Mouha

Mouha
Claude Ponti
L’école des loisirs, 2019

Aventures terrestres

Par Anne-Marie Mercier

La petite Mouha, c’est un peu une autre Hipollène, celle qui est tombée de l’arbre maison dans L’Arbre sans fin ; contrairement à Hipollène, elle ne tombe pas de l’arbre, mais elle saute, afin de découvrir « sur le sol de par terre » toutes les choses inconnues, toutes « belles et intéressantes ». Marchant de découvertes en découvertes, toutes « belles et intéressantes », elle rencontre heureusement Blaise le poussin masqué, bien connu des amateurs de Ponti, qui la met en garde et lui livre la leçon que tout enfant doit connaître très tôt : les apparences sont trompeuses, il y a des êtres bons et d’autres méchants et il est difficile de savoir à qui se fier. Comme on est dans un récit initiatique, il lui dit aussi que des personnes « seront là à temps et au bon moment. Ce qui est important, c’est que tu es importante ». Le départ vers l’aventure se fait donc en confiance.
Mouha (on aura compris qu’elle incarne le lecteur embarqué dans le monde pontien) rencontre toutes sortes d’être hybrides, portant des noms tout aussi hybrides, tantôt aidants, tantôt menaçants. Les monstres hostiles lui proposent des énigmes (pas faciles, surtout la dernière !) qu’elle résout sans difficulté, provoquant leur colère énoncée par un discours à la fois haineux et méta : « je te déteste, on se retrouvera ! puisque c’est comme ça rendez-vous pages 38-39 ».
Canards-lapins, champignons rebondis, tortue perdue (pas pour longtemps : elle s’appelle Bienfé…) coings accueillants, cube en empilements, coccinelles en attente de couleur, de multiples rencontres agrémentent son parcours, dans lequel elle aide tous ceux qui sont en demande, avant de retrouver les « horribilivicieux monstres », aux pages 38-39, comme promis. Elle les défait avec le même stratagème qu’Hipollène qui disait au monstre « Je n’ai pas peur de moi », formule si inattendue que la plupart des lecteurs lisent dans un premier temps « je n’ai pas peur de toi ». Mouha justifie pleinement le titre de l’album : à la question insoluble qu’on lui pose (« Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous ? », elle répond : « Je suis Mouha, je viens de chez moi et je retourne chez moi ». Belle formule, belle assurance, belle certitude de l’enfant qui sait qui il est, et qu’il a un logis d’où partir et où revenir, et un oiseau livre de souvenirs pour le lui rappeler.
C’est un beau cru de Ponti, avec un Mouha qui ressemble à une Adèle – autre personnage récurrent – bien grandie (le livre est dédié à « Adèle, la modèle »), mi livre d’aventures initiatiques, mi fantaisie, mi livre jeu d’énigme, avec des monstres parfaitement horribles comme il se doit et bien explosés à la fin comme il se doit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *