Les petites patates

Les petites patates. Vite, vite, vite, et Les petites patates. Je vais le dire !
Charles Paulsson
Gallimard jeunesse, 2018

Figures libres

Par Marion Mas

Parmi toutes les séries de petits livres consacrées au quotidien des enfants (Petit ours brun, P’tit loup, T’choupi etc.), les petites patates se distinguent à plusieurs égards. D’abord, les personnages sont des patates, des petites patates évoquant celles qui sévissent dans le jardin de Pomélo. À ceci près que les petites patates de Paulsson ne sont pas toutes jaunes – il y a aussi petite patate bleue, petite patate verte, petite patate violette…).
Le système graphique, superposant des aplats colorés de formes arrondies et un trait évidé, et intégrant des phylactères, joue à la fois des codes du dessin enfantin et de la bande dessinée. Plein de vivacité, loin de tout réalisme et de toute joliesse, l’effet produit est déconcertant. Le ton est donné : bien loin de la rhétorique normative des ours, des loups et des pingouins, les petites patates adoptent constamment le point de vue de l’enfant, quitte à ridiculiser un peu les adultes (les grandes patates) qui les pressent le matin (« vite, vite »), ou les efforts désespérés des maitresses pour faire venir les enfants dans le coin rassemblement (« vite, vite »). À ces adultes engoncés dans la rigidité de leurs habitudes, les petites patates (pr)opposent une libération par le langage : aux injonctions à la vitesse, elles répondent, « moi, je dévite », conjugué à toutes les personnes et à tous les temps (ou presque). Cependant, la distance humoristique vise aussi bien les petites patates, chez qui le « je vais le dire est un sport de compétition ». Pleins de sel, ces deux albums aux proposent une vision vivante et décoiffante des petits tracas du quotidien enfantin : on attend les suivants avec impatience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *