Tonino l’invisible

Tonino l’invisible
Gianni Rodari, (illustrations d’Alessandro Sanna)
traduit de l’italien par Élisabeth Duval,
Kaléidoscope, 2010

Une expérience philosophique

par François Quet

Tonino aimerait bien devenir invisible. Par exemple : pour ne pas être interrogé en classe. Magie. Tonino devient vraiment invisible. Son instituteur le laisse vraiment tranquille, il peut s’amuser vraiment comme un fou, faire pas mal de bêtises, et créer pas mal de désordres,  réjouissants pour le personnage et pour le lecteur qui aime bien que les gens respectables aient des ennuis, qu’on se moque des maitres d’école et des policiers. Seulement voilà, invisible, Tonino l’est aussi pour ceux qu’il aime et qui ne peuvent plus ni le voir ni l’entendre.  Heureusement la magie se défait aussi vite qu’elle s’est faite. Vous me voyez ? demande Tonino au vieil homme qui lui demande pourquoi il pleure. Le vieil homme l’a bien sûr depuis longtemps repéré, c’est lui qui n’a jamais remarqué le retraité : pour les enfants, le vieillard sur son banc est bien « comme l’homme invisible ».

Gianni Rodari, on le sait, est un moraliste. Son humour fait ici d’autant plus merveille que les illustrations d’Alessandro Sanna donnent à cette Histoire au téléphone, une nouvelle fraicheur.  Les couleurs claires et pimpantes, les traits alertes et caricaturaux vont de pair avec une véritable élégance graphique : les larges tracés à la brosse, rehaussés d’encre ou de pastels, se déploient sur de très grandes doubles pages.

Tonino l’invisible ouvre joyeusement quelques questions graves : qu’est ce que voir les autres ? qu’est ce qu’être vu ? A quoi tenons-nous le plus ? Qu’est-ce qu’être reconnu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *