Mon petit cœur imbécile

Mon petit cœur imbécile 
Xavier-Laurent Petit

L’école des loisirs (Neuf), 2010

Course d’amour

par Anne-Marie Mercier

monpetitcoeurimbecile.gifDans un lieu reculé d’Afrique, à six heures de piste du premier hôpital, vit Sisanda. Elle a neuf ans, et depuis neuf ans elle vit avec un cœur malade. Son père travaille au loin et envoie de l’argent. Sisanda vit avec sa mère, Swala (« l’antilope »), sa grand-mère un peu sorcière et un oncle un peu idiot qui garde les troupeaux. Autour, il y a le village, l’épicier, la grosse Raïla qui rit tout le temps, Zacaria qui fait le taxi… Et le vent qui épuise les malades. C’est Sisanda qui raconte dans ce roman, tout en parlant à son petit cœur imbécile pour tenter de le calmer, de l’apprivoiser, parfois en vain.

Sisanda peut à peine marcher, tout juste respirer. Elle va à l’école, portée par son oncle. L’école est sa respiration, les chiffres aussi : elle compte tout pour remettre les choses et son cœur dans l’ordre. A force de compter les battements de son cœur, les jours où elle a survécu depuis sa naissance, elle est devenue un génie des mathématiques, en secret. Ainsi elle sait que sa mère qui court tous les matins, par plaisir, court très vite. Tout le village sait cela. Elle sait lire aussi et lit à sa mère un article d’un journal tombé par hasard entre leurs mains, qui raconte le dernier marathon, et la somme faramineuse allouée à la gagnante, une somme qui permettrait de la faire opérer dans un grand hôpital.

Ce n’est pas un conte de fées, mais un très beau roman porté par l’amour, la solidarité, l’espoir. Avec un ton très juste, très simple, à travers les mots de Sisanda, Xavier-Laurent Petit fait exister l’Afrique, sans clichés, sans misérabilisme de commande, sans condescendance. Des notations en demi teintes, des détails à peine esquissés, des atmosphères font le reste : on est transporté. A cette belle écriture et à ce doigté s’ajoutent une intrigue, des vrais suspens, du mystère. C’est un très beau roman, pour les jeunes lecteurs comme pour les plus grands, à ne pas manquer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *