Blaise et le Kontrôleur de Kastatroffe

Blaise et le Kontrôleur de Kastatroffe
Claude Ponti
L’école des loisirs, 2014

Pour faire le portrait d’une Mèzon

Par Anne-Marie Mercier

Quel curieux chBlaise et le Kontrôleuroix de couverture ! A la voir, et à lire le titre, en faisant abstraction du très grand format, on croirait se trouver devant une classique histoire de Blaise dans laquelle il joue un rôle de premier plan dans un espace abstrait et relativement vide. On est ici plus proche de Blaise et le château d’Anne Hiversère (2004) à la couverture saturée de poussins et de couleurs.

La catastrophe initiale est vite évoquée, peu dramatisée : un orage a détruit la maison des poussins. Le monstre qui surgit à ce moment peut être à l’image (du moins pour les adultponti_BlaiseAnneHiversèrees) de ces assureurs qui demandent une quantité de documents divers et font de la demande d’indemnisation un long chemin semé d’embûches… Mais pour les enfants, c’est plus simple et ce monstre ne jouera sans doute pas un grand rôle. Il suffit pour lancer les poussins dans une quête absurde mais qui leur fait voir le monde et trouver le moyen (jouissif et gullivérien) qui permettra de détruire le monstre à la fin.

L’intérêt est ailleurs : le trajet est fait de doubles pages variées et foisonnantes. On y retrouve tous les poussins, dont Blaise (sauf lorsqu’il perd son masque !), et on peut jouer à retrouver celui qui a un casque sur les oreilles, celui qui lit, celui qui sourit, celui qui fait des grimaces, le poussin-champignon… Il y a un grand nombre de jeux dans cet album, proposés explicitement aux poussins, (un jeu de Memory par exemple) ou implicites (jeu des six erreurs pour comparer les pages de début et de fin).

Chaque étape propose un nouvel univers : celui des arbres, de la nourriture, des champignons, de l’eau, des livres… Les poussins les parcourent à pied, en avion, sur un fil ; ils parcourent un tunnel qui fait le lien de page en page, « le tunnel qui va dans la page suivante ». Ils se perdent, jouent, s’effraient – ou ne s’effraient pas assez. Tout cela permet de reconstruire la maison à la fin, une maison faite de tous les éléments agréables rencontrés dans les différents lieux. La « Mézon », thème cher à Claude Ponti trouve ici un développement particulièrement intéressant, vital et jouissif : rien à voir avec le fait de peigner la girafe – même si une maison digne de ce nom devrait pouvoir abriter aussi bien des girafes que de nombreux poussins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *