L’Anti- Magicien, t. 3 : L’ensorceleuse

L’Anti- Magicien, t. 3 : L’ensorceleuse
Sébastien de Castell
Traduit (Canada) par Laetitia Devaux
Gallimard jeunesse, 2019

 

Abracadabra !

Par Anne-Marie Mercier

Le premier tome de cette série qui en prévoit six était prometteur, le deuxième décevant, le troisième est… intéressant mais pas encore très abouti : l’auteur a bien compris que pour faire survivre son héros sans pouvoirs dans un monde de mages très puissants qui veulent tous sa mort, il allait devoir le doter de quelques ressources supplémentaires. Ses atouts, comme son astuce (très limitée pour mettre des touches d’humour dans le texte, ce qui n’est pas indispensable à mon avis et tombe à plat), son héroïsme (là encore, l’auteur a du mal à faire des choix et son héros ne se comporte de la sorte que par erreur, ou faute de choix), ses fidèles soutiens (là c’est assez réussi, avec un animal familier qui n’est pas vraiment de bonne compagnie, et une femme mystérieuse et douée) sont augmentés par quelques ajouts : de nouveaux amis (des filles, de son âge, tiens !) des pouvoirs enfin, une vue double qui lui permet parfois de voir ce que d’autres ignorent, une capacité à plonger dans le monde de l’ombre, et enfin le pouvoir que lui donnent des pièces mystérieuses. Son apprentissage dans ce domaine, seul et à l’instinct, est un peu rapide et guère convaincant, mais bon, l’auteur avait du retard à rattraper.
De beaux univers, de sombres complots, un monde en péril que seul un jeune garçon peut sauver, des cartes mystérieuses, de la magie blanche et noire, il y a beaucoup de trouvailles ingénieuse et d’ingrédients intéressants, mais on sent toujours un manque de maitrise globale de l’univers et des personnages, comme si le plan d’ensemble n’avait pas bien été anticipé, dommage ! Le premier tome reste le meilleur.

Le roman, pour les tomes 1 et 2, a été finaliste du grand prix de l’imaginaire 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *