Le Pays des Chintiens : Les Îles

Le Pays des Chintiens : Les Îles
Anne Brouillard
L’école des loisirs, Pastel, 2019

Du rififi sous les mers

Par Anne-Marie Mercier

Les plus beaux voyages sont sans doute ceux où l’on n’arrive pas à destination. C’est du moins le constat que pourraient faire Killiok et Véronika, les corbeaux Kwè et Kwé, le Chat Mystère, et Suzy le cheval : ils quittent le Pays Comici – on a une carte pour se situer, c’est au sud et ça ressemble à notre monde car les animaux ne parlent pas, ne sont pas admis à table, et marchent à quatre pattes – pour assister à un spectacle de Vari Tchésou, leur ami magicien à bord d’un bateau de croisière qui se rend au Pays des Iles en passant par le Pays Noyé. On n’arrivera pas aux Îles, arrêté et détourné à la fois par les farces des bébés mousses et par un complot ourdi par les nuisibles.
Autant dire, en résumé, qu’on retrouve tout l’univers étrange du pays des Chintiens, avec en plus une aventure maritime, l’exploration d’un bateau de croisière luxueux (avec une vue en coupe), l’essai d’un appareil amphibie créé par le chat mystère, la recherche à travers la ville de Javili d’un savant détenant le secret de produits dangereux convoités par les nuisibles.

Si Javili du Pays Comici ressemble à une petite ville de Bretagne, le Pays Noyé ressemble à Venise : la ville a été submergée par la montée des eaux et ses habitants se sont adaptés, ils ont appris à vivre sous l’eau en calfeutrant l’intérieur de leurs maisons pour rester au sec et se déplaçant en scaphandre dans les rues, ravis d’être enfin débarrassés des touristes.
Nous sommes embarqués dans une invitation au voyage et à l’aventure. Anne Brouillard excelle dans la représentation des vagues et de scènes nocturnes ou sous-marines, mais aussi dans l’enchainement de vignettes découpant des scènes d’action sans parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.