Le matin/ le repas/Le bain/ Le soir

Le matin/ le repas/Le bain/ Le soir
Jeanne Ashbé
L’école des loisirs (Pastel, « des images pour se parler »), 2021

Lisons, causons

Par Anne-Marie Mercier

Petits recueils d’ « images pour se parler », ces quatre imagiers sans texte proposent en page de gauche des situations du quotidien et en vis-à-vis des images montrant un objet extrait de la scène. Si les situations sont banales, le personnage du doudou de Lou, Mouf, introduit un peu de narrativité et de fantaisie.
Ainsi, l’on peut décrire ces scènes simples, inscrites en gros traits noirs et souples et joliment colorées de motifs divers et de ton harmonieux ; on peut rire des bêtises du doudou et parfois de Lou, et évoquer tous ces plaisirs du quotidien vécus ensemble ou à distance. Ce sont de jolis supports pour l’élaboration progressive du langage d’évocation, si important pour les développement des tout petits, et une belle introduction à l’art graphique de Jeanne Ashbé, bien connu pour ses petits albums inscrits dans le quotidien des tout petits (comme le célèbre À ce soir, par exemple) .

Pour aller plus loin : le Monde de Jeanne Ashbé.

Comme il est difficile d’être roi

Comme il est difficile d’être roi
Janusz Korczak, Iwona Chmielewska
Traduit (polonais) par Lydia Waleryszak
Format, 2021

Korczak en images

Par Anne-Marie Mercier

Souvent adapté au théâtre et au cinéma, Le Roi Mathias 1er, célèbre (et gros) roman d’apprentissage interrogeant les questions de pouvoir et de gouvernement et la place des enfants dans la société n’avait pas eu autant d’échos dans le genre de l’album : comment résumer en effet des notions si complexes comme celles concernant des guerres, des révolutions, des réformes indispensables et impossible, l’économie, l’information, et nombre d’autres sujets tout aussi importants, en peu de pages et avec des images.

Les illustrations d’ Iwona Chmielewska réussissent ce pari : elles présentent un petit roi qui a le visage de Korczak à l’âge de Mathias, 10 ans, avec un air grave et préoccupé, mais parfois narquois, et une couronne qui, sous ses différentes formes, est toujours encombrante.
Entre modernité des cadrages et classicisme des collages reprenant d’anciennes gravures, elles placent cette fable dans une atemporalité parfaite, et sont belles, en plus.
Le texte reprend des passages du roman, très brefs, ce qui donne une impression de succession rapides d’épisodes très divers et ôte certes un peu de profondeur à la réflexion. Mais c’est une belle introduction à cette œuvre importante, ou un bel accompagnement pour ceux qui l’auront déjà lue ou vue.

 

Odyssée

Odyssée
Peter van den Ende
Sarbacane, 2021

Tour du monde sans escale

Par Anne-Marie Mercier

Un format adapté et 96 pages, voilà de quoi déplier un beau voyage imaginaire, sans texte, mais avec de nombreuses péripéties. Peter van den Ende propose une succession d’images en noir et blanc, tracées à l’encre et ombrés de multiples dégradés de gris. Elles se déploient sur chaque double page, proposant à chaque tourne de page un moment différent, avec de nouveaux lieux et de nouvelles rencontres fantastiques.
L’Ulysse de ce voyage semble être un petit bateau de papier, issu d’un pliage fait moitié par un diable cornu, moitié par un humain ordinaire ; ou bien serait-ce l’ombre qui s’en extrait à la fin du livre, un génie maritime élégant ? Le petit bateau fragile est ballotté en tous sens, rencontre de nombreux obstacles, part dans les airs, plonge au fond des abysses. Une carte en fin d’ouvrage montre le trajet parcouru, comme dans les éditions de l’Odyssée d’Homère, mais avec un monde plus vaste, du Pacifique au Golfe persique, de l’Antarctique à l’Écosse, doublant le Cap Horn et le Cap de Bonne espérance. Mais cet ancrage dans le réel est bien sûr fantaisiste : à travers lui, c’est surtout l’univers mythique de la mer que l’on rencontre, avec ses monstres, ses plantes, ses machines étranges aussi. Chaque page est pleine de détails curieux, drôles ou inquiétants. En somme ça vit, ça coule, c’est merveilleux.
On peut voir quelques images sur le site de l’éditeur.

Peter van den Ende est aussi, dans une autre vie, guide naturaliste sur les îles Caïman. La précision de son trait en témoigne. Odyssée est son premier album, fruit, on le devine, d’un long travail.

 

Un été Wharton

Un été Wharton
Gauthier David
Hélium 2021

L’été enchanté

Par Michel Driol

Comme tous les étés, la famille Warton revient dans la maison des Bois Noirs. Le père, collectionneur de grains de riz gravés, la mère, créatrice d’objets étonnants, les Bizarros, Gigi la fille qui découvre son cousin Jamie, livré un beau matin par le facteur. Or Jamie, abandonné par son père, et dont la mère est « partie au ciel » est un enfant à problèmes, agressif, colérique, qui se prétend doté d’un pouvoir magique lui permettant de faire toutes les bêtises possibles. Va-t-il perturber le bel été rituel qui s’annonçait ?

Gautier David signe ici un roman à la fois drôle, loufoque, et plein de tendresse pour ses personnages hors du commun. C’est le portrait d’une famille compliquée qu’il dresse, fait de l’initiation de Gigi par son étrange cousin, qui lui permet d’échapper à son rôle de fillette sage et bien élevée. C’est aussi l’évolution de Jamie, qui, d’enfant sauvage, va petit à petit devenir plus respectueux des règles. C’est un été où les parents voient aussi se briser, symboliquement, ce qui les constituait, la collection de grains de riz ou les Bizarros. Le roman touche au fantastique et au merveilleux, avec les animaux, les légendes liées à la construction de la maison, et donc l’univers dépeint devient l’univers magique de l’été, avec ses rituels, ses fêtes, ses inventions, et les souvenirs – parfois douloureux – liés à la maison de famille et à l’enfance. Le tout est écrit dans une langue imagée, qui fait la part belle aux dialogues vivants entre les personnages, et qui maintient le lecteur entre envie de rire ou de sourire et émotion ressentie à la rencontre des situations évoquées. Le roman est illustré par Marie Caudry, qui propose des noirs et blancs fourmillant de détails, expressifs et plein d’humour, voire déjantés, accompagnant avec beaucoup d’esprit le texte.

Un roman qui aborde des sujets sérieux (les relations familiales, l’enfance maltraitée, les secrets de famille) sans se départir d’un humour décapant à travers des personnages atypiques et attachants.

Fables

Fables
Jean de La Fontaine, Henri Galeron (choix et illustrations)
(Les grandes personnes), 2021

Fables toujours jeunes

Par Anne-Marie Mercier

La multitude d’éditions des Fables à destination du jeune lectorat pourrait lasser, or ce n’est pas le cas. Tout d’abord parce que cet auteur est infini et que chaque choix de fables recompose à nouveau son œuvre, ensuite parce que chaque illustrateur apporte sa lecture, et chaque éditeur un nouveau cadre de lecture.
Henri Galeron, bien connu comme auteur d’images chez Harlin Quist, chez Gallimard (dans la collection « Mes premières découvertes » et comme illustrateur de fictions ), chez Motus (Les Bêtes curieuses, Papillons et Mamillons…), chez (Les Grandes personnes) (Le Chacheur, Paysajeux…) et créateur de nombreuses couvertures de la collection Folio restées célèbres est à la fois artiste et documentariste. Galeron excelle dans les portraits réalistes d’animaux : la Cigale et la Fourmi apparaissent avec tous leurs détails anatomiques.
Il sait aussi leur donner une expression lisible sans trop les anthropomorphiser : l’agneau du « Loup et l’agneau » a une posture suppliante tout à fait convaincante et crédible, comme le renard contemplant le corbeau. Sur le site de l’éditeur, vous verrez quelques images dont celle du « Chat, la Belette et le Petit Lapin », où le chat a une posture très drôle, à la fois vraie et humaine. Les paysages en arrière-plan sont au contraires traités comme des illustrations de livre d’enfants d’autrefois : couleurs douces, paysages stylisés, lumières variés, de l’aube à la nuit, en passant par le plein midi ; hiver, printemps, été, automne, chaque image est superbe.

Le choix opéré pour cette anthologie est très intéressant : il combine de fables célèbres (on en a évoqué quelques unes) avec d’autres beaucoup moins connues comme :

Le Cygne et le Cuisinier (« Ainsi, dans les dangers qui nous suivent en croupe / le doux parler ne nuit de rien »),

Le Lion et le Moucheron (« entre nos ennemis / les plus à craindre sont souvent les plus petits »… « aux grands périls tel a pu se soustraire, / qui périt pour la moindre affaire »),

Le Singe (« La pire espèce, c’est l’Auteur »),

L’Âne et le chien (« Il faut s’entraider, / c’est la loi de nature »),

La Tortue et les deux Canards (« Imprudence, babil et sotte vanité, / et vaine curiosité / Ont ensemble étroit parentage »),

Le Pot de terre et le Pot de fer (« Ne nous associons qu’avecque nos égaux, / ou bien il nous faudra craindre / Le destin d’un de ces pots »),

Le Lion s’en allant en guerre (« Le Monarque prudent et sage / De ses moindres sujets sait tirer quelque usage, / Et connait les divers talents : / il n’est rien d’inutile aux personnes de sens »),

Et bien d’autres, toutes intéressantes, propres à susciter un débat, drôles (« Le Coche et la mouche »), attendrissantes (oui , il y a aussi « Les deux Pigeons »), et bien sûr avec toute la musicalité et l’art du récit de La Fontaine.

Je suis un oiseau de la ville

Je suis un oiseau de la ville
Delphine Jaboeuf (texte), Caroline Aufort et Elodie Mandray (ill.)
Hélium, 2021

Pour devenir de petits naturalistes urbains

Ce n’est pas parce qu’on vit en ville qu’on ne peut intéresser aux oiseaux : il y en a partout autour de nous, il suffit d’écouter. Mais c’est agaçant, n’est-ce pas, d’entendre des oiseaux sans les voir et sans savoir si l’oiseau qui chante si bien (ou si mal) est brun, noir ou jaune, gros ou petit, et comment on l’appelle ?
Grâce à cet album, tendre l’oreille dans la rue va devenir un jeu et peut-être une passion : des oiseaux bien connus (moineau, mésange, canard mandarin, pigeon, corneille, pie, étourneau, martinet, cygne, mouette…) et d’autres qui le sont moins tout en étant proches de nous (pouillot véloce, bergeronnette, troglodyte, mignon, chardonneret élégant, gallinule poule d’eau, Bernache nonnette, roitelet triple bandeau…) vont devenir familiers. Par leur chant tout d’abord : celui-ci est transcrit en onomatopées, précisées par des majuscules/minuscules, gras ou italiques, des symboles qui marquent une note grattée, stridente, diffuse, etc.  C’est un systême de notation ingénieux que l’on peut s’approprier ensuite pour transcrire d’autres chants. On peut s’aider en consultant le site et découvrir ainsi le superbe graphisme avec les chants en version sonore  : merveilleux pour tous les parents qui souhaitent proposer une promenade avec un but, les enseignants  de musique ou de SVT, les amateurs d’oiseaux, et les amateurs de beaux livres tout simplement.
Les couleurs sont subtiles, les illustrations stylisées en à-plats montrent les caractéristiques principales des oiseaux; ils figurent deux fois en page de droite, tête bêche comme sur un jeu de cartes, pour représenter les deux versions de l’oiseau, mâle et femelle (il es notable que la version femelle soit en bonne position, à l’endroit, quand le mâle est à l’envers).
Enfin, un texte court, parfait de précision et de vivacité, donne la parole à l’oiseau; il fournit de multiples renseignements sur sa vie, ses habitudes, ses amours, ses besoins alimentaires (ne pas donner de pain aux canards), sa dangerosité (ne pas s’approcher des cygnes, surtout lorsqu’ils sont avec leurs petits).

Alors, elle est pas belle la ville ?

L’Attente

L’Attente
Maïa Brami, Clémence Pollet
HongFei, 2021

Aventure immobile

Par Anne-Marie Mercier

L’attente est un sujet difficile à traiter (à moins de suivre l’exemple de En attendant Godot); on pourrait le croire impossible en littérature de jeunesse où l’on imagine souvent qu’il faut absolument de l’action et des aventures pour intéresser le jeune lecteur. Pourtant, l’enfance est bien un moment où l’on attend beaucoup, et où l’espoir est roi.
Le personnage de ce livre est tout de même un aventurier plongé dans une nature sauvage, et il poursuit un rêve : voir un oiseau de paradis. Il ne s’agit pas de le capturer, ni de le photographier, mais juste de le voir et de s’assurer ainsi de l’existence de cet oiseau de légende. Voilà une belle situation métaphysique. L’oiseau apparait à la fin, décevant, puis se révélant : l’explorateur, désappointé par sa première apparition, l’a-t-il enfin vu sous cette dernière forme ? on ne le sait pas.
Les illustrations de Clémence Pollet, en trois couleurs où différents tons de vert et d’orange dominent, décrivent par elles-mêmes les différents aspects de l’attente : progression, répétition, régression… La monotonie du décor, les yeux hallucinés de l’explorateur derrière ses jumelles, la déconstruction du paysage de jungle qui accompagne son délire et enfin la vision finale de l’oiseau en parade, sont autant de grands moments de cette histoire qui est bien une aventure, finalement.

M comme la mer

M comme la mer
Joanna Concejo
Traduit du Polonais par Margot Carlier
Format, 2021

Profondeurs

Par Anne-Marie Mercier

M est un jeune garçon. M est aussi la mer.
M est face à la mer, il se souvient de son enfance, il s’inquiète de son adolescence à peine entamée, il s’interroge sur ce qu’il y a au-delà de la mer.
Les rares pages de texte dans cet album au grand format sont insérées au milieu d’images (pastels, aquarelles, crayons de couleur ?) représentant la mer sous différents éclairages, dans différents états, du calme plat à l’agitation, bordée de sable ou occupant toute la page, toujours profonde. La mer avec ses coquillages et ses belles algues, et ses châteaux de sable au milieu de tout un ensemble : une ville de sable, en dernière page, prouvant bien que l’enfant est devenu grand et qu’il aimerait passer à autre chose.
On retrouve le style délicat de Joanna Concejo, décliné ici dans plusieurs techniques, tout entier dédié à la mer, où les notions de vide et de plein n’ont plus de sens et où sous la surface, des êtres étranges comme des pensées s’agitent. L’album offre une superbe plongée dans l’âme tourmentée d’un enfant qui ne l’est plus (enfant) ou qui ne voudrait plus l’être et une bouffée de nostalgie aux adultes : les images sépia imitant de vielles photographies et ressuscitant des lumières jamais oubliées évoquent tous nos étés… à la mer.

Voir une très jolie vidéo et une belle analyse sur le Blog du « petit carré jaune ».

 

Jefferson

Jefferson
Jean-Claude Mourlevat
Gallimard jeuness (folio), 2021

Du vent dans les saules version polar militant

Par Anne-Marie Mercier

La parution d’un roman de Jean-Claude Mourlevat est toujours un événement, tant cet auteur possède un style fluide, une belle langue et excelle dans différents genres. Ici, il travaille le genre policier, proche même du thriller : Jefferson, le héros, un hérisson, découvre le corps de son coiffeur (un blaireau) assassiné et se débrouille si mal avec cette situation qu’il est accusé du meurtre. Il s’enfuit, et avec l’aide de son ami Gilbert (un cochon), il enquête au pays des humains pour trouver les vrais assassins. Filatures, enlèvement, torture même, et suspens fort ancrent le récit dans le genre de façon décidée.

La particularité de ce roman est qu’il mêle des pays aux populations différentes : l’un est celui des animaux, très anthropomorphisé : Jefferson a un pantalon (il fait pipi dedans plusieurs fois d’ailleurs), une maison, des objets, et va chez le coiffeur, par exemple, et il sera question de parapluies… Les animaux ont des activités proches de celles des humains, comme participer à un voyage organisé pour visiter une belle ville et loger à l’hôtel.
C’est justement le moyen que Gilbert trouve pour faire voyager Jefferson incognito, en l’inscrivant avec lui à un voyage qui les emmène visiter la ville où se trouvent les meurtriers. Les épisodes sont très drôles, chacun des participants a un petit (ou gros) travers, une manière de gripper l’organisation ; la patience de la jeune guide humaine est mise un peu à l’épreuve.
Sans en révéler davantage, on signalera aux parents qui feront lire ce livre à leur enfant qu’il risque bien de devenir végétarien après cette lecture. En effet, au-delà des genres du polar et du gentil roman animalier, Jefferson est un roman à thèse qui condamne fortement la consommation de viande et la présente comme un archaïsme dont l’humanité va se défaire peu à peu. Roman prophétique ?

Lou et l’agneau La Famille Dodo

Lou et l’agneau
La Famille Dodo
M.B. Goffstein
Didier jeunesse (« Cligne cligne »), 2019

Petits trésors américains des années 60

Par Anne-Marie Mercier

Ces petits bijoux, joliment traduits en français et publiés dans la collection « Cligne cligne » de Didier qui réédite des chefs d’œuvre oubliés de la littérature de jeunesse, datent l’un de 1966 (Sleepy People) pour l’édition originale, l’autre de 1967 (Brookie and her lamb). Dessin minimal, un simple tracé à l’encre noire sur fond blanc qui esquisse les silhouettes de l’enfant et de son agneau apprivoisé, silhouettes  remplies de gris aquarellé pour la famille Dodo, et histoires minuscules dans un petit format cartonné élégant.

Dans Lou et l’agneau, on présente un agneau à qui une petite fille, Lou (beau jeu de mots évoquant la fable, mais aucune violence ici), a appris à chanter et à lire : mais chaque fois on constate que son seul répertoire est « Bêê, bêê bêê ». N’importe, Lou en est contente et une jolie promenade et des scènes de tendresse le prouvent.

Sleepy People/ La Famille Dodo est plus onirique (forcément) : quatre personnages, dans lesquels on reconnait un père, une mère et deux enfants, vêtus d’une chemise de nuit et d’un bonnet de nuit dorment tout le temps et partout, dans une pantoufle, par exemple. Le récit est proche de comptines évoquant bâillements, étirements, sommeils et chocolats chauds, et s’achève avec la berceuse chantée par maman Dodo, qui endort à coup sûr les bambins.

Les deux livres sont très charmants, une petite bibliothèque idéale pour rire le jour des apprentissages (cet agneau est à l’image de l’enfant qui entre à l’école) et s’endormir au soir.

Rappelons, dans la même collection le très bel album, atemporel lui aussi, de Margaret Wise Brown illustré par Rémy Charlip, Une Chanson pour l’oiseau. Une troupe d’enfants trouve un oiseau mort, s’interroge, et décide de l’enterrer joliment. Ils chantent une petite chanson « comme font les adultes comme quelqu’un meurt » et passent à autre chose. Voir la chronique de François Quet sur lietje.