Les Filles de Cùchulainn

Les Filles de Cùchulainn
Jean-François Chabas
L’école des loisirs (médium), 2013

Cheval, Irlande et cryptophasie

Par Anne-Marie Mercier

LesFillescuchulainnJean-François Chabas a le talent rare de faire chaque fois un livre différent, dans un thème qu’il n’a pas abordé, un lieu autre, et de réussir chaque fois ce pari.

Histoire de bruit et de fureur, de colères, d’amour, de mutisme, de vent, de mer, et enfin de cheval, ce livre est tout cela, porté par une belle écriture. Quant à l’histoire, elle est difficile à résumer tant elle est dans l’atmosphère et dans la beauté de certaines scènes, la drôlerie d’autres ou tout simplement la poésie des éléments. Disons en deux mots que Mary l’institutrice, narratrice du récit, et son mari, pêcheur d’une île irlandaise, ont acheté un magnifique cheval de trait, borgne, qui refuse de travailler. Que Mary accouche de jumelles après la mort de son mari et que ses filles ne communiquent qu’entre elles d’une langue inventée (cryptophasie ou idioglossie – voir  Y Lebrun, « Cryptophasie et retard de langage chez les jumeaux« ) et développent une relation étroite avec le cheval. La solitude de Mary, le village avec ses superstitions et ses commérages, le contexte irlandais des années 1920 (débuts de l’indépendance et luttes incessantes), l’attaque de l’île par des pillards… tout cela tient dans ce petit roman (111 pages), et tient bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.