Histoire en morceaux

Histoire en morceaux
Almuneda Pano
Versant Sud 2021

Tout est toujours à recoller du monde

Par Michel Driol

Malgré l’interdiction, la narratrice joue au foot dans la maison et casse le vase préféré de sa mère. Cette dernière console sa fille, et lui indique qu’elles vont le recoller toutes les deux. Et c’est comme si les dessins du vase racontaient une histoire, qui conduit la fillette à se demander si tout ne raconte pas une histoire…

Le schéma est bien connu : ce sont les conséquences d’une transgression des règles que raconte cet album.  Avec subtilité, il évoque les conséquences psychologiques de cet acte, la peine ressentie par la fillette, plus troublée d’avoir fait involontairement du mal à sa mère que par le fait d’avoir cassé le vase, sa crainte, sa culpabilité, et la mère, qui montre une réelle affection pour sa fille, en la consolant. Pas de colère, pas de cris, pas de remontrances. Il convient désormais d’aller de l’avant, de réparer ce qui peut l’être, comme une belle leçon de vie. Il s’agit d’accepter les accidents de parcours, qui font partie de la vie, et inscrivent l’histoire dans les objets. Car c’est peut-être cette deuxième lecture qui est aussi intéressante que la première. Dès le titre, histoire en morceaux, il est question de récit, de récit fragmentaire, qui reste à recomposer. Ce nouveau récit que raconte le vase, fruit d’une nouvelle histoire, la sienne et celle des personnages de l’histoire, n’est-il pas à l’image des multiples récits embryonnaires que peut raconter le chemin de l’école ? En d’autres termes, tout n’est-il pas signe, signe d’une histoire à écouter, à déchiffrer, à se raconter, comme ces hirondelles de la dernière page qui annoncent le printemps ? L’album s’inscrit dans une temporalité qui va de l’hiver au printemps, montrée avec subtilité par les illustrations représentant le jardin et les plantes, comme signes d’une histoire de renaissance. En double page, les illustrations presque minimalistes, disent le désarroi de la fillette, le caractère très zen de la mère, et font se succéder, de manière très significative, les morceaux du vase avec les poses de la fillette, elle aussi en morceaux.

Un album touchant qui dit la nécessité de voir les choses sous un autre angle, de tenter de reconstruire le monde à partir de tous les fragments qu’on peut en percevoir.

 

Les recettes du chef, Histoires des Jean-Quelque-Chose

Les recettes du chef, histoires de Jean-Quelque-Chose,
Jean-Philippe Arrou-Vignod, François Avril (Ill)
Gallimard jeunesse, 2022

 

Histoires drôles et recettes pour les écrire

 

Maryse Vuillermet

 

 

 

Ce petit livre repose sur une idée très originale : c’est l’histoire des Jean-Quelque Chose, six enfants qui s’appellent tous Jean. Les parents, pour simplifier, les appellent Jean-A, Jean-B, etc. Le narrateur est Jean-B, il nous raconte qu’à Cherbourg, l’année de son CM2, le maître lui a confié qu’un Grand Prix de l’écrivain en herbe allait se dérouler et qu’ayant remarqué ses talents en écriture, il lui conseillait d’y participer.   Avec l’aide de son père qui lui a montré comment utiliser une machine à écrire, Jean-B a réussi à raconter son histoire et à gagner le concours.

Mais le plus difficile pour lui a été de « vivre le succès », car il s’était inspiré de sa propre famille et ne l’avait pas présentée sous son meilleur jour. Grâce à l’humour et aux dialogues, son histoire a finalement convaincu ses frères et ses parents de son talent et tous ont été flattés d’être devenus des héros de fiction. Jean-B continue à nous raconter sa vie, les dimanches au restaurant, la visite chez le coiffeur, chez le dentiste, c’est drôle et enlevé.

A la fin de chaque chapitre, on trouve une rubrique A toi de raconter ! Ecris la suite de cette histoire ! Les frères Jean-B se lancent dans la construction d’un bonhomme de neige géant, forcément, ça dégénère. Ou bien En t’inspirant du chapitre que tu viens de lire, raconte une visite que tu as faite chez le dentiste, ta mission faire rire le lecteur !

Ces rubriques A toi de raconter ! sont suivies d’une rubrique Les conseils de Jean-B  où de façon très pragmatique et en même temps très professionnelle, Jean-B explique aux jeunes écrivains les ficelles de l’écriture, par exemple, « Quand tu écris un dialogue, utilise ses petits tic de langage, ils aident à identifier le personnage qui parle et il dévoile un peu de son caractère et puis la répétition forme comme un refrain que le lecteur aura plaisir à retrouver, monsieur Martel qui est sévère mais juste appelle ça le comique de répétition. » ou bien « pas facile de raconter une histoire, même une histoire qui nous est arrivée sans se perdre dans les détails, le mieux, c’est de faire un plan, commence par séparer les principaux moments de ton histoire, tu peux même leur donner un titre, comme s’il s’agissait de chapitres différents. »

On a donc dans le même livre, une suite d’histoires truculentes de Jean-B, une série de consignes d’écriture qui permettent à un écrivain en herbe de se lancer dans le récit avec ses propres aventures, ses propres anecdotes et une série de conseils d’écrivain à un autre écrivain.  Ajoutées à cela, des illustrations de François Avril aussi drôles que le texte, et vous obtenez un délicieux et inclassable petit livre.

Dans la cité électrique, tome 1 : Le Cercle des Veilleurs

Dans la cité électrique, tome 1 : Le Cercle des Veilleurs
Sarah Andrès
Gallimard jeunesse, 2022

Ombres du XIXe siècle

Par Anne-Marie Mercier

Londres, 1899: deux orphelins sont éduqués dans un pensionnat anglais assez chic. Qui paye leur pension ? comment sont morts leurs parents ? Pourquoi semblent-ils n’avoir aucune famille ? Voilà les questions que se pose sans cesse Oscar, 12 ans, premiers mystères. Puis s’ajoute le sens de l’invitation reçue par Oscar, qui lui demande de passer à travers un miroir, sans préciser lequel, à une date et une heure données de façon très précise. Puis les relations entre le Londres qu’ils connaissent et ce Londinium dans lequel ils débarquent, noirci par les cheminées d’une révolution industrielle agressive et marquées, encore plus que celle que l’on connait par l’injustice.
Les enquêtes se succèdent, les révélations aussi, à un rythme endiablé. Les bêtises de la petite sœur d’Oscar se succèdent aussi, de façon un peu lassante pour le lecteur adulte, de même que les réactions de la fillette qui les accompagne, tout aussi prévisibles que des formules toute faites. Mais les jeunes lecteurs, d’abord attirés par une très belle couverture noire et or, y trouveront sans doute matière à rêver car les scènes où l’électricité entre en jeux sont… éblouissantes.

Je suis un personnage

Je suis un personnage
Lionel le Néouanic
Rouergue, 2021

Explosion de personnages

Par Anne-Marie Mercier

Qu’est-ce qu’un personnage ? Lionel le Néouanic que l’on connait surtout pour ses grands albums colorés publie ici un livre hybride, en noir et blanc, où l’interrogation sur toutes les formes de narration et sur le livre accompagnent des entrées dans de multiples domaines : « l’ennui », « l’absent », « l’étourdi », « zéro », « poignée de porte »… sont autant de personnages à observer sous toutes leurs faces, si l’on peut dire, aussi bien que le « bonhomme bâton ».

Voici « Absent » : « Alors lui, inutile de l’attendre, il ne viendra pas.
C’est le problème avec ce personnage : il n’est jamais où on l’attend […] ».

Chaque page ou double page est à déguster entre poésie et philosophie, l’image assaisonnant joliment le texte et jouant souvent avec les classiques de la littérature de jeunesse.
Par exemple dans « Vie antérieure » qui présente un saucisson surmonté d’une bulle d’imaginaire représentant un cochon bondissant vêtu d’une casquette et d’une salopette et tenant dans une main une truelle (on aura reconnu le cochon bâtisseur des Trois Petits Cochons) :

« Dans sa vie antérieure, à ce qu’on dit,
Saucisson était malin et débrouillard ;
Plein de vie et d’énergie.
À ce qu’on dit ».

C’est drôle, parfois poétique, toujours surprenant, avec des dessins décapants au fusain qui rendent l’ensemble encore un peu plus explosif !

La Brigade du buzz

La Brigade du buzz
Alex Cousseau, Charles Dutertre
Rouergue, 2021

Du Buzz rien que pour le fun !

par Anne-Marie Mercier

Après avoir fondé la Brigade du silence, voici que les habitants de la vieille chaussure (oncle Jo, Papa Tom, Maman Bou, et sergent Pok) accueillent chez eux l’intrépide et pétillante Lizzie qui leur propose de sortir de leur réserve : il s’agit de « faire le Buzz », d’abord en silence (on ne se refait pas tout de suite), puis plus bruyamment. Mais comment faire quand on est minuscule et qu’on ne dispose pas de réseau social ? un petit mot et des fleurs dans les boites aux lettres, une pluie de culottes et de chaussettes dérobées lancés en « feux d’artifesse » dans un jardin public, l’envol d’un étrange objet en forme de caca volant, un débarquement dans une école pour mettre l’imagination au pouvoir, voilà les stratégies engagées pour cette jolie révolution. Enfin une invitation est lancée aux lecteurs pour qu’ils rejoignent le mouvement de la gaieté collective, gratuite et innocente.

Futile ? sans doute, mais joyeusement, avec un petit détour scatologique qui amusera les enfants à coup sûr, mais qui s’affirme comme provisoire, et une belle effervescence à toutes les pages, tant dans le texte que dans l’image, fourmillante de détails.
Il y a aussi du sérieux dans cette mise en scène du buzz. Le buzz est un Graal qui fait courir bien des gens, jeunes et moins jeunes : ce phénomène peut faire gagner beaucoup d’agent, il peut détruire une carrière ou la lancer, tuer parfois quand il s’associe au harcèlement, alors qu’il n’est que du vent. La joyeuse bande montre l’inanité de tout cela, son caractère éphémère et plaide pour un buzz ramené à sa juste dimension, qui soit gai, « sans faire de bruit, sans se moquer, en rigolant, en évitant pipi caca et caetera ».

La Maison Chapelier

La Maison Chapelier
Tamzin Merchant, Paula Escobar (ill.)
Traduit (anglais) par Marie Leymarie
Gallimard jeunesse, 2021

Chapeliers et autres fous, fous, fous

Par Anne-Marie Mercier

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Quel joli roman d’aventures, de magie, et peut-être d’amour dans le prochain tome, dans un cadre médiéval d’opérette ! Une héroïne sympathique et un peu maladroite, un ami empoté, un autre qui s’avère un peu trop habile, des querelles familiales sont les épices de quêtes à n’en plus finir. La première, que Cordelia doit mettre en veille bien contre son gré, c’est la quête du père (grand classique) que l’on suppose mort dans un naufrage et qu’elle pense vivant. La deuxième c’est la tentative pour réaliser un chapeau magique malgré tous les obstacles et l’empêchement des membres qualifiés de sa famille. Il s’agit de composer un chapeau de paix afin d’éviter la guerre : le roi doit rencontrer le roi Louis (caricature de français) et il a demandé aux familles d’artisans du royaume de fabriquer les pièces de vêtements qui par leur pouvoir lui donneront la victoire diplomatique. Mais le roi est subitement devenu fou. Sa fille la princesse le remplace. Mais les membres des familles d’artisans sont arrêtés et jetés en prison, accusés de trahison… Dans cette nouvelle quête, Cordélia et ses amis œuvrent pour les faire libérer, les disculper et neutraliser la personne mystérieuse qui est derrière toutes ces manigances. Enfin, il reste la question de la mésentente entre les artisans et de la disparition d’une famille d’artisan maudite, avec des perspectives de réconciliation.

Courses-poursuites, travail hasardeux d’apprentis sorciers, coups de théâtre, tout est là pour maintenir l’attention du lecteur. Et des petits airs d’Alice au pays des merveilles agrémentent le tout, tandis qu’un acteur joue Shakespeare à sa façon, sous un chapeau un peu bancal créé par Cordélia (nom d’une héroïne Shakespearienne qui a beaucoup aimé son papa).

Le Petit livre des jeux farfelus

Le Petit Livre des jeux farfelus
Noémie Tagan, Elyn
Helvetiq, 2021

« 52 jeux, 0 écran »

Par Anne-Marie Mercier

« 52 jeux, 0 écrans et 0 ennui », voilà le sous-titre prometteur de ce livre précieux et astucieux. Il s’agit de proposer des jeux simples pour des enfants, à l’intérieur, en voiture (surtout en voiture !) ou en extérieur. Il y a même une catégorie « en solo », indispensable, en effet. Ils sont classés ainsi selon la table des matières et c’est bien utile.
Quant au matériel requis, il est très simple : tantôt une ficelle (en prévoir beaucoup si on fait les 52 jeux !), un caillou, un bouchon, un crayon, des ciseaux, un gobelet… et même parfois un smartphone, preuve que tout peut servir – le zéro écran est limité à quelques exemples de cet usage sans connexion.
Enfin, la grande qualité de cet ouvrage est sa clarté et sa lisibilité. Si vous avez fait l’expérience de devoir trouver comment jouer à un jeu inconnu avec une règle obscure, ici tout est facile : si le texte en page de gauche est parfois un peu elliptique, une bande dessinée sur la page de droite montre des joueurs en action et éclaircit parfaitement toutes les questions. Cela permet aussi de laisser le livre entre les mains des jeunes joueurs afin qu’ils puissent tester eux-mêmes les jeux qui les attireraient ; comme tous les personnages ont l’air de s’amuser follement, on peut supposer que beaucoup les tenteront : le « zéro ennui » dépendra donc de leur choix.
Enfin, reste l’essentiel, le jeu lui-même. Certains semblent devoir avoir un succès garanti, d’autres demanderont aux joueurs un esprit coopératif, ou un tri pour trouver celui qui sera au bon niveau selon l’âge des joueurs, pas trop facile (il y en a) ni trop difficile. Ils sont divers mais assez proches dans leur esprit et la proposition finale, qui consiste à inventer un autre jeu en est facilitée.
Chaque page de présentation d’un jeu présente un symbole permettant de placer celui-ci dans un type de comportement : compétitif, coopératif, en équipe… On voit que les auteurs ont travaillé la question théorique du jeu, souvent rattachée à la typologie de Roger Caillois, (1955) qui classe les jeux selon qu’ils sont orientés par l’agon, l’alea, la mimicry et l’ilinx, les trois premiers (combat, hasard, pantomime) étant les plus courants. S’interroger sur la nature du jeu proposé à des enfants est indispensable quand on s’intéresse à l’éducation. Rappelons que Christian Bruel a publié un ouvrage sur le jeu (Jeu et réalité. Jouer pour changer, Le sourire qui mord, 1984, avec Bertrand Legendre), mettant en cause la place excessive de la compétition et de l’affrontement dans la plupart des pratiques.
Enfin, une catégorie supplémentaire permettra de tenir compte des capacités des enfants (ou, pour ceux qui considèrent que le jeu doit faire progresser, de les développer) : rapidité, précision, force, habileté, souffle, observation, discrétion… et bien d’autres.

A vos marques !

 

 

Le transsibérien, départ immédiat pour l’autre bout du monde

 Le transsibérien, départ immédiat pour l’autre bout du monde
Alexandra Litvina, Anna Desnistskaïa
Rue du monde, 2022,

 

 Un voyage pour rêver et apprendre

 Maryse Vuillermet

 

 

Difficile de rendre compte de ce beau livre dans le contexte actuel mais essayons!

Cet immense album est une invitation à découvrir le Transsibérien, ce train mythique, cette ligne créée en 1916 qui parcourt 9288 km, 140 gares de Moscou à Vladivostok.  On pense à Cendrars, à Sylvain Tesson et on rêve.

L’originalité de cet album et dû à plusieurs choix :

–– le parti pris d’un voyage en famille, ce sont des adultes et des enfants qui se retrouvent dans les wagons et les lits à étage, jouent aux cartes, regardent par la fenêtre, organisent les repas…

––le côté guide pratique, comment réserver, se préparer, quoi emporter, etc. etc.

–– les dessins de Anna Desnistskaïa pleins de vie, souvent drôle, mais également précis, dans les croquis de bâtiments, d’animaux, de plantes…  et extrêmement pédagogiques

–– les témoignages des enfants rencontrés tout au long du trajet et qui donnent une idée de la Russie d’aujourd’hui

–– les nombreuses informations dans tous les domaines, géographiques bien sûr mais aussi historiques, architecturaux, culinaires.

Ce livre est une véritable mine d’informations, une encyclopédie sur rail, un livre-événement sorti dans un contexte très malheureux pour les auteurs et pour tous.

 

Mes Comptines, 1, 2, 3 Mes Berceuses jazz

Mes Comptines, 1, 2, 3

Mes Berceuses jazz
Elsa Fouquier
Gallimard jeunesse (Mes imagiers sonores), 2021

Musique et gestes pour les petits

Par Anne-Marie Mercier

Ces deux nouveautés d’une collection qui plait beaucoup aux enfants, proche de la collection de Didier, propose l’un certains grands classiques de la culture d’enfance, l’autre des titres moins connus de ce public. Les deux livres sont des rééditions de 2016 et 2017.
Les comptines rassemblent, entre autres, « un petit pouce qui danse », « quand trois poules vont aux champs », « un petit cochon pendu au plafond », tous très présents dans le répertoire des crèches et écoles maternelles. Les chansons sont interprétées par des enfants, accompagnés de façon simple (guitare, banjo, xylophone…).
Les berceuses rassemblent des voix d’artistes connus : Ella Fitzgerald, Bing Crosby, Sarah Vaughan, Billie Holiday, Ann Richards et des berceuses célèbres, bien sûr toutes en anglais.
Selon le principe de ces collections, une pastille facilement repérable permet d’actionner le son ; les livres sont en carton fort, conçus pour résister à de nombreuses manipulations.

 

 

 

 

 

Collection Mon petit livre sonore

Non, pas le docteur !

Non, pas le docteur !
Stéphanie Blake
L’école des loisirs, 2021

Héros plâtré

Par Anne-Marie Mercier

La saison du ski battant son plein, voilà un album qui permettra aux malchanceux évacués vers l’hôpital de se rassurer sur ce qui les attend…
Simon le petit lapin bien connu de Stéphanie Blake, se casse le bras en jouant au foot à l’école. En attendant d’être pris en charge, il est terrorisé par les histoires que ses copains de récréation ont le temps de lui raconter sur leurs aventures du même type. Il part aux urgences, accompagné par sa mère.
Le docteur est sympathique, sait trouver les mots pour rassurer son petit patient et Simon rentre chez lui avec un beau plâtre et l’assurance que son bras va se réparer tout seul. Ajoutons aussi qu’il y gagne une grande fierté pour avoir été déclaré courageux.
On retrouve avec plaisir les illustrations aux couleurs vives, le ton humoristique, et une jolie planche dédiée à l’hôpital et aux radios. On a connu Stéphanie Blake plus originale et plus inspirée, mais le sujet ne manque pas d’utilité.