Mortel

Mortel
Emmanuelle Houdart
Les Fourmis rouges, 2021

Halloween est une fête

Par Anne-Marie Mercier

Ce qui était présent de manière allusive dans les albums précédents d’ Emmanuelle Houdart est ici affiché, décliné sous bien des formes. Mise en formes, en couleurs et en espaces, la mort s’expose, sous bien des formes et l’album se présente comme un catalogue de variations autour du thème : des personnages (la mort elle-même, « Madame la mort »,  les anges, dieu, le diable) des lieux (paradis, enfer, cimetière, maison hantée), des dangers mortels (maladies, animaux, plante et armes, métiers, catastrophes), des plaisirs mortels, ceux qui nous attendent peut-être après la mort (les retrouvailles avec ceux qui sont morts avant nous, et pourquoi pas la vie quotidienne dans l’au-delà dont on ne sait quels plaisirs elle peut nous offrir…).
C’est donc un album réjouissant, tonique et résolument optimiste, beau et doux la plupart du temps (seules deux images de la première section, la mort elle-même et le diable sont un peu effrayantes). Il est aussi paradoxalement très drôle parfois, soit de manière grinçante soit franchement comique, à travers les petites notes en forme de « Le saviez-vous ? » insérées au bas des pages.
Enfin la conclusion (mortelle) très philosophique de l’auteure, qui se moque des postures effrayées devant la mort, donne une furieuse envoie de vivre tout de même : « Aimons-nous, vivons et rions et profitons de cette chose si extraordinaire : être en vie !

Malgré son titre cet album est un bel hommage à la vie matérielle, au rouge du sang et à la chaleur des organes, à la beauté des fleurs et des corps, à l’infinie variété des belles choses qui nous entourent, et aux livres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.