Yukonstyle

Yukonstyle
Sarah Berthiaume

Éditions Théâtrales, 2013

Larger than life

Par Matthieu Freyheit

yukonstyleIls sont nombreux que le Yukon fascine, avec sa devise sur démesure. Ils sont moins nombreux qui trouvent les mots pour le dire, le traduire, dans ses espaces et ses violences. Sarah Berthiaume est de ceux-là, qui avec Yukonstyle donne au média de l’espace qu’est le théâtre de se pencher sur ce personnage-espace qu’est le Yukon. Huis-clos élémental entre le ciel et la terre, Yukonstyle met en scène quatre personnages polarisés par les puissances d’un territoire immense où la vie suit le cours qu’elle peut. Ni plus, ni moins. Yuko, l’émigrée japonaise. Garin, dont la mère disparue est une indienne. Kate, venue de l’autre versant du Canada se perdre – ou perdre quelque chose d’elle – dans le Yukon. Dad’s, père de Garin, malade et porté sur la bouteille. Une pièce courte, aussi fulgurante qu’éphémère, où tout naît et s’achève « dans la nuit cassante du Yukon ».

Théâtre ? Sans doute. Roman ? Peut-être. Poésie ? Certainement ! Yukonstyle a bien des personnages. Des dialogues. Des scènes et des décors, et quelques didascalies. Mais c’est avant tout une belle litanie récitée en hommage au sol auquel l’auteure offre son titre. Théâtre d’images littéraires, la pièce porte en elle les récits de London et de Curwood, les poésies de Robert William Service, tout en trouvant sa propre langue. Anglais québéquicisé ou québécois anglicisé, le langage de Sarah Berthiaume est tout à la fois profond et drôle, tragique et futile et, surtout, surtout, terriblement et désespérément beau. Apte à traduire les colères muettes de Yuko. Les colères aveugles de Garin. Les colères sourdes de Kate. Les colères hallucinées de Dad’s. Apte à traduire les forces en présence, ancestrales : celles du vent et du froid, celles du ciel et de la terre, celles du mystère et du chamanisme.

Une belle manière enfin, pour les enseignants, d’aborder une culture canadienne trop souvent oubliée. Singularités linguistiques, diversités culturelles, richesse du sentiment géographique, fascinations historiques des grands mythes, tout figure en palimpseste dans cette courte pièce où les bisons ne passent pas, mais leurs sabots résonnent.

La pièce a tourné en France au printemps 2013

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *