Le Fleuve

Le Fleuve
Claude Ponti
L’école des loisirs, 2018

Fluidité aventureuse

Par Anne-Marie Mercier

Il est question de transmission intergénérationnelle (comme dans L’Arbre sans fin), de jeux, d’apprentissage de techniques de cueillette – assez proches de la chasse, d’ailleurs, vu le caractère insaisissable des Blavières trempeuses, des Crokfièvres, des Branthes, et autres plantes dont se nourrissent les deux tribus des héros. Un horrible monstre menace tout le monde de ses griffes… On retrouve dans cet album de nombreux thèmes pontiens.
On y retrouve aussi le dessin, parfois dépouillé et s’étalant en paysages de rêves sur toute la double page d’un long format à l’italienne, découpé en instants qui rythment un espace unique. Parfois on le retrouve fouillé et riche en détails multiples dans les scènes d’intérieurs ou dans les représentations de groupes : les petits Oolong et les petits Dong-Ding ont aussi des allures de poussins (voir la série des Blaise, entre autres) avec leurs activités joyeuses et vibrionnantes.
La nouveauté ici est dans la réflexion que cet album propose sur les questions de sexe et de genre : les deux héros appartiennent à deux peuples différents et éloignés et sont, par pure coïncidence, élevés tous deux dans le genre que leur sexe biologique n’appelait pas. Cela est fait pour respecter le vœu d’un ancêtre censé se réincarner, mort peu avant avec le désir de vivre dans la peau d’un être de l’autre sexe. La grande leçon de l’histoire est celle de la liberté : chacun peut décider d’être fille ou garçon, et changer d’avis quand il le veut et autant qu’il veut – pas besoin de mourir pour cela. Chaque vie est digne et plaisante, et aucune n’empêche de faire quoi que ce soit : le faux garçon comme la fausse fille apprennent les mêmes choses, se livrent aux mêmes acrobaties et sauvent leurs peuples ensemble, à égalité, d’un horrible monstre : l’héroïsme n’a ni genre ni sexe.
Ce joli message égalitaire et libérateur est porté par la poésie du texte, légère, libérée des accumulations de calembours qui alourdissaient parfois les derniers albums . On retrouve une merveilleuse fluidité du récit, une véritable histoire, des personnages qui se cherchent, des parfums qui sont comme des pensées : une « pensée qui serait presque la sienne et qui murmure en lui. »
Ce bel album n’a pas fini de murmurer la poésie de son fleuve qui relie et sépare, de son monde flottant, alliant la profondeur des eaux à la hauteur du ciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *