Confinement 3

Un rendez-vous avec les éditions Saltimbanque
« pour maintenir le contact, s’amuser, réfléchir, apprendre, comprendre et continuer de jouer en ces temps… confinés, nous vous proposons des rendez-vous thématiques pour les enfants, tous les jours à 10h30 sur la page Facebook des éditions Saltimbanque. Il y en aura pour tous les âges et tous les goûts ! »

Voici le programme :

Le lundi : une énigme de Victor Escandell pour se creuser les méninges seul ou en famille.
Le mardi : les sciences ! Des mystères de l’univers aux fonds abyssaux, en passant par le corps humain. Pour apprendre et s’étonner des mystères de la nature.
Le mercredi : place à la créativité et l’imagination ! Poésie, dessin… à vos crayons !
Le jeudi : Histoire et Mythologie pour voyager dans le temps.
Le vendredi : les animaux ! Géants de l’âge de glace, primates ou mammifères océaniques, découvrons les merveilles du règne animal !
Le samedi : voyage et géographie !

Le dimanche : c’est relâche ! Jeux et coloriages, on s’amuse !

confinement 2

Confinement (2)

Claude Ponti au secours des enfants confinés: jeux, découpages, etc.

Message de Claude Ponti : des petites activités chez mon préféré éditeur:
https://www.ecoledesloisirs.fr/un-jour-avec-claude-ponti

(Merci, Claude Ponti!)

 

 

 

Fictions pour ados, bandes dessinées, littérature : beaucoup de choses à lire pendant le confinement, sélection sur le site de France inter
Les librairies sont fermées, mais lire reste possible. Editeurs, auteurs, plateformes proposent diverses solutions. Parmi les bandes dessinées, les nouvelles, les essais, on a repéré les offres les plus intéressantes: Boule et Bill, Pico Bogue, un XIII de Van Hamme, et même un Blake et Mortimer, La marque jaune, à feuilleter gratuitement, textes à télécharger chez Zulma, Classiques libres de droits…

Où trouver les livres ?

Où trouver les livres  (France info) ?
sans passer par Amazone et la Fnac (qui livrent encore) : Il reste lalibrairie.com toujours opérationnelle pour commander et recevoir des livres en provenance de librairies indépendantes.

La vente de livres en version numérique est néanmoins toujours possible sur les plateformes habituelles.
Tous les livres entrés dans le domaine public sont disponibles gratuitement en version numérique. Ils sont téléchargeables sur des plateformes telles que EbooksBibebook, Kindle (Amazon), ou encore la plateforme Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

La plateforme Youboox « pour participer à l’effort national », a décidé de passer son abonnement de 9,99€ à 0,99€ mois pendant 3 mois et propose des sélections de livres pour les enfants et les ados. 

De nombreux sites sont recensés ici, sur la page de la documentation de Toulouse.

On peut aussi expérimenter les livres audio, à retrouver sur les plateformes de vente en ligne classiques, ou sur des sites spécialisés, comme AudiocitéBibliboom ou encore Litteratureaudio.com.

Confinement

Confinement : Pour vivre au mieux ces « vacances insupportables »
(Albert Camus, « La Peste », 1947)

Nous recevons de nombreux messages qui proposent des activités pour les enfants et vous en ferons profiter régulièrement à travers le blog de Lietje.
Vous les retrouverez facilement sur la page « actualités » de  lietje

Une activité par jour avec vos enfants proposée par les éditions Bayard pour les 0-3 Ans, les 3-10 ans, les 7-11 ans, de l’anglais, etc.
une sélection de podcast pour eux (France Inter)
des révisions sur France culture
de la poésie à la maison (Bruno Doucey)
Tintin en podcast

et, pour les grands
Des formations en littérature de jeunesse (et d’autres sujets, cours délivrés par l’enseignement supérieur)
De la littérature de contagion à écouter (et peut-être lire) sur France Culture
une sélection intéressante, culture, danse, ciné, opéra, littérature, etc sous e titre: « Pendant que les enfants dorment, 15 activités sympas pour les parents »

et puis : Canal+, OCS, Teams… voici toutes les chaînes et services gratuits pendant le confinement

 

epidemie

Petit rappel pour les amateurs de littérature de jeunesse : la série des U4 mettait en scène sur quatre tomes des héros et héroïnes (2+2) de 4 régions différentes (Paris, Lyon, Marseille, Bretagne) dans un contexte d’épidémie mondiale tragique : tous les plus de 18 ans ou presque ayant été touchés par un virus.
Voir les chroniques sur lietje :

Bonnes lectures !

La Disparition de Sam

La Disparition de Sam
Edward van de Vendel

Traduit du néerlandais par Maurice Lomré
L’école des loisirs, 2020 (2012)

Sam, animal singulier

Par Matthieu Freyheit

Parmi les couples enfant-animal, celui qui associe un enfant et un chien n’est certes pas le plus original. Mais enfin : on sait que l’originalité n’est pas tout (ne faisons pas comme s’il n’y avait pas de bonnes et de mauvaises originalités, écrivait Anatole France). Le couple formé par Kix (l’enfant) et Sam (le chien) s’ajoute donc à celui formé par Belle et Sébastien, Boule et Bill, etc., mais c’est ici le chien qui est mis en avant par le titre, comme il l’était déjà dans le premier volume : Le Choix de Sam, publié déjà à L’école des loisirs en 2016. La lecture du premier volume n’est cependant pas obligatoire (le plaisir la recommande), l’auteur reprenant habilement, et en quelques lignes, les événements majeurs de cette première aventure : Sam, un gros et bon chien blanc caractérisé par un « goût du mystère », a choisi le jeune Kix pour ami et pour famille.

Mais si Kix a souvent le sentiment de comprendre Sam, celui-ci conserve une part de mystère, laquelle se traduit par des disparitions momentanées. Un jour cependant, la disparition se prolonge : Kix ne se résout pas toutefois à l’idée d’avoir perdu son chien et fait tout pour le retrouver. Il est vrai, là encore, que l’histoire ne se singularise pas par son originalité. Elle ressemble, un peu, à ces récits que l’Internet aime à voir circuler de chiens qui disparaissent et retrouvent leurs maîtres, réalisant ce que nous aimons à présenter comme des prouesses. Et pour cause, l’auteur rappelle que son récit est tiré d’une histoire vraie arrivée à la famille de son propre frère (photo de Sam à l’appui !).

La vraie réussite tient cependant dans la capacité à faire du chien Sam un vrai personnage, doté d’une épaisseur assez singulière, et renforcée notamment par la mise en perspective d’une intériorité qui n’est jamais présentée comme effective mais toujours interrogée par des humains désireux de percer le mystère de l’« animal singulier », selon le titre d’un très bel essai de Dominique Lestel. Ainsi le départ de Sam rappelle-t-il, comme le formule Lestel, que « toute ‟initiative” de l’animal s’apparente à une ‟rupture” dans la relation avec l’humain » (p. 29). Une rupture que Kix n’accepte pas et qui, dans ce qu’elle soulève alors d’émotions (la crainte pour l’autre, l’affection physique, l’amour du lien qui se noue), n’est pas sans évoquer cette « domestication mutuelle » théorisée, là encore, par Lestel (p. 53). C’est donc l’expérience de la domestication de soi par l’affection à l’autre que fait Kix, comme celle d’une préparation à l’issue nécessaire de la relation tissée entre deux espèces aux temporalités différentes : en effet, Sam vieillit, comme en atteste son comportement. Ainsi Kix comprend-il que cette domestication mutuelle l’oblige, d’une façon presque éthique, et lui offre l’occasion d’une responsabilité qui non seulement est désormais de son âge mais qui, de surcroît, le grandit : le soin d’offrir à l’autre, par sa jeunesse vigoureuse, une vieillesse heureuse.

Un récit simple et beau, auquel s’ajoutent les illustrations de Philip Hopman qui réalise, pour l’occasion, une couverture vraiment très réussie.

Les Funambules

Les Funambules
Corinne Boutry –Daria Petrilli
Motus 2019

Par-delà le mur…

Par Michel Driol

Swan et Mia habitent dans deux tours. Un matin, un mur se dresse entre leurs deux tours. Alors Swan écrit une lettre en forme d’oiseau qui parvient à passer de l’autre côté, et Mia lui répond. Les deux enfants s’envolent et se retrouvent aux antipodes.  Mais ce n’était qu’un rêve.  Swan une poignée de sable qui dessine un pont par-dessus les barbelés. Et comme deux funambules les deux enfants se lancent sur le pont.

Dans cet album poétique, les deux auteures abordent le thème des murs qui surgissent et séparent, de façon inexplicable, et inexpliquée. Un album tout en finesse, qui montre d’abord la rencontre du regard des deux enfants, l’un contemplant les passants, l’autre le ciel… comme s’il suffisait de changer un peu le point de vue pour se rencontrer. Mais comment relier ce que les hommes, sans aucune raison, ont séparé  pour toujours ? Par le pouvoir des mots, des rêves, de l’imaginaire, en faisant confiance à l’enfance pour transfigurer la réalité.  Un album qui dit l’espoir d’un monde meilleur, où  ceux qui sont séparés pourront se retrouver. Les illustrations de Daria Petrilli s’ancrent à la fois dans un réalisme sordide et anxiogène – le mur lépreux, couronné de barbelé – et entrainent dans un surréalisme à forte connotation poétique – les oiseaux origamis, les enfants qui volent. Les couleurs – plutôt froides et sombres : gris, sépia – disent un monde où même le bleu du ciel n’a rien d’éclatant. En revanche, de magnifiques portraits d’enfants, partagés entre tristesse et joie, proposent leur vision d’un monde qui ne pourra pas toujours être ainsi, et dons lequel les frontières artificielles devront être abolies

Trente ans après la chute du mur de Berlin, de façon métaphorique, l’album parle de ces murs qui se multiplient un peu partout, du sud des Etats-Unis à la frontière entre Israël et la Palestine, de Calais à l’Italie, sans rien nommer, comme pour dire l’absurde de ces situations et la nécessité de l’amour ou de l’amitié. Un album utile pour sensibiliser les enfants au danger du repli sur soi, pour les inviter à se jouer de l’oppression et à vouloir défendre leur liberté de se rencontrer pour communiquer et vivre ensemble.

L’on avait beaucoup apprécié le travail de Daria Petrilli dans l’album Demain les rêves

 

 

L’École des mini-garous

L’École des mini-garous
Julien Hervieux, Juliette Lagrange
Poulpe (« mini poulpe »), 2019

Des cancres garous pour sauver le monde

Par Anne-Marie Mercier

Variation drôle sur le thème des loups garous, ce mini roman illustré ne craint aucune fantaisie et propose des garous de toute sorte : garous chat, garou poussin et même garou poulpe ! Nos trois petits héros, risée de leur école, n’ont pas été « mordus » par un loup mais par l’animal dont ils ont pris la forme, ce qui leur donne bien du tracas : ils sont en effet peu aptes à terroriser leur entourage, et profitent peu des leçons qu’on leur donne dans ce domaine à l’école des garous.
Pour faire leurs preuves, mais aussi satisfaire leur curiosité, ils vont tenter de surprendre le terrifiant directeur et fondateur de leur école pour savoir quelle métamorphose est la sienne… surprise garantie ! et dénouement à la gloire des petits et des faibles qui renversent l’ordre des choses.

Dans ma couverture

Dans ma couverture
Baptistine Mésange
Dyozol, 2019

Doudou doux

Par Anne-Marie Mercier

La couverture doudou est l’héroïne de bien des histoires, qu’elle soit perdue / retrouvée, subtilisée pour un lavage, ou qu’elle offre à l’enfant tout un voyage (voir L’édredon d’Ann Jonas). Ici, c’est celle d’un tout petit qui n’a pas encore l’usage des mots. Ce petit album carré, cartonné, aux coins arrondis, les lui offre en déclinant aussi les utilisations possibles de cet objet de douceur : dormir, s’y enrouler, se glisser dessous, avancer sur le ventre, marcher ? se lever ? pousser des cris… Chaque situation met en regard un animal, faisant de ce parcours sensible un imagier.
Les illustrations, sur fond blanc, sont tout en douceur, avec plus de piquant et de contraste sur la page de droite consacrée aux animaux, tandis qu’à gauche l’enfant est juste crayonné sous le tissu coloré, dans toutes ses postures. Grandir, jouer, sentir, être aimé, jouer, une belle liste de plaisirs en petit format.