Retrouve-moi !

Retrouve-moi !
Anthony Browne
Kaléidoscope, 2017

Dans la forêt… toujours profonde

Par Anne-Marie Mercier

Deux enfants qui s’ennuient depuis que leur chien a disparu vont jouer à cache-cache dans la forêt… Le petit garçon est trop bien caché, sa sœur ne le trouve pas ; il s’inquiète, elle panique ; le chien réapparaît et tous rentrent, contents, dans leur maison. L’argument serait bien faible s’il ne s’agissait que de cela.
Anthony Browne propose aux lecteurs un parcours dans lequel une inquiétude, légère au début, augmente page après page. En utilisant le procédé d’inscription dans le paysage, et surtout dans les troncs d’arbres, de figures (monstres, animaux, sorcières, ogres, mais aussi simples visages stylisés, comme dans son album célèbre Le Tunnel), il introduit une dimension inquiétante tout en forçant le lecteur à chercher dans l’image tous les détails, comme la petite fille qui cherche à trouver des indices de la présence de son frère.

La forêt bien rangée se couvre de troncs d’arbres morts, l’ombre gagne, les enfants apparaissent, par différents procédés de mise en page, de cadrage ou d’angle de vue, perdus. Mais à la fin la lumière revient, et les couleurs, éclatantes.

La dernière page montre, dans une belle lumière d’après-midi d’été, les enfants courant vers leur maison, un petit mobil-home coquet, avec des fleurs à la fenêtre et de petits rideaux à fleurs, évocation lointaine des intérieurs des albums précédents : image d’une précarisation, ou camping de luxe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *