Ombres

Ombres
Suzy Lee

kaléidoscope, 2010

Eblouissements 

Par Anne-Marie Mercier

ombres.gifAlbum  sans paroles, Ombres propose une lecture sur deux niveaux dans un sens inhabituel : le livre est à lire en travers, la page de gauche en haut, celle de droite en dessous, l’une étant, du moins au début, l’exacte ombre de l’autre. C’est un dispositif assez proche de celui que Suzy Lee avait utilisé pour un précédent album, Miroir (voir la belle chronique de Hiddenplace sur Kirien.com)

Une petite fille allume la lumière dans un grenier bien rangé dans lequel des cartons, un vélo, un aspirateur, projettent leurs ombres sages sur le sol. Le noir et blanc dominent. Puis, très vite, une poussière lumineuse entoure certains objets et leur donne une forme fantastique. L’oiseau fabriqué par les mains de la petite fille s’envole, l’aspirateur fleurit, le vélo devient la lune, la réalité s’efface : la page du haut se vide et celle du bas devient tout un paysage fantastique et héroïque où les histoires s’enchevêtrent, se télescopent… jusqu’à la chute. La technique du papier découpé s’allie à celle du pochoir, des projections, les contrastes de noir d’encre et de jaune soleil sont superbes, comme l’ensemble. Un petit chef d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *