Les Filouttinen – Tome 1

Les Filouttinen – Tome 1
Siri Kolu
Didier Jeunesse 2013

Road-movie finlandais déjanté

par Michel Driol

filouA 10 ans, Liisa se fait kidnapper par la famille Filouttinen.  Une famille de bandits de grands chemins haute en couleurs, composée du père, Kaarlo-le-Rude, de la mère Hilda, des enfants Erik et  Helen et du meilleur ami  Marko-les-Crocs.  Mais ces bandits ne veulent pas d’argent, seuls les bonbons les intéressent, ainsi que quelques objets, comme les poupées Barbie. L’attaque des voitures répond à un scénario parfaitement réglé, et Liiza comprend vite qu’elle va passer de bien meilleures vacances avec eux qu’avec ses parents, trop rangés ! On découvre la vie des bandits,  leur morale, leurs jeux – truqués- pour faire gagner le père. Liiza, par son intelligence, leur permet de réussir quelques coups. On découvre aussi la Fête des bandits, ainsi que la sœur de Kaarlo, qui écrit des romans à l’eau de rose. A la fin de l’été, un ordre nouveau se rétablit, Liiza retourne chez elle, mais les Filouttinen abandonnent pour partie leur vie aventureuse pour permettre à Erik d’aller à l’école, son plus vif souhait.

Voilà un roman jubilatoire et engagé. Jubilatoire par sa façon de poser une contresociété, avec ses règles, ses codes, et sa façon de vivre en marge, avec comme valeur principale la satisfaction des besoins élémentaires et le plaisir de manger (petit-déjeuner gargantuesque, vols de bonbons dans les vidéoclubs…). Le vol est, pour ces bandits, la seule façon d’obtenir quelque chose, alors qu’ils détiennent une fortune dont ils ne savent pas que faire. Cela vaut quelques scènes désopilantes, comme celle où Liiza essaie de leur apprendre à faire les courses normalement au supermarché. Mais ce roman témoigne aussi d’un certain engagement  et d’une critique sociale : Kaarlo et Marko étaient ouvriers dans la meilleure usine automobile du pays, qui a été délocalisée…, et cette façon de vivre et de s’approprier les choses a quelque chose d’anarchiste, évoquant – sans la théoriser – la récupération individuelle.

La jubilation vient aussi du style de l’auteur : nombreux dialogues,  réflexions de l’héroïne-narratrice qui fait ses listes, note des préceptes sur un petit carnet, mettant un semblant d’ordre dans le joyeux désordre des bandits. Les personnages se révèlent petit à petit, attachants, avec leur côté humain sous le masque du bandit. Enfin, c’est la Finlande, ses lacs, ses chalets, ses forêts qui sert de décor à ce road-movie estival., et qui apporte une sorte d’humour à froid des pays nordiques.

En Europe, de nombreux prix ont récompensé cet ouvrage : ce n’est pas volé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.