Catrina

Catrina
Mickaël Soutif
L’Atelier du Poisson soluble 2018

Un sujet tabou pour poète maudit ?

Par Michel Driol

Après un repas mexicain, bien arrosé de tequila, Alejandro ne retrouve pas sa femme, mais Catrina, la femme squelette, crevassée et glacée : la mort en personne qui le prend dans son filet, et le conduit au cimetière, où il découvre sa femme et ses enfants festoyant sur sa tombe pour le jour des morts. C’était cela, le somptueux repas initial…

Sur un fond violet, illustré de scènes en pâte à modeler de couleurs vives, ce curieux album plonge les lecteurs dans l’imaginaire mexicain. Oui, nous allons tous mourir, alors pourquoi ne pas en rire ? C’est un climat de sérénité, d’apaisement,  sans tristesse ni chagrin, que montrent les dernières pages.  C’est donc une façon bien originale qu’a cet album d’aborder le thème de la mort à destination des enfants, en faisant partager une autre expérience quasi ethnologique, en nous plongeant dans un autre univers. Le Mexique est partout, dans les noms des plats, dans la légende de Catrina, dans le monde représenté par les illustrations (bâtiments, costumes), mais c’est surtout la mort qui est omniprésente (ossements, crânes…), une mort séduisante, même si on la suit avec effroi.  Proposant un récit aux aspects quelque peu fantastiques, l’album est en fait plein de légèreté afin de dédramatiser, par sa forme même, son sujet. Ce sont des rimes pleines de facétie qui offrent un beau contraste avec le sérieux du thème, ce sont les couleurs vives des illustrations qui contrastent avec le noir attendu des représentations de la mort. L’album ouvre à un univers baroque, dans lequel la mort fait partie de la vie, qui se clôt par une célébration et l’assurance de voir la vie continuer, et les siens heureux de continuer à vivre. Tel est le sens de la fête mexicaine des morts. Il n’est donc pas question de peine, de deuil, d’un au-delà incertain, mais d’une rencontre, d’amour, de fleurs et de repas partagé.

Un album très original, tant par sa forme, sa technique d’illustration, que par sa façon d’aborder le thème de la mort, en faisant partager aux lecteurs une autre expérience du Jour des Morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.