Mon Pull panda

Mon Pull panda
Gilles Baum, Barroux
Kilowatt, 2017

Tricotage de générosités

Par Anne-Marie Mercier

Cet album, à partir d’une situation simple, propose une réflexion sur le partage, notamment avec les plus démunis, ceux que l’on nomme aujourd‘hui les migrants. La première partie montre une fillette, très attachée à un vêtement : ce pull à capuche est un talisman, un porte-bonheur, un refuge qui la fait ressembler (un peu) à un panda… Lorsque celui-ci est devenu trop petit pour elle, elle comprend et accepte ce que lui dit sa mère : il faut partager les « vêtements porte-bonheur ».
À partir de ce moment elle voit autour d’elle de nombreuses personnes qui portent un vêtement qui a été donné par quelqu’un d’autre, par affection, par entraide, des cadeaux. Le hasard fait qu’elle rencontre la petite fille qui a hérité de son pull. Elle vient d’arriver sans sa classe ; elle ne parle pas la langue, « elle ne comprend rien à ce qui lui arrive ». Le porte-bonheur va opérer, sans recours au surnaturel.
C’est une belle histoire, sans effets excessifs ni apitoiement superflu ; les choses sont énoncées simplement et l’on suit avec intérêt et émotion le parcours de la petite héroïne, dépouillée d’un vêtement qui lui servait d’armure pour mieux se révéler en championne victorieuse contre le malheur.
Les illustrations de Barroux jouent sur cette simplicité et sur la candeur de l’enfant, faisant alterner fantaisie joyeuse et noirceur et jonglant avec différentes techniques (papiers découpés, crayonnés, encres…), qui donnent un grand raffinement à cette simplicité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *