L’arrêt du cœur

L’arrêt du cœur
Agnès Debacker
MeMo Polynie

Portrait de la vieille dame à la théière aux secrets…

Par Michel Driol

Depuis que Simone, sa voisine, son ancienne nounou, est décédée, Simon demande sans cesse à la concierge de lui raconter comment elle a découvert la mort de Simone. Difficile d’accepter qu’un jour on puisse être en bonne santé, et que le cœur s’arrête.  Tout en se souvenant des bons moments passés ensemble, Simon repense à la théière aux vœux, une théière rouge dans laquelle Simone et lui mettaient des petits papiers, avec leurs vœux. Et interdiction de les lire, sinon ils ne se réaliseraient pas. Alors Simon ose entrer dans l’appartement de Simone, et prendre la théière, la cacher chez lui, et surtout lire les vœux. Il y découvre les siens, ceux de la nièce de Simone, et ceux de Simone qui lui révèlent un amour inconnu pour un certain Farid. Qui était-il ? L’enquête commence, jusqu’à découvrir des pans oubliés de l’histoire de Simone, et de la France aussi…

Il ne faut pas oublier le sous-titre : Comment Simon découvrit l’amour dans une cuisine ? On a affaire ici à un roman d’initiation, dans lequel un enfant apprend que les grandes personnes ne sont pas ce qu’il croit qu’elles sont, et qu’elles ont une vie plus complexe. Le roman explore avec finesse la relation intergénérationnelle entre Simon et Simone, cet attachement des enfants  à des figures de grands-parents que l’on croit connaitre, mais dont on ignore presque tout de la vie. Cette relation est faite de tendresse et de rituels, comme celui de la théière aux secrets. Il n’est pas simplement question ici de faire son deuil, même si cette dimension est fortement présente, il s’agit de s’approcher de la vérité d’un être humain que l’on croyait connaitre, de son histoire, de ses amours. C’est ce que porte le titre, dans sa polyvalence autour du mot arrêt. La quête, véritable enquête policière,  fait revivre un passé plein d’émotions, qui revient avec ses joies et ses peines, un passé individuel qui se mêle à la grande Histoire, et explique en quoi les personnages sont meurtris.  Les personnages sont attachants, en particulier Simon, le narrateur, avec ses angoisses, ses craintes, son chagrin, sa naïveté, sa bonté… un personnage qui passera de l’ombre du chagrin à la lumière de la vie devant lui, surprenante et belle.  Le tout est écrit dans une langue claire et précise, qui joue avec bonheur de la longueur et du rythme des phrases.

 Un roman sur les secrets qu’il faut bien finir par mettre au jour, un roman touchant pour faire aimer la vie, et un beau portrait de femme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *