Soirée d’été

Soirée d’été
Dina Melkinova

CotCotCot, 2022

« C’est toi qui dors dans l’ombre, ô sacré souvenir »

Par Matthieu Freyheit

Désormais que le temps a remis son manteau de vent, de froidure et de pluie, le moment est venu de nous rappeler nos douces soirées d’été. Celles de Dina Melkinova sont ici faites de patience, d’images enfouies dans les bois et entre les herbes, et de la présence lointaine d’une grand-mère qui savait son art. Réunion de la lenteur et du furtif, des ombres et des rayons, du présent et du passé, Soirée d’été offre une collection de mouvements parcimonieux, de frémissements, de gestes esquissés ou devinés. Le vivant n’y est pourtant jamais contenu, au contraire : il s’y livre dans sa délicatesse, sa retenue, la diversité de ses infimes expressions. Apparaître, disparaître, comme ces carottes que le lièvre emporte un soir.

Comme un éloge à la suggestion, les illustrations (qui n’en sont pas) disent l’attention accordée aux détails, autant que l’effacement de ces détails qui ne disent jamais tout : c’est que derrière la vue, il y a l’ouïe. Comme derrière l’ouïe, il y a l’odorat. Comme derrière l’odorat, il y a la mémoire. Merveilleux récit de sens enchâssés, Soirée d’été propose de dilater le temps : expérience d’une seconde dans laquelle se logent l’espace et le temps, et avec eux le vivant et le souvenir.

Les Editions CotCotCot offrent quant à elles au travail de l’auteure un format, une texture et des choix graphiques particulièrement réussis. Donnant au texte aussi bien qu’à l’image l’espace dont elles ont besoin, n’hésitant pas à diversifier les dispositifs et à autonomiser le texte et l’image (ce qui n’a en réalité que le mérite de les associer plus profondément), elles accomplissent avec cet objet un travail éditorial d’une qualité qui mérite d’être relevée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.