Un Eté à Montréal

Un Eté à Montréal
Marie-Louise Gay et David Homel
Traduit (anglais) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné
L’école des loisirs (neuf), 2014

L’aventure à deux pas

Par Anne-Marie Mercier

Un Eté à MontréalLe titre est un peu trompeur pour des lecteurs français : il s’agit d’un été où l’on reste chez soi tout en étant à Montréal car le narrateur et son infernal petit frère vivent dans cette ville. Mais l’aventure est bien là, au coin de la rue ou même dans le jardin (où l’on dort sous la tente), à travers les rencontres, les catastrophes naturelles (une énorme inondation, sauvetage par les pompiers, etc. ).

Chaque épisode forme une courte histoire, c’est parfait pour endormir les kids, après les avoir convaincus qu’il n’est pas besoin d’aller loin pour vivre des choses formidables.

Les Rêves rouges

Les Rêves rouges
Jean-François Chabas
Gallimard (Scripto), 2015

Pourquoi les humains aiment-ils les monstres ?

Par Anne-Marie Mercier

« On ne sauvelesrevesrouges pas les gens malgré eux », ces mots clôturent le premier chapitre et l’on croit qu’ils s’appliquent à l’un des personnages, mais tout le roman diffracte ensuite cette affirmation sur chacun d’entre eux. Ce qui commence comme un roman mi sentimental-mi policier avec un zeste de fantastique s’avère être une réflexion sur ce thème de l’impuissance et de la culpabilité, tout en ouvrant une voie vers l’espoir.

Le « Méchant du lac », autrement dit Ogopogo, ou N’ha-a-itk comme le nommaient (et le nomment encore secrètement) les natifs, indiens du Canada, existe-t-il ? Ce monstre aquatique est-il si méchant ? pourquoi semble-t-il vouloir ne se révéler tout d’abord qu’aux deux adolescents qui sont au cœur de cette histoire, le narrateur, Lachlan, indien par sa mère et celle dont il est amoureux, Daffodil, fille aux yeux mauves venue d’Ottawa, qui souffre de trichotillomanie : elle s’arrache littéralement les cheveux. Cela fait d’elle une souffre douleur au collège, notamment pour la bande de petits voyous qui jusque là étaient les amis de Lachlan.

Tous les personnages sont fortement typés : les parents de Daffodil, maniaques eux aussi, mais dans un autre sens, la mère du narrateur, Flower Ikapo, forte femme qui a rompu avec les siens, Edward le pervers, Farren le drogué, un masseur tatoué accompagné de son  fils énorme et simplet, une pseudo-écossaise, une policière abrupte… Et les sentiments de Lachlan explosent comme la chaleur qui écrase les jours et les nuits de la petite ville et de son lac endormi…

Si Lachlan ne sait toujours pas à la fin du roman qui est son père, il en sait pourtant un petit peu plus ; si Daffodil n’est pas guérie de sa manie, on en découvre les raisons ; si les mères de l’une et de l’autre ne sont pas sauvées elles sont sur la bonne voie, quant aux anciens amis de Lachlan, ils lui montrent qu’on ne connaît jamais vraiment les autres : chacun a quelque chose à cacher et le dévoilement, tout en apportant la honte, ouvre une possibilité de libération : c’est ce que fait Ogopogo.

Oui, mais qu’est-ce qu’un rêve rouge? au delà de la symbolique populaire des rêves (« voir rouge », exprimer une frustration ou une passion, la violence…), on peut y voir une référence à la « couleur » de Lachlan et de sa mère, indiens en marge de la société des natifs comme de celle des blancs, mais rattachés au passé par le mythe, et inventant un avenir meilleur à travers lui.

Yukonstyle

Yukonstyle
Sarah Berthiaume

Éditions Théâtrales, 2013

Larger than life

Par Matthieu Freyheit

yukonstyleIls sont nombreux que le Yukon fascine, avec sa devise sur démesure. Ils sont moins nombreux qui trouvent les mots pour le dire, le traduire, dans ses espaces et ses violences. Sarah Berthiaume est de ceux-là, qui avec Yukonstyle donne au média de l’espace qu’est le théâtre de se pencher sur ce personnage-espace qu’est le Yukon. Huis-clos élémental entre le ciel et la terre, Yukonstyle met en scène quatre personnages polarisés par les puissances d’un territoire immense où la vie suit le cours qu’elle peut. Ni plus, ni moins. Yuko, l’émigrée japonaise. Garin, dont la mère disparue est une indienne. Kate, venue de l’autre versant du Canada se perdre – ou perdre quelque chose d’elle – dans le Yukon. Dad’s, père de Garin, malade et porté sur la bouteille. Une pièce courte, aussi fulgurante qu’éphémère, où tout naît et s’achève « dans la nuit cassante du Yukon ».

Théâtre ? Sans doute. Roman ? Peut-être. Poésie ? Certainement ! Yukonstyle a bien des personnages. Des dialogues. Des scènes et des décors, et quelques didascalies. Mais c’est avant tout une belle litanie récitée en hommage au sol auquel l’auteure offre son titre. Théâtre d’images littéraires, la pièce porte en elle les récits de London et de Curwood, les poésies de Robert William Service, tout en trouvant sa propre langue. Anglais québéquicisé ou québécois anglicisé, le langage de Sarah Berthiaume est tout à la fois profond et drôle, tragique et futile et, surtout, surtout, terriblement et désespérément beau. Apte à traduire les colères muettes de Yuko. Les colères aveugles de Garin. Les colères sourdes de Kate. Les colères hallucinées de Dad’s. Apte à traduire les forces en présence, ancestrales : celles du vent et du froid, celles du ciel et de la terre, celles du mystère et du chamanisme.

Une belle manière enfin, pour les enseignants, d’aborder une culture canadienne trop souvent oubliée. Singularités linguistiques, diversités culturelles, richesse du sentiment géographique, fascinations historiques des grands mythes, tout figure en palimpseste dans cette courte pièce où les bisons ne passent pas, mais leurs sabots résonnent.

La pièce a tourné en France au printemps 2013