L’Étrange cas Origami Yoda

L’Étrange cas Origami Yoda
Tom Angleberger
Traduit (Etats-Unis) par Nathalie Zimmermann
Seuil, 2012

« Lire ce livre tu dois » : « Trop drôle il est »

Par Anne-Marie Mercier

J’avais beaucoup ri en lisant le troisième volume de cette L’Étrange cas d’Origami Yodasérie, et c’est vrai aussi pour le premier : les propos inscrits en quatrième de couverture ne mentent pas.

Cela n’exclut pas, comme dans le premier, une part de gravité. Dennis, le collégien qui répond aux questions que se posent ses camarades de collège, garçons et filles, en faisant parler un origami imitant la forme du Yoda de Star wars, est « bizarre », limite idiot, sauf en maths. Il pourrait même être qualifié d’asocial (ou autiste ?) s’il n’avait pas sa bande d’amis. Tout en reconnaissant qu’il dit parfois des choses étranges, mange très salement, est imprévisible et inquiétant, fait toujours des choix catastrophiques (contrairement à son Yoda), ils le protègent – ce qui n’exclut pas des moments de faiblesse et même de trahison – et sont fascinés.

La polyphonie du volume est aussi intéressante : l’ouvrage est présenté comme une enquête menée par l’un d’eux, Tommy, recourant à des faits, des témoignages, des contre expertises (ainsi, Harvey, qui ne « croit » pas au Yoda, commente chaque épisode). Il s’agit de savoir si le Yoda de Dennis a un réel pouvoir de divination et de sagesse (s’il « existe ») ou si ce n’est qu’une boulette de papier. Chaque chapitre présente un événement raconté par un personnage différent, celui qui a posé la question à Yoda dont traite le chapitre. Les questions autant que les réponses sont très cocasses et à la fin tout lecteur en Yoda « croire ne peut que » (oui, la voix qui fait parler Yoda imite sa syntaxe).

Que la force avec vous soit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.