite plus que jamais les rassembler et leur permettre de s’exprimer librement. Elle les invite à venir en grand nombre nourrir sa réflexion et ses propositions en participant à la réunion d’échanges professionnels qu’elle propose :

Lundi 20 avril 2015 de 14h à 17heuresLigue de l’Enseignement

3 rue Récamier 75007 PARIS (Métro Sèvres Babylone ou Saint Sulpice)

RAPPEL : Cette réunion sera précédée le matin de 10h à 13h, même jour même lieu, par l’Assemblée Générale Ordinaire des adhérent(e)s de l’ATEJ (informations et convocations statutaires adressées individuellement par courrier postal).

Le CA de l’ATEJ, Mars 2015

contact@atej.net                                                                                                     www.atej.net

 

Parution  le 18 mars prochain de Quand je dessine, je peux dépasser,

En réaction aux  assassinats du 7 janvier dernier dans les locaux du journal Charlie Hebdo, les éditions Actes Sud Junior, Hélium, Le Rouergue et Thierry Magnier ont donné une cinquantaine de mots à cinquante illustrateurs jeunesse en leur offrant la liberté de les illustrer comme ils le souhaitent. Les bénéfices des ventes seront reversés à l’association Presse et Pluralisme

En savoir plus : http://jeunesse.actualitte.com/t/UZeoMCN 

Jeff Kinney au kid parade : autour du Journal d’un dégonflé, un interview dans Libération, pour la sortie du tome 8 de sa série, le 8 janvier. gonflé

Décès de jacques kamb ( créateur de Dicentim ) et de Talus Taylor, l’un des créateurs des barbapapa

Ca chauffe pou les 3 petits cochons !

Grande-Bretagne: Tollé après les recommandations de bannir cochons  et saucisses des livres pour enfants

La recommandation des Presses universitaires d’Oxford de bannir cochons et saucisses des livres pour enfants, afin de ne pas froisser la communauté juive ou musulmane, a provoqué l’indignation de plusieurs députés jeudi au Royaume-Uni.  L’existence de ces recommandations a été révélée lors d’un débat à la radio BBC 4 sur la liberté d’expression, suite à l’attaque contre Charlie Hebdo la semaine dernière à Paris.

Le présentateur Jim Naughtie, dont la femme doit produire une série éducative pour Oxford University Press (OUP), a dit que « parmi les choses prohibées dans le texte commandé par OUP on trouve des cochons, des saucisses et tout ce qui pourrait être assimilé au porc ».Contacté par l’AFP, Oxford University Press assure ne « pas interdire complètement les cochons ou le porc dans ses livres » et qu’il n’y a pas eu de changements récents dans ses recommandations. Mais, a ajouté une porte-parole, « nos produits sont vendus dans près de 200 pays » et « à cet égard nous encourageons certains de nos auteurs de matériel pédagogique à prendre en compte les différences et sensibilités culturelles ».
L’initiative a suscité des réactions outrées en Grande-Bretagne, pays de la célèbre série télévisée animée pour enfants « Peppa Pig ».
« C’est du grand n’importe quoi. Pousser les choses trop loin jette le discrédit sur tout le débat », a déclaré le député travailliste et musulman Khalid Mahmood au quotidien Daily Mail. « Il faut arrêter avec ce politiquement correct absurde », a estimé le conservateur Philip Davies.
Un porte-parole du Jewish Leadership Council, le Conseil représentatif des institutions juives de Grande-Bretagne, a fait savoir que la religion juive interdisait de consommer du porc « mais pas d’en mentionner le nom ou de représenter l’animal ».

( AFP – jeudi 15 janvier 2015 )

http://www.afp.com

vendredi 27 mars 2015 : Les tout-petits ont aussi des histoires d’humour

Dans le cadre du cycle « Drôles d’albums et premières lectures »

 Rencontre nationale de l’Agence Quand les livres relient, 9 heure 30 – 13 heures, à la bibliothèque l’Heure Joyeuse, 6/12 rue des Prêtres Saint Séverin, Paris

voir : humour des petits

——————————-

Un nouvel éditeur,  l’ « éditeur-social »

Association de loi 1901 sans but lucratif,   Lire c’est partir publie des livres de poche au prix de 80 cts pour les enfants !  Sans aucune subvention, ce sont chaque année plus de 2 millions de livres qui sont vendus.  Cette initiative de Vincent Safrat a de quoi satisfaire une demande  grandissante dans les milieux ruraux et dans les banlieues.

en savoir plus : lire c’est partir

**************************************************

Belle interview de Thimothée de Fombelle :

Je suis impressionné que, dans la grandeur de l’offre de l’Entertainment, le livre reste encore pour eux une expérience unique et je vis avec eux ce moment de la découverte. […] Ma grande découverte dans ce métier reste l’échange avec les lecteurs.

interviewperle_timothée de fombelle

Polémique sur Slate.fr : Winnie l’Ourson hermaphrodite, Bob l’éponge, « propagandiste homosexuel », Shrek et la transexualité… Les polémiques absurdes entourant des personnages pour enfants sont affligeantes

polémiques

****************************************************

Prix Sorcières 2015

Album tout-petits
Le Petit Curieuxpar Edouard Manceau
Milan, 24 p., 16,50 €

Catégorie Album (5-7 ans)
Le chien que Nino n’avait pas
,
par Edward van de Vedel, ill. Anton Van Hertbrugen,
traduit du néerlandais par Martie Hooghe
.
Didier jeunesse,  40 p., 16 €

Premières lectures  (7-9 ans)
Le meilleur
9782364745056livre pour apprendre à dessiner une vache,
par Hélène Rice et Ronan Badel
Thierry Magnier, 32 p., 10,90 €

 

Roman junior (10-12 ans)
Le ciel nous appartient par Katherine Rundell,
traduit de l’anglais par Emmanuelle Ghez
Les Grandes Personnes, 288 p., 16,50 €

Romans ados (12-15 ans)
Le passage du diable,
par Anne Fine, traduit de l’anglais par  Dominique Kluger
l’école des loisirs , 308 p. 17,50 €

Documentaires
Nous, notre Histoire,
par Christophe Ylla-Sommers, ill. Yvan Pommaux
L’école des loisirs, 93 p. 19,80 €

**********************************************************************************

Actu… éternel retour, éternelles questions

charlieLa question de la censure, la littérature pour la jeunesse connaît. Et ceux qui savent ou ont un peu de mémoire ne peuvent que se réjouir que n’aient pas été invités à défiler sous leur bannière ceux qui ont censuré, dans les médiathèques des villes tenues par le Front national, les ouvrages parlant d’amitié entre les peuples, de multiculturalisme, ou tout simplement issus de cultures non européennes. Mais cette violence, cette « barbarie » (ce mot n’est-il pas trop simple?), ce pouvoir destructeur de la bêtise, somme toute, sont nouveaux.

Alors, … oui, nous sommes Charlie.

Explication : nous sommes Charlie parce que nous avons ressenti comme une grande souffrance et un deuil la perte de ces dessinateurs et journalistes. Nous sommes Charlie parce que la mort d’êtres qui avaient une vie, des liens, un avenir, pour faire court des êtres vivants, qu’ils soient juifs, policiers ou simples présents au mauvais moment nous révulse. Nous sommes Charlie parce que nous pensons que la volonté de détruire ce journal porte atteinte à notre mode de vie et notre conception de la société. Dans cette page, nous transmettons une partie des envois du CRILJ (une partie seulement, question d’approbation pour une part, d’intérêt de nos lecteurs pour l’autre). Et nous proposerons en page bibliographie quelques ouvrages pour lutter contre l’obscurantisme et la bêtise mortifère.

————————————————————————-

Actu Charlie: sélection d’envois du CRILJ

Papa, c’est quoi le terrorisme ?

Carl Norac expliquait en 2005 comment il avait choisi de parler du terrorisme
aux enfants dans son album Le géant de la grande tour, publié chez Sarbacane.

« Un jour, Ingrid Godon m’a montré quelques images qu’elle avait dessinée           librement, sans y associer un texte. J’ai été frappé par l’une d’elles qui représentait             un géant en haut d’une tour. J’ai gardé la copie de cette image plusieurs mois. Je la trouvais belle et j’y associais dans mon esprit l’évocation du 11 septembre 2001.              C’était alors une idée en l’air, pas encore une histoire.

Plus tard, ma fille qui est en maternelle, est revenue de l’école en demandant : « Papa, c’est quoi, le terrorisme? » J’ai été surpris par cette question posée par un enfant si jeune. Nous étions dans l’actualité de l’Irak, mais aussi des attentats de Madrid et des enfants avaient peur des images à la télévision. Ils ont questionné la maîtresse sur ce sujet.

Je me suis rendu compte que ce thème pouvait interroger des enfants très jeunes et qu’il n’existait quasiment pas de livres autour de cette thématique pour leur âge. J’ai repensé au dessin d’Ingrid et l’histoire s’est alors imposée à moi.

Comme le projet était de s’adresser aux jeunes enfants, j’ai choisi de traiter cette actualité persistante par le biais de la fable, de la métaphore. La terreur devient, dans l’album, une grosse pierre qui tombe sans prévenir, mais pas n’importe où.

Malgré cette distance, le réel de ce que vivent nombre de pays aujourd’hui est  présent : cette violence est aveugle et destructrice, on n’en comprend pas souvent la motivation, la peur s’installe, l’avenir est imprévisible, etc. Tous ces éléments sont dans le récit. Si la présence d’un géant contribue à emmener le lecteur dans le domaine du conte, ce Thyl incarne néanmoins l’humanité, celle qui a peur, qui fuit, mais aussi celle qui résiste.

Je n’ai pas voulu d’un texte désespérant, et la fin affirme ce désir profond que le terrorisme soit vaincu, devienne moins fort que la volonté de vivre des hommes. »

propos recueillis par Luc Battieuw
(Citrouille,2005)
http://librairies-sorcieres.blogspot.fr

Discours de Vincent Monadé au personnel du Centre national du livre en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo

Nous avons collectivement failli. Par paresse, par peur, par fatalisme, par la faute  d’un quotidien qui nous mange, par égoïsme aussi, nous avons oublié de rappeler ce que nous sommes, ce que nous sommes tous, musulmans, juifs, chrétiens, bouddhistes tibétains ou bouddhistes zen, athées militants ou agnostiques tranquilles, c’est-à-dire des Républicains laïcs, citoyens de ce pays que nous chérissons, héritiers d’une liberté dont nous avons pris tellement l’habitude que nous avons perdu celle de la défendre et de la protéger, de la chérir et de combattre pour elle.

Eux, ceux qui sont morts hier et ceux qui sont blessés, n’avaient pas baissé les            bras. Ils défendaient, pour nous, notre liberté, notre insolence, notre droit à rire de tout, même si pas avec n’importe qui, nos valeurs et notre République. Qu’ils soient anars athées et rigolards ou religieux pratiquants, de gauche ou de droite, ne change rien à l’affaire : les femmes et les hommes morts hier, ceux qui sont blessés, étaient et sont la République.

Trop longtemps, nous les avons laissés se battre pour nous. Nous les avons laissés être l’avant-garde, les éclaireurs, la première ligne. Parfois même nous nous permettions

…/…
de trouver que vraiment, décidément, ils allaient trop loin. Ils en sont morts. Ils sont morts pour nous tous.

Il n’y a plus personne à l’avant, aujourd’hui. Il n’y a plus que nous. Le drapeau qu’ils ont laissé est bleu, blanc et rouge. C’est à nous de le ramasser et de le brandir. D’arrêter d’espérer que quelqu’un d’autre, un dessinateur, un policier, un agent d’entretien, une psychanalyste, un économiste, un correcteur… le fera pour nous. Nous sommes la première ligne.

C’est à nous de dire que nos concitoyens musulmans sont nos frères, qu’ils soient français ou étrangers vivant chez nous, comme le sont les femmes et les hommes de toute croyance. Que la République est une et indivisible. Qu’elle est laïque, terre de la liberté et des droits des hommes.

Au Cnl, nous avons une responsabilité particulière. Nous devons garantir la liberté des créateurs, la liberté de dessiner des livres pour enfants où il y a des gens à poil, la liberté de traduire et publier Les Versets Sataniques, la liberté d’écrire Soumission ou de publier Malek Chebel, la liberté totale, indiscutable et inviolable du créateur ou du penseur, la liberté de mettre dans sa vitrine les livres de Taslima Nasreen ou de Roberto Saviano, la liberté de proposer tous les livres dans les bibliothèques.

C’est notre devoir. Et si parfois nous doutons, alors souvenons-nous de ceux qui,          le 7 janvier 2015, à Charlie Hebdo, sont morts assassinés pour que nous puissions vivre libres.

Ils s’appelaient :

– Frédéric Boisseau, agent d’entretien,
– Franck Brinsolaro, policier,
– Jean Cabut, dit Cabu, dessinateur,
– Elsa Cayat, psychanalyste,
– Stéphane Charbonnier, dit Charb, dessinateur, directeur de publication,
– Philippe Honoré, dessinateur,
– Bernard Maris, dit Oncle Bernard, économiste, journaliste,
– Ahmed Merabet, policier,
– Mustapha Ourrad, correcteur,
– Michel Renaud, organisateur de manifestation littéraire,
– Bernard Verlhac, dit Tignous, dessinateur,
– Georges Wolinski, dessinateur.
(jeudi 8 janvier 2015)
http://www.centrenationaldulivre.fr

Communiqué de Lire et faire lire

“Lire et faire lire” en ces jours de deuil national exprime sa plus vive émotion  et sa plus profonde indignation, suite à l’attentat perpétré mercredi 7 janvier 2015 au siège de Charlie Hebdo et fait part de ses condoléances aux familles des victimes.

La liberté d’expression et de pensée a été attaquée, liberté à laquelle “Lire et faire lire” est inaliénablement attaché.

Chaque jour, par la lecture de milliers de livres à des milliers d’enfants, nous réaffirmons la nécessité indispensable de construire un monde riche d’imaginaire et de fraternité.

C’est par cette mobilisation toujours plus forte des citoyens que collectivement nous ferons vivre les idéaux de notre République et rendrons ainsi hommage aux victimes de cet odieux attentat.

Assassiné mercredi 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo, l’économiste et journaliste Bernard Maris saluait ainsi dans sa chronique du 29 avril 2010 sur France Inter l’action des 15000 bénévoles de Lire et faire lire : « J’ai assisté il y a peu à une démonstration de l’association Lire et faire lire, créée par Alexandre Jardin, dont  l’activité consiste à faire lire par des personnes de plus de cinquante ans des textes (en l’occurrence il s’agissait de l’écrivain Maurice Genevoix) à des enfants. Le succès de cette association est extraordinaire ; les enfants, même les plus défavorisés sont captivés, captivés par la lecture. Tous ces bénévoles créent une immense richesse. D’abord pour eux-mêmes, qui sont heureux, moins coûteux pour la Sécu ; ensuite pour les enfants qui deviennent des amateurs de lecture ; pour la société, qui est apaisée, enfin pour notre patrimoine d’auteurs, de textes, de contes, qui reste vivant. » (vendredi 9 janvier 2018)
http://www.lireetfairelire.org

Spirou publie un hors-série « de combat »

Après l’hommage de la rue, celui du monde de la bande dessinée. Les Editions Dupuis ont annoncé lundi la sortie en fin de semaine d’un numéro hors-série de Spirou. Sur la couverture, une peinture signée Yoann, l’auteur actuel de Spirou  & Fantasio, avec le célèbre groom dévoilant sous son costume rouge le logo « Je suis Charlie ».

« C’est très symbolique, explique Yoann, joint par Europe 1. On y retrouve Superman, le mal contre le bien, l’air déterminé de Spirou à se tenir face à cette oppression. Je suis un lecteur occasionnel de Charlie Hebdo. L’affaire des caricatures m’inquiétait. Je ne pensais pas que ça pourrait déclencher chez certains fous furieux cette envie de vider leur sac sur ces dessinateurs ».

Dans un communiqué publié sur Facebook, la rédaction de Spirou explique que le journal, pourtant pas politique, défend depuis toujours « la liberté, la solidarité, la tolérance, l’amitié, l’intelligence et l’humour ».

À l’instar des 4 millions de Français qui ont battu le pavé dimanche, le journal met un mot en avant : liberté. « Sans liberté de la presse, pas de démocratie. Sans liberté de création, pas d’édition. Sans liberté, pas d’humanité. » Et de rappeler la devise du journal depuis 1938 : « Spirou ami, partout, toujours ».

Un numéro réalisé en urgence. « Ce numéro, explique le rédacteur en chef Frédéric Niffle, joint par Europe 1, a été décidé dès mercredi. Il a été bouclé dans la nuit de dimanche à lundi ». Résultat : 52 pages, sous forme d’une édition spéciale. La deuxième, dans l’histoire de Spirou, à réagir à l’actualité, après un numéro historique en 2011 pour « Sauver la Belgique » en pleine crise politique.

150 dessinateurs pour un « numéro de combat ». « Cette nouvelle m’a tellement brisé, raconte Frédéric Niffle, qui avait rencontré tous les dessinateurs assassinés à Paris. Mais quand vous recevez un choc, soit vous pleurez dans votre coin, soit vous vous mobilisez ».

Ainsi, 150 dessinateurs ont répondu à son appel pour rendre hommage à l’esprit Charlie, avec notamment un reportage BD dans les locaux de Libération ou des paroles de caricaturistes algériens. Un numéro de combat, pas un numéro de condoléances, indique le journal.
par Mickaël Frison
( Europe 1 – lundi 12 janvier 2015 )
http://www.europe1.fr                                                                

JMG Le Clézio
Lettre à ma fille au lendemain du 11 janvier 2015
Tu as choisi de participer à la grande manifestation contre les attentats terroristes.   Je suis heureux pour toi que tu aies pu être présente dans les rangs de tous ceux qui marchaient contre le crime et contre la violence aveugle des fanatiques. J’aurais aimé être avec toi, mais j’étais loin, et pour tout dire je me sens un peu vieux pour participer  à un mouvement où il y a tant de monde. Tu es revenue enthousiasmée par la sincérité et la détermination des manifestants, beaucoup de jeunes et des moins jeunes, certains familiers de Charlie Hebdo, d’autres qui ne le connaissaient que par ouï-dire, tous indignés par la lâcheté des attentats. Tu as été touchée par la présence très digne, en tête de cortège, des familles des victimes. Emue d’apercevoir en passant un petit enfant d’origine africaine qui regardait du haut d’un balcon dont la rambarde était plus haute que lui. Je crois en effet que cela a été un moment fort dans l’histoire du peuple français tout entier, que certains intellectuels désabusés voudraient croire frileux et pessimiste, condamné à la soumission et à l’apathie. Je pense que cette journée aura fait reculer le spectre de la discorde qui menace notre société plurielle. Il fallait du courage pour marcher désarmés dans les rues de Paris et d’ailleurs, car si parfaite soit l’organisation des forces de police, le risque d’un attentat était bien réel. Tes parents ont tremblé pour toi, mais c’est toi qui avais raison de braver le danger. Et puis il y a toujours quelque chose de miraculeux dans un tel moment, qui réunit tant de gens divers, venus de tous les coins du monde, peut-être justement dans le regard de cet enfant que tu as vu à son balcon, pas plus haut que la rambarde, et qui s’en souviendra toute sa vie.

Cela s’est passé, tu en as été témoin.

Maintenant il importe de ne pas oublier. Il importe – et cela revient aux gens de ta génération, car la nôtre n’a pas su, ou n’a pas pu, empêcher les crimes racistes et les dérives sectaires – d’agir pour que le monde dans lequel tu vas continuer à vivre soit meilleur que le nôtre. C’est une entreprise très difficile, presque insurmontable. C’est une entreprise de partage et d’échange. J’entends dire qu’il s’agit d’une guerre. Sans doute, l’esprit du mal est présent partout, et il suffit d’un peu de vent pour qu’il se propage et consume tout autour de lui. Mais c’est une autre guerre dont il sera question, tu le comprends : une guerre contre l’injustice, contre l’abandon de certains jeunes, contre l’oubli tactique dans lequel on tient une partie de la population (en France, mais aussi dans le monde), en ne partageant pas avec elle les bienfaits de la culture et les chances de la réussite sociale. Trois assassins, nés et grandis en France, ont horrifié le monde par la barbarie de leur crime. Mais ils ne sont pas des barbares. Ils sont tels qu’on peut en croiser tous les jours, à chaque instant, au lycée, dans le métro, dans la vie quotidienne. A un certain point de leur vie, ils ont basculé dans la délinquance, parce qu’ils ont eu de mauvaises fréquentations, parce qu’ils ont été mis en échec à l’école, parce que la vie autour d’eux ne leur offrait rien qu’un monde fermé où ils n’avaient pas leur place, croyaient-ils. A un certain point, ils n’ont plus été maîtres de leur destin. Le premier souffle de vengeance qui passe les a embrasés, et ils ont pris pour de la religion ce qui n’était que de l’aliénation. C’est cette descente aux enfers qu’il faut arrêter, sinon cette marche collective ne sera qu’un moment, ne changera rien. Rien ne se fera sans la participation de tous. Il faut briser les ghettos, ouvrir les portes, donner à chaque habitant de ce pays sa chance, entendre sa voix, apprendre de lui autant qu’il apprend des autres. Il faut cesser de laisser se construire une étrangeté à l’intérieur de la nation. Il faut remédier à la misère des esprits pour guérir la maladie qui ronge les bases de notre société démocratique.

Je pense que c’est ce sentiment qui a dû te frapper, quand tu marchais au milieu            de cette immense foule. Pendant cet instant miraculeux, les barrières des classes et          des origines, les différences des croyances, les murs séparant les êtres n’existaient plus.  Il n’y avait qu’un seul peuple de France, multiple et unique, divers et battant d’un  même cœur. J’espère que, de ce jour, tous ceux, toutes ¬celles qui étaient avec toi continueront de marcher dans leur tête, dans leur esprit, et qu’après eux leurs enfants  et leurs petits-enfants continueront cette marche.

par JMG Le Clézio
(Le-Monde – mercredi 14.janvier 2015)

http://www.lemonde.fr
————————————————

Voeux 2015: bientôt une  » fête de la littérature jeunesse »?

Une fête de la littérature jeunesse en 2015, promet la ministre de la Culture
Le 19juin dernier, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a ouvert le 60e Congrès de l’Association des bibliothécaires  de France, à Paris.
fête du livre jeunesse

Un article intéressant dans Marianne, faisant le bilan du salon de Montreuil et l’éloge de la littérature de jeunesse comme « 10e art ».
Le terme de 10e art n’étant valable que pour l’album selon moi (AMM)

http://www.marianne.net/Et-si-on-cessait-les-enfantillages_a243548.html

Scènes : créer pour et avec le jeune public

Pour la première fois, une campagne nationale est dédiée à la création pour l’enfance et la jeunesse. Portée par le ministère de la Culture et de la Communication, La Belle Saison avec l’enfance et la jeunesse  mobilise   la profession et dévoile un secteur d’une vitalité insolente.   Explications de Gwénola David, coordinatrice nationale.

Pourquoi une campagne au long cours – La Belle Saison dure dix-huit mois – en faveur de la création jeune public ?

La création pour l’enfance et la jeunesse connaît depuis une quinzaine d’années un remarquable élan créatif qui touche tant les écritures que les langages scéniques. Qu’il s’agisse de théâtre, musique, danse, conte, cirque, arts visuels ou marionnette, ces spectacles séduisent bien au-delà du cercle jeune public. Les spectacles pour l’enfance représentent, en nombre de représentations, l’un des rares secteurs artistiques où la demande n’est pas satisfaite. Il faut dire que ce public représente un tiers de la population ! Et pourtant, cette création pâtit d’un manque de reconnaissance au sein même du monde du spectacle, qui la voit encore au travers de clichés « rose bonbon ». Souvent diffusée dans de petites salles, moins bien dotée que le spectacle grand public, elle connaît des conditions de production fragiles. L’idée de La Belle Saison est née de cette situation paradoxale.

Quelle est la singularité de la création pour l’enfance et la jeunesse ?

Cette création aime à se nourrir au contact direct de l’enfance, en particulier lors de résidences en milieu scolaire ou d’ateliers. Le metteur en scène Olivier Letellier, par exemple, met en place des laboratoires où des auteurs, des jeunes et des artistes de plateau se côtoient pour inventer ensemble. Se développent ainsi des processus de création très inventifs, à la croisée des disciplines, qui impliquent parfois les enfants comme acteurs. Next Day, signé Philippe Quesne, le nouveau directeur du Théâtre Nanterre-Amandiers, en est un exemple, de même que les nombreux opéras participatifs, ou encore Rhizikon de la circassienne Chloé Moglia : une petite forme de trente minutes qui circule dans les collèges, avec débat à la sortie. Créer pour ce public très ouvert, vierge de tout préjugé, cela attire. On voit ainsi de plus en plus d’artistes venus du spectacle pour adultes plonger dans la création pour l’enfance, comme, depuis quelques années, la chorégraphe Nathalie Pernette qui va créer Ombres blanches, ou, tout récemment, Vincent Dupont avec Stéréoscopia. Les spectacles qui se définissent comme « Tout public à partir de cinq ans » fleurissent. Les œuvres pour l’enfance parlent à tous les âges parce qu’elles offrent plusieurs niveaux de lecture. Les classiques de la littérature jeunesse continuent d’inspirer les créateurs. Voyez les contes revus par Joël Pommerat, Olivier Py ou Jean-Michel Rabeux, ou encore Le Petit Prince, opéra du compositeur Michaël Levinas créé à l’Opéra de Lille. Bien sûr, les metteurs en scène puisent de plus en plus dans un répertoire théâtral contemporain maintenant très riche. Autre singularité évidente de cette création : la dimension de plaisir et de liberté. C’est jubilatoire pour un artiste de décacheter son propre imaginaire. En posant la question des limites et de la transgression, en donnant forme aux peurs que l’enfant ne sait pas nommer, le spectacle pour l’enfance aborde tous les sujets, sans tabou, loin de la visée moraliste qui l’a longtemps régi. C’est le cas de Mon frère, ma princesse, pièce de Catherine Zambon montée par Émilie Le Roux.

Le spectacle vivant aiderait à mieux grandir ?

Ce questionnement est au cœur de La Belle saison. La rencontre avec les œuvres fait partie intégrante des politiques d’éducation artistique et culturelle. Jean Vilar le savait déjà, qui organisait dès 1969 au Festival d’Avignon les premières journées pour  les jeunes spectateurs. Et Jack Lang, qui créait en 1973 le premier Théâtre national des enfants au sein du Théâtre national de Chaillot. Aujourd’hui, les théâtres qui créent pour le jeune public sont des lieux où règne encore beaucoup de désir : Dominique Bérody, figure historique, continue son action au Théâtre de Sartrouville, tandis que  Joris Mathieu, jeune directeur du Théâtre Nouvelle Génération de Lyon, commence la sienne. Avec moins d’argent que les autres, des gens bataillent tous les jours, dans les tous réseaux : scènes conventionnées pour l’enfance et la jeunesse, comme le Théâtre Dunois à Paris, services culturels municipaux comme Pessac en scènes, théâtres spécialisés comme le Théâtre Paris-Villette, compagnies aux noms pleins de fantaisie : Compagnies Hippolyte a mal au cœur, Les Mains de Camille, Les Anges au plafond ; toutes petites structures, comme « Le Tout Petit Théâtre » pour les bébés spectateurs. L’évolution marquante de ces dernières années, qui doit encore être encouragée, est le décloisonnement de la création jeune public avec l’engagement croissant des scènes labellisées (centres dramatiques nationaux, centres chorégraphiques nationaux, scènes nationales, opéras, scènes de musiques actuelles, etc.).

Quelle stratégie déployez-vous ?

La Belle Saison répond à une demande de la profession et s’inscrit dans la continuité de travaux et de réflexions menés depuis plusieurs années. C’est une gigantesque aventure collective qui s’appuie sur la mobilisation de plus de cinq cents partenaires et le relai, à travers toute la France, des Directions régionales des affaires culturelles. La programmation compte plus de huit cents événements, dans des lieux répartis sur tout le territoire, dont beaucoup sont et seront créés spécialement pour l’occasion. L’ambition de La Belle saison va plus loin encore. Nous souhaitons en quelque sorte accompagner la reconnaissance et l’essor de ce secteur, un peu à l’instar de l’Année du Cirque en 1990 ou des Saisons de la Marionnette qui se sont tenues pendant trois ans, entre 2007 et 2010. Pour cela, nous organisons des commissions nationales thématiques et des plateformes territoriales où les professionnels de tous bords débattent de l’avenir du secteur. Appelée à ne durer qu’un an et demi, La Belle Saison laissera ainsi des traces durables jusque sur le plus petit territoire rural. Des festivals naissent, des coopératives de production se constituent, le Centre national du théâtre va créer un Grand prix de littérature dramatique enfance et jeunesse… A l’issue de cette opération, la création pour l’enfance et la jeunesse devrait être reconnue comme faisant pleinement partie des missions de tous les établissements culturels.

( culturecommunication.gouv.fr – jeudi 18 décembre 2014 )
***************************************************************************

Parution des Cahiers Robinson n° 36 (année 2014)

Le Livre de poche, une bibliothèque de la jeunesse (sous la direction de Chantal Lapeyre)

En 1953, si le Livre de Poche, créé par Daniel Filipacchi, n’est pas une nouveauté absolue, il apparaît à un moment qui le rend unique. Il rencontre en effet la jeunesse la plus nombreuse que la France ait connue, la génération du « baby boom », dans un pays qui tourne peu à peu le dos à sa ruralité et qui entre dans la société de consommation tout en promouvant des exigences éducatives inédites. Cette jeunesse s’empare d’un type de livre apparemment pauvre, avec la sensation d’une liberté de choix absolue et sans idée des stratégies éditoriales commandant ses lectures. Ce n° revient sur différents aspects d’un catalogue qui semble ignorer les hiérarchies établies, en privilégiant le mode de la bio-bibliographie de lecteur, avec des contributions de chercheurs et d’écrivains eux-mêmes chercheurs de diverses façons, Pierre Bergounioux, Annie Ernaux,                  Jean-Benoît Puech, Pascal Quignard.

SOMMAIRE

Chantal Lapeyre-Desmaison
Avant-propos

Pierre Bergounioux
Livre de Poche

Isabelle de Peretti
Les Temps Modernes et les livres de poche

Tristan Hordé
Le goût de la lecture

Guillemette Tison
Les livres de poche: 1953-1964, de la pénurie à l’abondance

Isabelle de Peretti
Mon premier livre de poche

Gérard Langlade
Je suis né avec le livre de poche

Jean-Benoît Puech
Poches de ma jeunesse

Christine Prévost
1964-1975, de la prescription familiale à la prescription scolaire

Florence Gaiotti
Le livre de poche, faces cachées, visages retrouvés

Jérôme Roger
On ne lit jamais seul avec le temps

Christian Morzewski
Jean Giono en poche(s)

Francis Marcoin/Fabrice Thumerel
Annie Ernaux, lectures sans ordre (entretien)
Pascal Quignard: Ane/Anne
varia
Jean Perrot:
Manet/Courbet, Murail/Morgenstern ou Morgenstern/Murail ?

Li Zheng
La première traduction chinoise de Robinson Crusoe

André Delobel
Promouvoir la littérature de jeunesse : les petits cailloux blancs du bénévolat

http://lescahiersrobinson.univ-artois.fr

*******************************************************************************************

Vient de paraître: notre ouvrage sur C. Bruel:

Christian Bruel auteur-éditeur, une politique de l’album

Dominique Perrin et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), Electre-Ed. du Cercle de la Librairie, novembre 2014.

Une étude c1deCouv_Bruel_mediumollective menée sur plusieurs années par le groupe PRALIJE, qui propose une introduction à l’oeuvre éditoriale et littéraire de C. Bruel, du Sourire qui mord à Être éditions, avec des notices sur chacune de ses oeuvres.

**************************************************************************************************

Le devenir de la lecture des jeunes : la bibliothèque comme observatoire

journée d’étude organisée pas la BnF-Centre national de littérature pour la jeunesse et l’enssib

le jeudi 4 décembre 2014 de 9 heures à 17 heures 15

enssib 17-21 boulevard du 11 novembre 1918 Villeurbanne

Cette journée d’étude permettra de s’interroger sur le devenir de la lecture des jeunes comme on peut l’observer en bibliothèque, entre une offre mutante et des usages nouveaux.

PRE-PROGRAMME devenir de la lecture

****************************************************************************************************************************

Annonce du CRILJ :

LE CRILJ EST  A  MONTREUIL EN STAND F29
du    mercredi    26    novembre au   lundi   1er   décembre   2014premier rendez-vous de la célébration de leur jubilé

vous informer sur le colloque 50 ANS DE LITTERATURE POUR LA JEUNESSE
Raconter hier pour préparer demain des vendredi 6 et samedi 7 février 2015
( Médiathèque Marguerite Duras – Paris )

et sur l’exposition DANS LES COULISSES DE L’ALBUM
50 ans d’illustration pour la jeunesse (1965-2015) qui circulera en 2015 et 2016
(Beaugency, Paris, Arras, Cherbourg, Strasbourg, Amiens, etc)

Vous pourrez feuilleter et acheter les six numéros parus des « Cahiers du CRILJ »
dont le numéro 6 de novembre 2014 : LE THEATRE JEUNE PUBLIC : dans les livres, mais pas que

Et découvrir le projet du Théâtre de la Tête Noireet de Patrice Douchet qui met en scène AH ! ERNESTO de Marguerite Duras et Katy Couprie (Thierry Magnier, 2013)
et  l’album LE CONVOI DES MERES
de Rolande Causse et Gilles Rapaport
(Cercil, 2014, 36 pages)

( signature des auteurs : lundi 1ier décembre – de 10 à 12 heures )

Egalement à votre disposition sur le stand l’édition 2015 du Guide de l’édition jeunesse (MLC éditions), l’affiche « J’aime lire » signée Etienne Delessert, des numéros de la revue Griffon à petit prix, des bulletins d’adhésion.

crilj@sfr.fr

********************************

Salon du livre et de la presse jeunesse Seine-Saint-Denis

30 ans

26 novembre-1er décembre

Faillite à La courte échelle

Les éditions La courte échelle, qui font partie du paysage littéraire                                 québécois depuis plus de 35 ans, se sont placées sous la protection de la loi                               sur les arrangements avec les créanciers.

L’avis de faillite de l’entreprise a été publié vendredi après-midi. Plus tôt cette semaine, Le Devoir avait fait état des difficultés de l’entreprise, dont les activités ont cessé depuis le 23 septembre et dont le personnel a été mis à pied.

La présidente de la maison d’édition, Hélène Derome, nous a expliqué plus tôt par téléphone cette semaine qu’elle cherchait des fonds pour sortir l’entreprise de cette mauvaise passe financière.

Elle se disait peu optimiste quant à une aide du gouvernement, qui lui accorde déjà plusieurs crédits d’impôt, et cherchait plutôt un partenaire financier prêt à investir.

Quelques lecteurs fidèles se seraient manifestés sur les réseaux sociaux, se disant prêts à contribuer financièrement au sauvetage de l’entreprise, mais, selon Mme Derome, cela prendrait plus qu’une campagne de financement socioparticipatif pour sauver La courte échelle.

Les éditions La courte échelle possèdent un catalogue de près de 700 titres, aussi bien en littérature jeunesse, avec des auteurs phares comme Élise Gravel, Annie Groovie, Marianne Dubuc et Marie Hélène Poitras, qu’en littérature pour adultes (Chrystine Brouillet, Stanley Péan, André Marois).

Du côté de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), on entend s’assurer que les auteurs pourront récupérer leur dû.

Une soirée d’information avec des conseillers juridiques sera d’ailleurs organisée                    à leur intention dans les jours qui viennent.

La littérature jeunesse : un milieu malgré tout dynamique

Mme Bergeron, adjointe à la direction générale de l’UNEQ, espère toutefois,                 comme Mme Derome, que La courte échelle trouvera un racheteur. Selon elle, le milieu de l’édition au Québec est dynamique, particulièrement dans le domaine de la             littérature jeunesse.

Selon le bilan du marché du livre au Québec, publié par la société de gestion de la Banque de titres de langue française, le milieu se porte en effet plutôt bien, et la littérature jeunesse trône au sommet des ventes.

Le tirage moyen d’un livre jeunesse est d’ailleurs, selon l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), de 5000 exemplaires, plus du double de celui d’un roman (2000).

L’organisme Communications jeunesse, qui fait la promotion de la littérature             jeunesse et de la lecture en français au Canada, confirme que la littérature jeunesse             est un marché prolifique : chaque année, entre 650 et 750 ouvrages jeunesse lui sont envoyés par quelque 75 éditeurs.

Mais selon les chiffres de l’ANEL, un éditeur ne commence à faire du profit qu’à               partir du deuxième tirage (donc, pour un livre jeunesse, après avoir vendu plus de 5000 exemplaires), et la part des ventes qui revient à l’éditeur est de 13 % en moyenne (contre 40 % pour le libraire, 17 % pour le distributeur, 20 % pour l’imprimeur et 10 % pour l’auteur).

( Ici Radio Canada –  vendredi 10 octobre 2014 )

http://ici.radio-canada.ca

*********************************************************************************************************
Pinocchio et les autres…

Les littératures de l’imaginaire

Journée professionnelle
organisées dans le cadre de Grains de sel,
Le festival du livre et de la parole d’enfant.

vendredi 14 novembre 2014

Cinéma Le Pagnol,cours Foch,
Aubagne (Bouches du Rhône)

*********************************************************************************************************
Pinocchio et les autres…

Voyage en littérature italienne pour la jeunesse

Centre régional de formation aux carrières des bibliothèques
Journée d’études organisée en partenariat par
ESPE Aquitaine, Université de Bordeaux et TELEM, Université Bordeaux Montaigne
Avec le concours de la DRAC Aquitaine

jeudi 13 novembre 2014

à Médiaquitaine Bâtiment 10 A? avenue d’Aquitaine,  Gradignan (Gironde)

*********************************************************************************************************
Notre colloque approche
(lundi 26 et mardi 27mai 2014); il sera suivi le mercredi à 14h 30 d’une rencontre avec l’illustratrice Sara, organisée par la BUFM et le SCD de l’université Lyon1.

affiche meta

flyersans

 

Demandez le programme:Métamorphoses-programme

 

Et inscrivez-vous (c’est gratuit):
http://bit.ly/1rrQ9j7

 

Amphi Louise Michel, 5 rue Anselme, Lyon 4e (en bus arrêt clos jouve du 13 et du 18, en métro, arrêt croix rousse et 10 mn de marche).

logo bu

Impression

 

With courtesy of Dan Hillier for his picture “Luna”, special thanks to him. Copyright © Dan Hillier http://www.danhillier.com/

Merci à Sara pour son aimable autorisation pour l’utilisation de son illustration des Métamorphoses (Actéon)
Prix Sorcières : a voté !

Certains de ces titres ont été chroniqués sur li&je

Sur le blog de l’express, le 13 avril 2013 14H09 | par
Nathalie Riché
http://blogs.lexpress.fr/allonz-enfants/2014/04/02/le-nectar-des-sorcieres/

Le palmarès des Prix Sorcières a été dévoilé hier à la Fête du livre de Villeurbanne : c’est l’occasion de redécouvrir six livres incontournables de l’année passée. Et un gage de qualité ! Car ce palmarès est le résultat du travail de 100 bibliothécaires  (A.B.F) et librairies jeunesse affiliées (A.S.L.J) qui défendent la littérature jeunesse sur le terrain au quotidien. Allez, régalez-vous, ce cru 2012 est un millésime !

 

Album tout-petits : 2 YEUX
Lucie Félix
éd. Les Grandes Personnes, 12 €

« Ce livre est ingénieux ! », s’est écriée ma fille en le refermant. C’est vrai, mais aussi beau, surprenant et poétique. Ce tout carton aux couleurs fraîches et aux formes découpées se feuillette comme on admire un tour de magie : les yeux et la bouche grand ouverts. Surprise, poésie et éclats des couleurs sont au coin de la page. A partir de formes géométriques simples, qui évoquent les papiers découpés japonais, surgissent des éléments naturels. L’ovale rose se transforme en fleur de nénuphar, l’œuf blanc tacheté de noir devient l’œil d’une jolie grenouille verte, cette petite lumière jaune au creux de la nuit, l’œil brillant de la chouette… Un vrai feu d’artifice qui émerveillera les petits !

Catégorie Album : LA MAISON EN PETITS CUBES
Kenya Hirata et Kunio Kato
éd. Nobi, Nobi ! 14,95 €
 5-7 ans

Adapté du dessin animé éponyme qui reçut un Oscar, cet album raconte avec une immense poésie le voyage dans le passé d’un vieil homme, à travers les couches  successives de sa maison construite en hauteur, comme une colonne de vie (lire ma chronique).

Catégorie Premières lectures  : EMILE EST INVISIBLE
Vincent Cuvellier, ill. par Ronan Badel
Gallimard jeunesse Giboulées, 6 €
(6-8 ans)

Pour échapper à l’horreur des envides au jambon, Emile a décidé de devenir invisible, oui mais… il y a aussi de la mousse au chocolat. Un album irrésistible.

Roman junior : BLACK OUT
Brian Selznick.
Bayard jeunesse, 16,90 €
9-12 ans
Après nous avoir émerveillés avec L’invention d’Hugo Cabret, Brian Selznic récidive dans le roman graphique avec son style si personnel pour une fable poétique et une histoire de secrets de famille. Du grand art ! (voir ma chronique)

Romans ados : MAX
Sarah Cohen-Scali,
Gallimard, coll. Scripto, 15,90 €
dès 13 ans
J’ai été fascinée par ce roman d’une force incroyable qui évoque le programme du Lebensborn (fontaines de vie) mis en place par Himmler et le régime nazi dès 1935. On a parlé récemment de révélations sur le Lebensborn (voir l’article de Boris Thiolay), cette fiction à destination des ados est écrite du point de vue d’un parfait petit aryen, le premier conçu dans le but de perpétrer la race blonde aux yeux bleus. A travers la voix du foetus Max, rebaptisé Konrad par le programme (né un 20 avril, le même jour que le Führer  !) s’élève la voix prénatale de l’endoctrinement. Né depuis à peine quelques semaines, Max s’efforce d’être dur comme l’acier, de ne pas pleurer lorsqu’on le sépare de sa mère naturelle, de résister à toutes les maladies. Ses premiers mots ? Sieg Heil ! Participant à l’enlèvement d’enfants destinés au programme, Konrad-Max sera néanmoins déstabilisé lorsqu’il découvre qu’un ennemi, un petit Polonais, peut lui ressembler comme deux gouttes d’eau. A lire absolument !

Catégorie Documentaires : CARTES
Voyage parmi les mille curiosités et merveilles du monde
A. Mizielinska et D. Miezielinski, traduit du polonais par Lydia Waleryszac
Rue du Monde, 25,80 €
Dès 8 ans

Voici une somme joyeuse et hétéroclite des grandes merveilles du monde ! 40 destinations sur tous les continents et plus de 4000 illustrations légendées. Chaque double page présente un pays avec sa faune, sa flore, ses coutumes, ses spécialités…
Une mappemonde aux mille vignettes, truffée de détails à observer, à la manière des cartes peintes à la main d’autrefois. On admire les illustrations, on apprend mille choses sur les cultures du monde. Un magnifique tremplin de curiosités à partager en famille autant qu’un bel objet que les enfants reprendront en main maintes fois, histoire d’en scruter les moindres détails.

La fête du livre jeunesse de Saint-Paul-trois chateaux aura lieu du 29 janvier au 3 février 2014, sur le thème empreintes.
Programme-Flj-2014-bdef

Un anniversaire : 30 ans, un bel âge.

fdljStpaul

Et il y aura Claude Ponti, Christian Bruel, Karim Ressouni-Demigneux…

 

 

 

 

La Fête du livre jeunesse de Villeurbanne aura lieu du 10 au 14 avril 2013 autour de la thématique « mouvements ». Une cinquantaine d’auteurs et fdl2013illustrateurs seront présents. La 14e édition de la fête proposera par ailleurs de nombreuses animations et rencontres pour petits et grands.
Journée professionnelle le 12 avril (attention : inscriptions jusqu’au 9 avril)

PRIX-SORCIERES-2013VolTZ_2006Le prix « Sorcières » 2013 sera décerné à cette occasion.

Voir  ci-dessous une description plus détaillée de la fête, par l’organisateur.

Site de l’événement www.fetedulivre.villeurbanne.fr et son programme à télécharger :www.fetedulivre.villeurbanne.fr/programme-fdlj_2013.pdf

Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne
Mouvements – du 10 au 14 avril 2013

« Après une édition 2012 haute en couleurs, la quatorzième Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne a choisi d’interroger la notion de mouvement.
Près de soixante auteurs et illustrateurs seront donc en action du 10 au 14 avril 2013. Une invitation à la mobilité lancée à travers différents univers et approches artistiques : lecture, arts visuels, musique, danse, théâtre…

Les livres « pop-up » à l’honneur
Cette édition fait la part belle aux livres « en mouvement ». Anouck Boisrobert et Louis Rigaud, les invités d’honneur, se sont fait remarquer grâce à leurs livres pop-up, ces livres animés dont les pages contiennent des mécanismes mettant certains contenus en volume ou en mouvement. Avec Popville et Dans la forêt du paresseux ils évoquent, dans un style épuré et très contemporain, l’évolution des cadres de vie et l’environnement qui nous entoure. Leur nouvel ouvrage « pop up » Oceano devrait voir le jour en avril 2013.

Une oeuvre multimédia collective
Forte du succès rencontré l’an dernier avec Hervé Tullet, l’équipe de la Fête a souhaité renouveler l’expérience d’une résidence dans un quartier de Villeurbanne. Les deux invités d’honneur ont donc investi le quartier de Saint-Jean, pour créer, avec les habitants – écoliers, professeurs du groupe scolaire Saint-Exupéry, enfants et animateurs du centre d’animation – une oeuvre multimédia collective. En s’inspirant de leur imagier numérique Tip Tap, Anouck Boisrobert et Louis Rigaud ont ainsi orchestré la création d’un livre interactif qui, à la manière de Raymond Queneau et ses mille milliards de poèmes, a permis à chacun, du plus petit au plus grand, d’apporter sa touche personnelle et de participer à la création d’un tableau multifacettes ! La création finale sera exposée à la Maison du livre, de l’image et du son du 18 mars au 20 avril 2013.

Un spectacle pour les tout-petits
Le Pop-up Cirkus, proposé par le théâtre L’Articule, est un spectacle qui se feuillette et se déplie ! Entre un fauve rugissant et un jongleur éternuant, les dessins vont se mettre en mouvement pour emmener les tout-petits (dès deux ans) dans l’univers magique du cirque.

Défilé et brigades d’interventions dansées
L’École Nationale de Musique de Villeurbanne – qui propose aujourd’hui des formations en musiques urbaines, danse contemporaine, traditionnelle orientale, africaine et hip-hop – s’associe naturellement à cette édition en mouvements et proposera une déambulation Pentaribâton. Sur une rythmique à cinq temps, les élèves de cinq classes de CM1 et CM2 partageront avec le public un moment de percussions corporelles, de bâtons frappés et de sonorités de Surdo (instruments de percussion brésilienne). Des brigades d’interventions dansées et un défilé réunissant 80 danseurs et 40 musiciens feront également bouger le centre-ville. »

—————————————————————————————
19 décembre: adieu, Mario Ramos

Quand j'étais petitUn hommage est rendu à l’auteur illustrateur (C’est moi le plus beau, C’est moi le plus fort, Quand j’étais petit…) sur le site de l’école des loisirs, avec des articles.

 

 

28 nov.-3 déc : salon du livre et de la presse jeunesse Seine-Saint-Denis, dit « de Montreuil »

20 albums de jeunesse pour une éducation non sexiste

Dans le cadre d’un travail mené depuis 2010 à partir de la littérature de jeunesse, l’association française Adéquations présente une Boîte à outils intitulée  » 20 albums de jeunesse pour une éducation non sexiste « . Cet ensemble se veut un nouveau support pédagogique non sexiste.

Il est composé de 20 albums de jeunesse non sexistes, un guide pratique pour accompagner la lecture des albums et d’une affiche avec des réflexions d’auteur-es de littérature de jeunesse.

Ce kit s’adresse aux professionnel-les de l’éducation susceptibles de lire ou de faire lire des albums de jeunesse aux enfants, de la crèche à la fin de l’école élémentaire : professionnel-les de la petite enfance, professeur-es des écoles, animatrices et animateurs, bibliothécaires, etc. Ces nouveaux outils viennent compléter le livret pédagogique et l’exposition d’Adéquations sur les albums de jeunesse non sexistes.

Cette boîte à outils sera présentée le 27 novembre 2012 lors du colloque Filles et garcons : Agir pour une éducation égalitaire dès leur plus jeune âge organisé par la Mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité des Hauts-de-Seine, en lien avec la Quinzaine des droits de l’enfant d’Issy les Moulineaux (92).

Contact : bfiquet@adequations.org

Panorama de la Littérature pour la Jeunesse
Journée professionnelle du 15 mai

La Charte, la SGDL (Société des Gens de Lettres) et l’ATLF (Association des Traducteurs Littéraires de France) vous convient à une journée de débats et de rencontres autour de la Littérature pour la Jeunesse, le mardi 15 mai à l’Hôtel de Massa.
Baptisée Panorama de la Littérature pour la Jeunesse, cette journée professionnelle s’adresse aux auteurs, illustrateurs, traducteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, journalistes, invités à échanger autour de trois thèmes majeurs : les relations auteur-éditeur, la traduction littéraire et les diffuseurs du livre jeunesse d’aujourd’hui.
Consultez le programme et réservez votre journée !

Mardi 15 mai, de 9h00 à 18h30
A l’Hôtel de Massa, 38 rue du faubourg Saint-Jacques, Paris 14e

Entrée libre – Renseignements et inscriptions : ecrire@la-charte.fr

**************************

La Joie de lire jubile à la Bibliothèque de la Cité

Exposition mise en espace par Yvonne Harder et Stéphanie Guibentif «tonamiepourtoujours»

Milton, Marta, le lutin… Kurt, Boris, et même le capitaine Massacrabord… se sont donné rendez-vous à la Cité pour fêter l’anniversaire de leur maison. Des personnages, des objets créés par l’artiste genevois Christian Gonzenbach, des livres de La Joie de lire. Le tout requinqué par la participation exceptionnelle d’Albertine et Haydé

 Vernissage le mercredi 23 mai 2012 18h00 en présence de M. Sami Kanaan, Conseiller administratif en charge du Département de la culture et du sport et Mme Francine Bouchet, directrice des éditions La Joie de lire.

 5 place des trois perdrix, 1204 Genève (www.ville-ge.ch/bm)

*************************************

Fête du livre de Villeurbanne, 28 mars-1er avril sur le thème « couleurs » (voir notre bibliographie)

*******************************************

Guus Kuijer, lauréat 2012 du grand Prix Astrid Lindgren (Stockholm Concert Hall, 28 May 2012.*

À l’école des loisirs, Guus Kuijer est l’auteur de : 

Les grandes personnes, vaudrait mieux en faire de la soupe, coll. Neuf, 1997 
Unis pour la vie, collection Neuf, 2003, 
Le livre qui dit tout, (voir la critique sur li&je) collection Neuf, 2007 
Le bonheur surgit sans prévenir, collection Neuf, 2009 
Porté par le vent vers l’océan, collection Neuf, 2010

************************

Le Secret d’Orbae de François Place paru aux Editions Casterman en octobre 2011 recevra le Prix Bologna Ragazzi 2012 dans la catégorie fiction à l’occasion de la prochaine très réputée Foire du Livre de jeunesse de Bologne.

voir la critique sur Li&je

présentation par l’éditeur: de belles images

*******************************

Semaine de la langue française et de la francophonie

La 17e édition de cette manifestation internationale a lieu du 17 au 25 mars 2012. Les « dix mots » ont été choisis cette année dans l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau, dont on fête le tricentenaire de la naissance. De nombreux événements sont organisés pendant cette Semaine autour du plaisir des mots, et la dynamique régionale de l’opération fait la part belle aux actions artistiques et littéraires à destination de tous les publics. 
Retrouvez le programme des événements en Rhône-Alpes sur le site de l’Espace Pandora, et ne manquez pas la journée régionale « Les dix mots font la fête ! », dimanche 18 mars, au Théâtre des Asphodèles (Lyon 3e arr.), de 10h à 20h.
www.dismoidixmots.culture.fr

**************************************************************

Le prix « Sorcières » 2012  de l’Association des Librairies Spécialisées Jeunesse a été décerné à :

Tout-petits : Un peu perdu, Chris Haughton, Thierry Magnier

Albums : De quelle couleur est le vent? Anne Herbauts, Casterman

Premières lectures : L’Enfant, Colas Gutman et Delphine Perret, coll. Mouche, L’École des Loisirs

Romans juniors : Mandela et Nelson, Hermann Schulz, coll. Neuf, L’École des Loisirs

Romans ados : L’Innocent de Palerme, Silvana Gandolfi, Les Grandes Personnes

Documentaires : Chimères génétiques, Julie Lannes, L’Atelier du Poisson Soluble

****************************