Scarlett & Browne, livre 1: Récits de leurs incroyables exploits et crimes

Scarlett & Browne, livre 1: Récits de leurs incroyables exploits et crimes
Jonathan Stroud
Traduit (anglais) par Laetitia Devaux
Gallimard jeunesse, 2021

Bonnie and Clyde dans les sept royaumes

Par Anne-Marie Mercier

Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir d’abord travaillé chez Walker Books, un éditeur anglais de livres pour enfants, qui a donné à Jonathan Stroud toutes les ficelles du métier (c’est un peu ce qu’il dit d’ailleurs) et les recettes pour aligner les best-sellers, mais le fait est qu’il les accumule : après avoir écrit une trilogie de fantasy pour la jeunesse (Trilogie de Bartiméus), il a publié un vrai feuilleton avec Lockwood & Co (histoires de chasseurs de fantômes) aux titres évocateurs; le premier est attirant : « The screaming straircase » – l’escalier hurleur, il a dû bien s’amuser…). Cette série  va être reprise chez Netflix par Joe Cornish (Attack the Block, The Kid Who Would Be King, Adventures of Tintin: The Secret of the Unicorn).
Jusqu’ici publié en France chez Albin Michel (dans la collection Wiz, dédiée à l’étrange, qui republie en ce moment des œuvres de Stephen King), le voici passé chez Gallimard jeunesse, dans la collection grand format de romans pour ados, qui a accueilli bien des ouvrages devenus des classiques (curieusement, on voit que pour ses publications en Angleterre, il a publié d’abord chez Doubleday, puis chez Corgi avant que cette nouvelle série sorte chez Walker). La liste de ses récompenses est impressionnante (voir son site, qui fait bien sa publicité).
Mais les recettes ne font pas tout et il s’agit aussi d’être un écrivain, et Jonathan Stroud l’est effectivement. Je n’avais lu aucun des ses ouvrages jusqu’ici et j’ai été immédiatement convaincue par son talent pour créer un univers complet avec sa géographie, sa flore et sa faune (brrrr…), faire émerger ses personnages, lancer l’action, laisser de nombreux éléments dans l’ombre et parsemer son récit de petits éléments comme l’allure de la lune ce soir-là, la lumière sur un objet,… qui rendent vrais les récits les plus incroyables. J’ai aussi aimé le cadre étrange mi familier mi nouveau dans lequel son histoire se déroule.
L’Angleterre a été dévastée par une catastrophe, on ne sait pas exactement laquelle. L’île est divisée en sept royaumes (tiens, tiens…) et est en partie envahie par l’eau. La région de Londres est un lagon, Chelsea, Bayswater et Wandsworth sont des îles libres – Depuis (?) La Belle Sauvage de Philip Pullman (qu’on trouve aussi chez Gallimard jeunesse), une Angleterre aquatique semble s’imposer. Les autres villes sont organisées en citées plus ou moins policées, présentant différents niveaux de civilisation (donc plusieurs époques). Elles sont tantôt livrées à la barbarie, tantôt dirigées par un tyran, tantôt administrées par un conseil municipal, toutes peu accueillantes pour les étrangers ou les êtres différents, et elles ont bien raison, tant ce duo de héros sème la pagaille partout où il passe. .
Étrangère, Scarlett McKain l’est. Elle est aussi aventurière, rousse, écossaise, pilleuse de banques, meurtrière quand il faut (et même un peu plus), pourchassée. Différent, Albert Browne l’est malgré son nom conventionnel (et très anglais) : d’abord par sa fragilité et son air perdu au milieu des monstres qui peuplent les forêts, puis d’une tout autre façon. L’entraide est immédiate, montrant que Scarlett a tout de même un coeur malgré sa sauvagerie. l’attachement entre ces deux-là se fait très progressivement, attendrissement et agacement se mêlant chez la première, reconnaissance et perplexité chez le second.
Je n’en dirai pas plus, tant les événements s’enchainent de façon surprenante : c’est à savourer sans culpabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.