Le Grand Livre des petites choses

Le Grand livre des petites choses
Keith Haring

La Joie de lire, octobre 2010

Keith Harring ressuscité !

par Sophie Genin

9782889080496.gifEn 1988, Keith Haring offrait, pour son septième anniversaire, un livre d’activités artistiques, à la fille d’un ami, Nina Clemente. Par chance, cette dernière, devenue adulte, a accepté que cet album, véritable initiation à l’art selon Keith Haring soit publié donc mis à la portée du plus grand nombre.

Cette suite de propositions jubilatoires invite le lecteur à agir sur l’oeuvre. L’artiste lui demande par exemple : « colle ou scotche des petites photos de tes petits amis ou des petites photos de tes grands amis ou des dessins de tes petits amis ou des dessins de tes grands amis découpés et recadrés mais encore… ». C’est-à-dire qu’il ne lui impose rien. Il ne s’agit pas ici de colorier comme le modèle mais bien de créer, comme on le lit sur la page « Instructions » au début de l’album : « ceci est un livre pour les petites choses de Nina. Celles que tu découvres ou que tu collectionnes, les choses que tu fabriques, celles que tu dessines, les choses que les gens t’offrent, les choses que tu veux garder dans ce livre, mais surtout – très important – les petites choses. Si tu veux collectionner des grandes choses, prends une boîte. »

L’ensemble n’est pas dénué d’humour, comme lorsque l’enfant tombe sur cette injonction : « N’UTILISE PAS CETTE PAGE !!! » suivie par « JE PLAISANTE ! ah-ah ! » ou « O.K. je sais que tu voulais quelques pages pour coller des petits AUTOCOLLANTS, alors vas-y !! » ou encore quand l’enfant a l’opportunité de coller sa collection de… flocons de neige !

On ouvre l’album avec curiosité, on le feuillette avec envie et enthousiasme et, lorsqu’on le referme, on pense comme Keith Haring : « Souviens-toi que les petites choses sont parfois les meilleures de toutes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.